Le syndrome du côlon irritable : les aliments à manger et ceux à éviter

Le syndrome du côlon irritable n’est pas une promenade de santé, sauf si celle-ci doit vous mener vers les toilettes. Selon la Mayo Clinic, ce trouble est courant et peut se manifester avec des symptômes divers tels que les douleurs abdominales, les ballonnements ou la diarrhée.

Comme c’est le cas avec d’autres pathologies, changer de régime alimentaire ne vous aidera pas à vous débarrasser totalement de ce syndrome qui court sur le long terme, mais cela peut vous permettre d’atténuer certains de ses symptômes. Passons en revue 13 types d’aliments. Nous vous suggérons d’en ajouter certains à vos repas, et d’éviter d’en consommer certains autres.

Recommandé : les viandes maigres

D’après VeryWell Health, les viandes maigres sont un bon ajout à un régime pour le syndrome du côlon irritable, car elles sont remplies de protéines que votre corps pourra facilement traiter. Le site ajoute que “ces protéines sont faciles à digérer et ne sont pas fermentescibles par les bactéries intestinales, ce qui signifie que vous n’aurez pas de gaz intestinaux indésirables”.

Parmi les viandes maigres, vous pourrez trouver la viande blanche telle que le poulet ou la dinde, ou encore les coupes maigres de viande rouge (porc ou bœuf). Le site indique que les coupes de viande standard sont susceptibles de contenir des graisses pro-inflammatoires qui ne feront pas de cadeau à votre système digestif.

Recommandé : les œufs

VeryWell Health ajoute que les œufs sont une valeur sûre pour les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable, car il est généralement très facile de les digérer. Les œufs sont aussi une bonne source de protéines et peuvent être cuisinés de diverses façons : durs, pochés, brouillés, etc.

Cependant, le site met en garde sur le fait que certaines personnes peuvent être allergiques ou intolérantes aux blancs d’œufs, et notamment à la protéine qui se trouve à l’intérieur. Certaines d’entre elles indiquent également que les graisses présentes en grande quantité dans les jaunes d’œufs peuvent poser problème. Nous vous recommandons donc de commencer par en consommer de petites quantités pour savoir comment votre corps les digère.

Recommandé : les oméga 3

Vous avez probablement déjà entendu parler des “omégas 3” dans les médias. Selon VeryWell Health, il s’agit certes d’acides gras, mais surtout, ils “jouent un rôle anti-inflammatoire dans le corps”.

C’est une très bonne nouvelle, car les symptômes du syndrome du côlon irritable sont amplifiés en cas d’inflammation, ajoute le site. Le poisson est de loin la source la plus populaire d’acides oméga 3, et les espèces les plus populaires sont le saumon sauvage, le maquereau, le hareng, la sardine, ainsi que la truite arc-en-ciel. Cependant, certaines noix et certaines graines sont également riches en oméga 3. Continuez votre lecture pour en savoir plus.

Recommandé : les légumes pauvres en FODMAP

Selon les informations de WebMD, FODMAP est un acronyme dérivé de l’anglais désignant les oligosaccharides, les polyols, les disaccharides et les monosaccharides fermentescibles. Ces FODMAP attirent plus d’eau dans votre système digestif, ce qui peut occasionner des sensations de ballonnement. Le site ajoute également que “si vous en mangez trop, ces glucides peuvent stationner dans vos intestins et fermenter”.

Voici quelques exemples de légumes recommandés dans le cadre d’un régime pauvre en FODMAP (à ne pas confondre avec un régime faible en glucides) : carottes, pommes de terres ou légumes en feuille tels que le chou kale et les épinards. WebMD ajoute qu’une étude publiée dans le journal Gastroenterology indique que 75 % des patients ont vu leurs symptômes liés au syndrome du côlon irritable atténués peu après avoir commencé un régime pauvre en FODMAP.

Recommandé : les fruits pauvres en FODMAP

WebMD nous tient également en garde sur le fait que des fruits généralement considérés comme étant bons pour la santé ne sont pas recommandés pour les personnes souffrant du syndrome du côlon irritable. C’est parce que les fruits font partie des aliments riches en fructose, et ces glucides sont à éviter au même titre que le lactose, les fructanes, les galactanes et les polyols. En effet, tous ces glucides sont des FODMAP.

Cependant, selon la liste suivante des aliments pauvres en FODMAP, voici quelques fruits recommandés : la banane, la myrtille, le raisin, la mandarine, ainsi que la tomate qui est aussi un fruit. Le site ajoute que vous devriez également arrêter de consommer des fruits riches en FODMAP, tels que la pomme, la pastèque ou encore les fruits secs.

Recommandé : les noix et les graines

Comme nous vous l’avons promis un peu plus tôt, nous vous présentons les graines et les noix qui sont recommandées pour les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable. VeryWellHealth.com indique que les noix ne sont pas seulement riches en protéines et en fibres, mais aussi en oméga 3. Selon les informations de notre confrère, les noix pauvres en FODMAP qu’il est recommandé de consommer sont l’amande, la noix de macadamia, la noisette, la noix de pécan, le pignon de pin et la noix du Brésil.

