AVF FRA

10 traitements pour l’algie vasculaire de la face

Les algies vasculaires de la face (AVF) surviennent de manière cyclique et peuvent durer de 15 à 180 minutes, durant des semaines à des mois. Ce sont les maux de tête les plus aigus, souvent appelés ‘céphalées suicidaires’. La cause exacte des AVF est inconnue. Elles sont plus communes chez les hommes et commencent généralement avant l’âge de trente ans. Une étude allemande estime qu’un adulte sur 1000 expérimente des algies vasculaires de la face. Les symptômes incluent des douleurs intenses dans et autour d’un œil, des rougeurs, larmoiements, gonflements, constriction de la pupille, paupière tombante et congestion ou écoulement nasal.

Voici dix traitements de l’algie vasculaire de la face…

1. Oxygène

L’oxygène est un traitement de première-ligne dans le cas d’algies vasculaires aiguës de la face. L’oxygène est considéré comme un médicament abortif, efficace pour arrêter la progression de la crise. Selon une étude test publiée dans le Journal of the American Medical Association, l’inhalation d’oxygène à 100 % avec un débit de 12 litres par minute est plus efficace qu’un placébo dans l’élimination des douleurs après 15 minutes de traitement (78 % vs. 20 %).

Une étude australienne suggère que l’oxygène hyperbare (administré à une pression plus importante qu’une atmosphère) est plus efficace que l’oxygène normobare (administré à une pression d’une atmosphère) pour traiter l’algie vasculaire de la face.

Il n’y a pas d’effet secondaire rapporté lors de l’administration d’oxygène dans ce traitement aigu de l’algie vasculaire de la face. Mais l’administration d’oxygène hyperbare a deux inconvénients majeurs : le coût et le manque d’accès. Le coût de l’administration d’oxygène normobare est peu élevé, mais cette méthode de traitement est peu pratique et peu accessible. Il n’y a pas de preuve que l’oxygène empêche les céphalées futures.

2. Triptans

Les triptans sont des agents de première ligne dans le traitement aigu des algies vasculaires de la face. Tout comme l’oxygène, ce sont des agents abortifs. Les triptans ont initialement été utilisés pour traiter les migraines. Une étude de l’Université d’Oxford en Angleterre a découvert qu’une dose sous-cutanée de 6 mg de sumatriptan (Imitrex) était plus efficace qu’un placébo pour apaiser la douleur 15 minutes après l’injection (75 % vs. 32 %). La même étude montrait également qu’une dose intra nasale de 10 mg de zolmitriptan (Zomigoro) était plus efficace qu’un placébo pour apaiser la douleur 30 minutes après administration (62 % vs. 26 %).

Les effets secondaires rapportés après injection du sumatriptan incluent étourdissements, fatigue, nausées, vomissements, réactions au site d’injection et paresthésies (fourmillements cutanés). Les effets secondaires rapportés après administration intra-nasale de zolmitriptan (Zomigoro) incluent mauvais goût, gêne dans la cavité nasale et somnolence. Les individus souffrant de maladie coronarienne ou d’hypertension non contrôlée ne devraient pas prendre de triptans.

3. Lidocaïne

La lidocaïne (Xylocaïne) est un anesthésique local qui entraine une perte réversible de sensation durant les procédures chirurgicales. D’autres utilisations médicales incluent le traitement de douleurs nerveuses (neuropathie), de bourdonnements dans les oreilles (acouphènes), de battements cardiaques anormaux (arythmies) et de toux (antitussif).

Dans une étude de la Robbins Headache Clinic en Illinois, 30 patients masculins ont été traités contre l’algie vasculaire de la face par une administration intra-nasale de 4 % de lidocaïne (4 sprays dans la narine du côté affecté). Le traitement a rapporté une efficacité marginale de l’apaisement de l’algie vasculaire de la face puisque 46 % des patients n’ont pas rapporté d’amélioration. Les effets secondaires de la lidocaïne intra-nasale incluent congestion et goût désagréable. Mais grâce à la facilité d’administration et le manque d’effets secondaires sérieux, une étude supplémentaire sur l’efficacité de la lidocaïne en matière de traitement complémentaire combiné à l’oxygène ou au triptans vaudrait la peine.

