Causes courantes des sueurs nocturnes

Se réveiller en ayant trop chaud et en étant couvert de transpiration peut survenir après un cauchemar particulièrement perturbant, mais plusieurs causes externes peuvent également entraîner une transpiration excessive pendant la nuit. Par exemple, il se peut tout simplement qu’il fasse trop chaud dans votre chambre ou que votre corps tente de combattre une infection. Cependant, les sueurs nocturnes chroniques sont souvent le signe d’un problème de santé sous-jacent (par exemple, l’hypoglycémie ou la périménopause).

Les huit causes les plus courantes de la transpiration nocturne sont…

1. La surchauffe

Si vous aimez dormir en pantalon de survêtement (ou en pyjama duveteux comme moi), des sueurs nocturnes peuvent survenir pendant la nuit si votre corps est en surchauffe. C’est généralement et innocemment dû à la combinaison d’une température élevée et d’un pyjama trop épais.

La transpiration due à une surchauffe provoque généralement des bouffées de chaleur et une légère transpiration. Par contre, les sueurs nocturnes caractéristiques sont souvent beaucoup plus extrêmes, selon WebMD, provoquant de nombreuses bouffées de chaleur pendant la nuit qui vous réveillent trempé de transpiration saturant votre literie, draps et matelas.

2. Certains médicaments sur ordonnance

Plusieurs médicaments délivrés sur ordonnance mentionnent les sueurs nocturnes parmi leurs effets secondaires. Par exemple, des chercheurs de la Perelman School of Medicine, dans le département de psychiatrie de l’université de Pennsylvanie, signalent que les antidépresseurs sont associés à une transpiration excessive induite par les antidépresseurs (antidepressant-induced excessive sweating ADIES), une forme de sueurs nocturnes graves, chez environ 14 % des patients à qui ces médicaments ont été prescrits.

Outre les médicaments sur ordonnance, de nombreux médecins pensent que des médicaments courants en vente libre, comme l’acétaminophène et l’aspirine, provoquent des sueurs nocturnes. Ce phénomène est le plus fréquent lorsque ces médicaments sont pris pour faire tomber la fièvre.

3. L’hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie, ou une glande thyroïde hyperactive qui produit des niveaux excessifs d’hormones thyroïdiennes (thyroxine), entraîne naturellement des sueurs nocturnes chroniques. L’un des principaux symptômes d’une thyroïde hyperactive (et d’autres troubles hormonaux tels que le syndrome carcinoïde) est l’intolérance à la chaleur et la transpiration excessive.

Une étude menée en collaboration par des médecins de l’hôpital naval de Jacksonville, en Floride, et du National Naval Medical Center de Bethesda, dans le Maryland, a conclu que l’augmentation du rythme cardiaque, les palpitations, l’anxiété, le syndrome des jambes sans repos, la perte de poids et les cycles menstruels irréguliers associés à l’hyperthyroïdie peuvent entraîner des sueurs nocturnes pendant le sommeil.

4. Certains types de cancer

Les sueurs nocturnes peuvent également être un symptôme secondaire de certains cancers non diagnostiqués, notamment le lymphome de Hodgkin (ou maladie de Hodgkin), un cancer des globules blancs (plus précisément des lymphocytes).

Une étude menée par des médecins de la faculté de médecine du Health Sciences Center de l’université d’Oklahoma a classé les sueurs nocturnes parmi les « symptômes B » du lymphome. Les autres symptômes B du lymphome comprennent les démangeaisons, la fièvre et une perte de poids inexpliquée.

5. L’hypoglycémie

L’American Diabetes Association considère les sueurs nocturnes comme un symptôme très courant de l’hypoglycémie (inférieure à 50 mg/dl).

De nombreux patients diabétiques qui prennent de l’insuline ou des médicaments par voie oral contre le diabète peuvent également souffrir d’hypoglycémie nocturne, ou d’épisodes d’effondrement de la glycémie (taux de sucre dans le sang) pendant le sommeil. Pendant le sommeil, le taux de glycémie est difficile à maintenir, car le pancréas ne sécrète pas l’hormone qui régule le glucose dans le sang, et des sueurs nocturnes peuvent en résulter.

6. Les infections et virus

Plusieurs types d’infections – notamment la tuberculose, le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), l’endocardite (infection bactérienne des valves cardiaques), les abcès et l’ostéomyélite (infection des os) – peuvent provoquer de la fièvre et des sueurs nocturnes.

Selon un article de recherche intitulé « Faire le diagnostic des sueurs nocturnes » et publié par la revue American Family Physician, les infections telles que la tuberculose et le VIH, qui se présentent sous la forme d’une fièvre légère, de frissons, d’une perte de poids et d’une toux, peuvent également provoquer une fièvre nocturne ainsi que des sueurs nocturnes en tant que complications ultérieures de ces maladies.

7. Le reflux gastro-œsophagien

Selon une étude de la Harvard Medical School, le reflux gastro-œsophagien (RGO) est souvent lié aux sueurs nocturnes, ainsi qu’aux symptômes de toux chronique avec expectoration sanglante (hémoptysie), de respiration sifflante ou d’essoufflement, de fatigue et de douleurs thoraciques.

Vous devriez mentionner les sueurs nocturnes chroniques à votre médecin et tenir un journal détaillé chaque fois que vous vous réveillez pendant la nuit pour noter les variations de température, les bouffées de chaleur et les niveaux de transpiration. Les recherches suggèrent qu’une fois le RGO diagnostiqué et traité, un soulagement complet des sueurs nocturnes survient généralement rapidement.

8. La ménopause

Des recherches supplémentaires menées par des épidémiologistes de la Harvard School of Public Health et publiées dans la revue JAMA Internal Medicine affirment que les fluctuations hormonales qui surviennent à la ménopause (marquant la fin des années de procréation des femmes) déclenchent souvent des symptômes vasomoteurs, tels que des bouffées de chaleur, des frissons, une transpiration excessive et des sueurs nocturnes pendant le sommeil.

Les statistiques de Harvard indiquent qu’environ 80 % des femmes ménopausées souffriront de sueurs nocturnes si importantes qu’elles perturberont leur sommeil de façon chronique. Bien que l’hormonothérapie substitutive à base d’œstrogènes soit une option pour soulager les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes, elle a été liée à des risques accrus de cancer du sein, de caillots sanguins et d’accidents vasculaires cérébraux. Veillez donc à explorer toutes vos options avec l’aide de votre médecin.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X