Quant aux graines, le site indique que celles qui sont les meilleures contre le syndrome du côlon irritable sont les graines de chia et les graines de lin, surtout vous souffrez de constipation. En effet, ces deux produits sont très riches en fibres, mais également en acides gras oméga 3. N’oubliez pas que les graines de lin doivent être moulues avant d’être consommées, et vous pourrez les saupoudrer dans vos salades, vos smoothies ou bien vos gruaux. Le site ajoute que vous pouvez ajouter les graines de citrouille et les graines de tournesol à cette liste, car ce sont également des graines pauvres en FODMAP.

À éviter : le pain et les pâtes

Selon Women’s Health, le problème ne vient pas du gluten présent dans ces aliments, contrairement à ce que l’on pense, mais des fructanes – un type de glucide fermentescible –  qui s’y trouvent et qui aggravent les symptômes des patients atteints du syndrome du côlon irritable.

Le site mentionne une étude menée sur des personnes qui croyaient être intolérantes au gluten, mais qui étaient en réalité sensibles à l’effet de ces fructanes, plutôt qu’à celui du gluten. Une fois que ces fructanes atteignent votre gros intestin, les bactéries les transforment en gaz intestinaux qui attirent plus d’eau dans le côlon, ce qui cause des ballonnements et de la diarrhée.

À éviter : le gluten

Cela dit, cela ne veut pas dire que le gluten ne pose pas problème aux personnes souffrant du syndrome du côlon irritable. Selon les explications de Healthline, le gluten, qui est un type de fibre insoluble présent dans les céréales telles que le blé, le seigle et l’orge, est potentiellement à l’origine des symptômes liés au syndrome du côlon irritable.

Un grand nombre de personnes souffrent d’intolérance au gluten – qui est différente de la maladie cœliaque, l’autre nom de l’allergie au gluten –, ce qui peut avoir des effets secondaires néfastes. En effet, nos confrères ajoutent qu’adopter un régime sans gluten si vous souffrez du syndrome du côlon irritable peut atténuer certains symptômes, d’autant plus à une époque où les produits sans gluten sont de plus en plus présents dans les supermarchés.

À éviter : les produits laitiers

Healthline ajoute que les produits laitiers posent problème aux patients souffrant du syndrome du côlon irritable, et ce pour deux raisons. Les graisses constituent la première raison, car elles peuvent augmenter la probabilité de souffrir de diarrhée. Le site ajoute que “vous aurez peut-être besoin de consommer des produits laitiers pauvres en graisses ou sans graisses pour atténuer vos symptômes”.

Le deuxième problème est le lactose, auquel de nombreuses personnes sont intolérantes. Ainsi, nous vous conseillons d’arrêter momentanément les produits laitiers pour savoir si le lactose est la cause de l’emballement de vos symptômes.

À éviter : les produits frits

Healthline met également en garde contre la consommation de frites et d’autres produits frits, qui font malheureusement partie des produits de base de certains régimes alimentaires. Cependant, vous n’êtes pas obligés de totalement arrêter d’en consommer. Selon Healthline, la clef est la modération.

Cela dit, les produits frits sont riches en graisses qui sont plus difficiles à digérer pour votre corps si vous êtes atteint du syndrome du côlon irritable. Nos confrères expliquent que “faire frire votre nourriture peut en altérer la composition chimique et la rendre plus difficile à digérer”. Ils suggèrent ainsi de cuire ou de griller vos aliments.

À éviter : l’alcool

Selon les informations de Women’s Health, vous risquez d’aggraver votre syndrome du côlon irritable si vous abusez un peu trop de l’happy hour. En effet, les sucres présents dans l’alcool peuvent nourrir les bactéries intestinales, ce qui cause la fermentation, qui est responsable d’un excès de gaz et des ballonnements.

Women’s Health ajoute qu’une consommation trop élevée d’alcool peut nuire aux “bonnes” bactéries intestinales dont la fonction est de maintenir l’équilibre de votre système digestif. Bien évidemment, cela ne veut pas dire que vous devez arrêter l’alcool à tout jamais. Soyez juste conscient de la façon dont l’alcool peut avoir une influence sur vos symptômes, et apprenez à vous limiter avant qu’une crise ne survienne.

À éviter : les haricots et les légumes

Vous connaissez sans doute l’adage selon lequel les haricots peuvent donner des gaz, et vous avez peut-être déjà plaisanté sur le fait d’éviter d’en manger avant un rendez-vous important. Selon Healthline, cela peut aller plus loin que ça pour les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable, car cela peut aggraver certains symptômes.

Nos confrères ajoutent que “bien que les haricots peuvent raffermir vos selles, ce qui aide contre la constipation, ils peuvent également favoriser les gaz intestinaux, les ballonnements et les crampes d’estomac”. Par exemple, évitez les pois, les lentilles, le soja et même les cacahuètes, qui sont également des légumes.

À éviter : les aliments transformés

Un grand nombre d’aliments, qu’ils soient surgelés ou non, sont transformés. Mais peu de personnes savent que ce type d’aliments peut affecter les symptômes liés au syndrome du côlon irritable, nous rapporte Healthline.

Le site indique que ce genre d’aliments – des chips aux repas surgelés – comportent des conservateurs qui peuvent favoriser l’apparition de symptômes liés au syndrome du côlon irritable. La plupart de ces aliments sont également frits, ce qui signifie qu’ils contiennent beaucoup de graisses. Nos confrères ajoutent qu’acheter des aliments frais est généralement une solution meilleure pour votre santé, même s’il s’agit d’une solution moins pratique.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X