4. Octréotide

L’octréotide imite l’hormone naturelle de la somatostatine, également appelée l’hormone inhibitrice de l’hormone de croissance. L’octréotide est utilisé dans le traitement de l’acromégalie (gigantisme), les VIPomas et les tumeurs carcinoïdes. Un VIPoma est une tumeur qui implique la sécrétion d’un peptide vasoactif intestinal dans le pancréas. Les tumeurs carcinoïdes sont principalement trouvées dans les voies gastro-intestinales et peuvent entrainer le syndrome carcinoïde, caractérisé par des bouffées de chaleur et de la diarrhée. Les utilisations non approuvées par le FDA Américaine incluent la diminution des saignements de varices œsophagiennes (dilatation des veines) et la vidange gastrique rapide.

Une étude londonienne a montré que des injections sous-cutanées de doses de 100 microgrammes d’octréotide avaient un effet significativement supérieur au placébo dans le traitement d’algies vasculaires aiguës de la face (52 % vs. 36 %) 30 minutes après administration. Les effets secondaires des octréotides incluent ballonnement, diarrhée, constipation, vomissements, maux de tête de fond, étourdissements, réactions au site d’injection, nausées et manque d’énergie (léthargie).

5. Ergots

L’ergotamine et le dihydroergotamine sont un groupe de médicaments appelés ergots. Les ergots peuvent être utilisés dans le traitement de maux de tête. Ils peuvent également traiter et stopper les algies vasculaires de la face. L’ergotamine entraine la vasoconstriction des vaisseaux sanguins. Il peut être administré sous la langue (voie sublinguale) pour la prévention d’algies vasculaires de la face. La dihydroergotamine est dérivée de l’ergotamine. L’autoinjection de dihydroergotamine peut aider à prévenir les algies vasculaires aiguës de la face, tandis que la dihydroergotamine par voie intraveineuse peut efficacement traiter les algies vasculaires de la face.

Une étude publiée dans Headache révèle que l’administration intraveineuse répétée de dihydroergotamine contrôle de manière sûre, rapide et efficace les algies vasculaires de la face. Tous les 54 patients de l’étude ont fini par être complètement soulagés de leurs migraines, endéans habituellement 2 jours. Les effets secondaires des ergots incluent douleur thoracique (angine), infarctus du myocarde (crise cardiaque), scarification (fibrose), démangeaisons (prurit) et étourdissements (vertiges).

6. Vérapamil

Le vérapamil appartient à un groupe de médicaments inhibiteurs calciques, principalement utilisés pour traiter l’hypertension. C’est le médicament de premier recours pour le traitement de fond des algies vasculaires de la face. Le vérapamil est vendu sous les noms Isoptin, Isoptine et Verapamine. Le dosage minimal oral est de 240 mg en dose unique ou en doses divisées le long de la journée. Une étude canadienne publiée dans Neurology a rapporté une réduction de 50 % des algies vasculaires de la face chroniques grâce au vérapamil. Le médicament peut prendre 2 à 3 semaines pour montrer ses effets complets.

Les effets secondaires du vérapamil incluent pouls lent (bradycardie), constipation, faible tension sanguine (hypotension) et élargissement des gencives (hyperplasie gingivale). Les patients utilisant ce médicament doivent effectuer des électrocardiogrammes périodiques pour surveiller la conduction cardiaque. En cas de trouble de la conduction cardiaque, les signaux électriques contrôlant le cœur sont partiellement ou complètement bloqués en chemin vers les ventricules cardiaques.

