Conseils FRA

10 raisons d’éviter l’aspartame à tout prix

Pendant des années, le soda light semblait être l’alternative parfaite au soda normal, rempli d’une quantité ahurissante de sucre et ultra riche en calories. Vous pouviez boire des sodas allégés à l’aspartame sans vous sentir coupable, et le goût était similaire à l’alternative malsaine. Mais à quel coût ? La vente de sodas allégés a récemment pris un énorme coup dans l’aile – surtout celles du Coca Light de Coca Cola – tandis que le débat et la controverse sur l’aspartame atteint de nouvelles sphères. Les experts se demandent si l’aspartame est en fait une alternative saine au sucre et sont nombreux à avertir des dangers potentiels de sa consommation. La sécurité de l’aspartame est mise en doute, et des études associent cet édulcorant à des problèmes de vision et de maux de tête, ainsi qu’à ces 10 raisons de l’éviter à tout prix…

1. Problèmes de vision

Certains cas de douleurs oculaires, de vision trouble et d’yeux secs auraient été associés à la consommation d’aspartame. L’aspartame est fait de phénylalanine, d’acide aspartique et de méthanol. Le méthanol serait potentiellement toxique pour la rétine et le nerf optique, entrainant des troubles oculaires. Faites particulièrement attention lorsque les aliments et boissons contenant de l’aspartame sont conservés durant de longues périodes ou exposés à la chaleur – la décomposition des composants de l’aspartame peut être toxique pour vos yeux.

2. Maux de tête et migraines

La plupart des personnes qui souffrent de maux de tête et de migraines ont des déclencheurs, et la plupart de ces déclencheurs sont présents dans l’alimentation. Tout comme le chocolat, le vin rouge, le fromage et d’autres aliments et boissons courantes, l’aspartame a été identifié comme un déclencheur potentiel par la Mayo Clinic. Comme pour la caféine et l’alcool, il ne faut qu’une petite quantité d’aspartame pour déclencher des maux de tête et des migraines, et de nombreux médecins recommandent d’éliminer ce facteur déclencheur de votre alimentation et de vos boissons. Si vous souffrez d’une ou de l’autre forme de maux de tête, évitez l’aspartame tant que possible.

3. Troubles diabétiques

Bien que les édulcorants soient une alternative commune au sucre pour les victimes de diabète, la controverse l’entourant suggère que ce serait peut-être une bonne idée d’éviter d’en consommer si vous êtiez diabétique. Certaines études suggèrent que l’aspartame pourrait réduire la sensibilité à l’insuline. Une étude de l’American Diabetes Association soulève la préoccupation suivant laquelle les diabétiques qui consomment de l’aspartame avant de faire de l’exercice expérimenteraient une chute de leur glycémie. A cause de ces études, de nombreux spécialistes du diabète pensent que l’aspartame pourrait ne pas être une alternative aussi sûre au sucre et suggèrent aux diabétiques de l’éviter.

4. Prévention de la perte de poids

Si vous tentez de perdre du poids, il est commun de consommer des aliments à faible teneur en glucides et en sucre, et il existe de nombreuses options sur le marché. Mais les aliments à faible teneur en sucre sont habituellement adoucis avec un édulcorant comme l’aspartame qui ne vous aidera pas forcément à perdre du poids. En réalité, les aliments de régime transformés pourraient vous empêcher d’en perdre – car apparemment votre corps s’attend à consommer des glucides en fonction du goût des aliments. Lorsque le corps ne reçoit pas ces glucides, cela entraine faim et crises de boulimie. A la place de remplacer vos envies de sucre avec des aliments édulcorés, consommez des aliments frais et buvez de l’eau avec du citron, de la lime ou du concombre pour alimenter votre corps sans le sucre.

5. Sautes d’humeur

Des études révèlent que l’aspartame a des effets secondaires néfastes chez les personnes souffrant de dépression. L’aspartame peut aggraver les sautes d’humeur, et une étude importante a même dû être arrêtée à cause de la sévérité des effets. Si vous êtes dépressif ou avez souffert de dépression, votre médecin devrait vous conseiller d`un point de vue alimentation, et vous empêcher de consommer des aliments contenant de l’aspartame. La bonne nouvelle, c’est que l’aspartame ne déclencherait pas la dépression, mais si vous êtes dépressif, tentez d’éviter les édulcorants ou de passer à un autre.

6. Inflammation et douleurs articulaires

Il y a plusieurs cas rapportés de douleurs articulaires et d’inflammation après la consommation d’aspartame. De nombreuses personnes y seraient allergiques – votre corps tente de se protéger contre les produits chimiques présents dans l’édulcorant, entrainant une réaction allergique. Vos tissus conjonctifs pourraient s’enflammer, causant douleur et inconfort. Un test allergène peut être effectué pour confirmer si vous êtes allergique à l’aspartame ou non, et le seul traitement est de l’éliminer complètement de votre alimentation. Si vous êtes sujet à l’inflammation et aux douleurs articulaires, évitez l’aspartame.

7. Crampes d’estomac

Lors de l’arrivée de l’aspartame sur le marché des sodas au début des années 80, l’office du contrôle des produits alimentaires reçut de nombreuses plaintes sur les effets secondaires et réactions à sa consommation. Les crampes d’estomac faisaient partie des plaintes courantes, surtout durant la première année de vente. Aujourd’hui, de nombreuses personnes souffrant de crampes abdominales et stomacales affirment que leurs symptômes disparaissent après avoir éliminé les édulcorants – particulièrement l’aspartame – de leur régime alimentaire. Et il semble que les effets secondaires s’arrêtent dès le changement d’alimentation.

8. Risque accru de crises d’épilepsie

Selon le site LiveStrong.com, l’aspartame serait l’aliment qui fait l’objet du plus de plaintes à l’office du contrôle des produits alimentaires. Jusqu’à 30% des gens seraient sensibles à l’aspartame. Etonnamment, il existe plus d’un millier de plaintes de pilotes concernant l’aspartame, et les crises d’épilepsie sont premières du classement. Il est possible que le méthanol présent dans l’aspartame contenu dans les sodas allégés entraine une réaction toxique plus sévère lorsqu’il est consommé en altitude, comme dans les avions. Une autre théorie serait que les pilotes consommeraient plus de sodas allégés durant les vols, augmentant la probabilité d’effets secondaires potentiels comme les crises d’épilepsie.

9. Troubles de l’audition

L’office de contrôle des produits alimentaires a une liste d’environ 90 symptômes documentés associés à la consommation d’aspartame. La perte d’audition, le bourdonnement dans les oreilles et l’intolérance au bruit sont certains de ces symptômes. L’acouphène est un bourdonnement débilitant des oreilles et est souvent rapporté par les personnes consommant du soda allégé. La perte d’audition associée aux cas d’acouphène peut être permanente. La bonne nouvelle, c’est que les troubles d’audition liés à la consommation d’aspartame seraient simplement résolus par l’arrêt de sa consommation.

10. Etudes controversées sur le cancer

L’aspartame serait lié à certains types de cancer. Bien qu’il ait été approuvé pour la consommation par l’office de contrôle des produits alimentaires, les préoccupations continuent à s`amplifier sur l’absorption de l’aspartame par le corps. Contrairement aux autres édulcorants artificiels, votre corps métabolisme l’aspartame lors de son ingestion, transformant ses composés. Bien que les agences gouvernementales disent que leurs études ne montrent aucun lien entre la consommation d’aspartame et le cancer, certaines études non gouvernementales auraient découvert un lien, surtout avec les tumeurs du cerveau.

X