7. Lithium

Le carbonate de lithium est un médicament qui équilibre l’humeur utilisée principalement pour traiter le trouble bipolaire (maniaco-dépressif). Tout comme le vérapamil, il est utilisé comme traitement de fond pour prévenir les algies vasculaires de la face. Une étude canadienne publiée dans Neurology a rapporté une réduction de 37 % des algies vasculaires de la face chroniques traitées au lithium. Les bienfaits de ce traitement apparaissent généralement sous 2 semaines d’utilisation du médicament.

Un dosage par voie orale de 800 à 900 mg en doses divisées avec les repas est recommandé. Les effets secondaires du carbonate de lithium incluent tremblements des mains, nausées, soif excessive, miction excessive (polyurie) et hypothyroïdie (glande thyroïde lente). La quantité de lithium dans le sang devrait être contrôlée tous les 6 mois et entrainer des changements de dosage pour éviter la toxicité. Le fonctionnement des reins et de la thyroïde doit également être surveillé périodiquement durant la prise de ce médicament.

8. Corticostéroïdes

Les corticostéroïdes par voie orale (stéroïdes) sont des inhibiteurs puissants de l’inflammation et peuvent être utilisés dans la prévention d’algies vasculaires de la face chroniques. Ils sont les plus efficaces en thérapie combinée avec un autre médicament de fond comme le vérapamil ou le lithium. Le prednisone est le corticostéroïde prototype. Il est généralement pris en dose orale de 50 à 80 mg par jour sur une période de 10 à 12 jours.

L’utilisation à long terme de corticostéroïdes n’est pas recommandée à cause des effets secondaires potentiellement sévères tels que l’augmentation du sucre dans le sang (hyperglycémie), l’hypertension, l’appétit accru, l’insomnie et la nervosité. Aucun test clinique adéquat n’existe pour prouver que les corticostéroïdes sont utiles dans le traitement à long terme des algies vasculaires de la face chroniques.

9. Topiramate

Le topiramate (Epitomax) est un agent antiépileptique utilisé dans le traitement des épilepsies. Plusieurs petites études ont montré l’efficacité de ce médicament dans le traitement de fond d’algies vasculaires de la face. Le mécanisme d’action exact des algies vasculaires de la face est inconnu. Une étude espagnole publiée dans Headache a rapporté la rémission des algies vasculaires de la face chez 60 % des patients traités grâce au topiramate. Ces patients ont reçu des doses faibles (25 à 75 mg par jour).

Les effets secondaires du topiramate incluent étourdissements, fatigue, nervosité, paresthésies (fourmillements cutanés), perte de cheveux (alopécie), et perte d’appétit (anorexie). Il ne devrait pas être prescrit aux individus ayant des antécédents médicaux de calculs rénaux (néphrolithiases). Le topiramate devrait également être évité chez les femmes enceintes à cause d’un risque accru de malformations à la naissance, y compris un bec de lièvre.

10. Mélatonine

La mélatonine est une hormone produite par la glande pinéale du cerveau qui aide à contrôler le cycle d’éveil et de sommeil chez l’être humain. De petites quantités de cette hormone sont présentes dans des aliments comme la viande, les céréales, les fruits et les légumes. Elle est souvent utilisée en complément pour encourager un sommeil réparateur chez les personnes souffrant de décalage horaire ou de troubles du sommeil (insomnie). Une étude italienne publiée dans Cephalgia rapporte la rémission d’algies vasculaires de la face chez 50 % des patients ayant reçu une dose orale de 10 mg de mélatonine tous les soirs. Chez les patients ayant répondu au traitement par mélatonine, les algies vasculaires de la face étaient en rémission jusqu’à ce que le traitement soit interrompu.

L’administration de mélatonine n’entraine aucun effet secondaire significatif. Ce pourrait être le médicament de fond le plus utile dans le traitement d’algies vasculaires de la face chez des individus qui ne peuvent tolérer d’autres médicaments utilisés pour traiter cette maladie.

Share This Article

X