Signes et symptômes du zona

Chaque année, plus d’un million d’Américains souffrent de zona, une éruption cutanée accompagnée de démangeaisons causée par une infection virale qui affecte les racines nerveuses et provoque aussi la varicelle. De fait, les personnes qui ont eu la varicelle peuvent être affectées par un zona des années plus tard (le plus souvent après l’âge de 50 ans) en raison du fait que l’infection peut perdurer en dormance et redevenir active en raison de l’âge, d’une immunité réduite, d’un traitement médical (comme les radiations), un médicament affectant l’immunité, ou une infection (comme le VIH).

Le problème avec le zona est que ces symptômes imitent souvent d’autres conditions, telles que l’herbe à puce ou la gale. Cependant, il existe aussi des signes révélateurs trahissant un zona et notamment…

1. Éruption cutanée

Lorsque le virus du zona s’active, il peut déclencher une éruption cutanée qui se présente sous la forme de cloques douloureuses et remplies de liquide, souvent contenues sur un seul côté ou une seule zone du corps. Cela se produit parce que le virus affecte les racines nerveuses localisées, généralement dans la poitrine, le dos, les fesses ou le cou, et reste directement lié à ces zones pendant environ 7 à 10 jours. Au début, les cloques seront remplies d’un liquide clair, mais après quelques jours, ce dernier va se troubler et prendre une teinte plus sombre et trouble.

La plupart des patients déclarent généralement ne pas se sentir bien dans les jours qui ont précédé l’apparition de l’éruption cutanée, certains affirmant qu’ils ont développé une forme bénigne de la grippe. Ces symptômes pseudo-grippaux sont généralement accompagnés de ganglions lymphatiques enflés, qui peuvent être sensibles au toucher. Si vous avez déjà eu la varicelle et que vous développez des symptômes pseudo-grippaux et des ganglions lymphatiques enflés, soyez à l’affût d’une éruption cutanée et consultez votre médecin dès que possible si elle se développe.

2. Sensations de picotements

Des sensations de picotements sont souvent signalées avec les symptômes pseudo-grippaux qui précèdent l’apparition de l’éruption cutanée caractéristique du zona. Ces sensations de picotements se manifestent généralement par une sensibilité extrême au toucher dans une zone localisée ou sur un côté du corps. Les patients signalent également des démangeaisons, des brûlures et un engourdissement, qui sont généralement contenus dans les zones du corps où l’éruption se formera par la suite.

Les médecins pensent que ces sensations de picotements se produisent parce que le virus responsable du zona affecte les racines nerveuses. Ainsi, les nerfs des zones touchées répondront à un stimulus qui n’est présent qu’au niveau microbien. Le patient ressentira une sensibilité, des picotements, des démangeaisons et des brûlures sans raison apparente. Les zones les plus courantes de ces sensations de picotements comprennent le dos, la poitrine, l’abdomen, le visage, le cou, la tête, un bras ou une jambe. Elles n’affectent presque jamais les deux côtés du corps simultanément.

3. Nausée

Avant le développement et l’apparition du zona, vous pouvez également souffrir de nausées. Au début, les patients peuvent penser que ces symptômes sont causés par quelque chose qu’ils auraient mangé ou bu, mais ils évolueront généralement vers un syndrome pseudo-grippal qui éliminera tout doute sur votre malaise. Dans la plupart des cas, les patients signalent une sensation générale de nausées, qui peut s’aggraver dans certaines positions. Certaines personnes souffrent également de diarrhée et/ou de vomissements. Cependant, les vomissements sont relativement rares.

L’un des aspects définitifs des nausées et des symptômes pseudo-grippaux qui précèdent une épidémie de zona est qu’ils ne s’accompagnent généralement pas d’une augmentation de la température corporelle. Ainsi, vous pouvez avoir l’impression d’avoir de la fièvre même si votre température corporelle est encore tout à fait normale.

4. Douleurs stomacales

En plus des nausées, les patients peuvent également ressentir des douleurs à l’estomac avant une épidémie de zona. Dans la plupart des cas, l’inconfort gastrique est relativement léger, mais suffisamment perceptible pour que le patient remarque qu’il y a un problème. Une douleur à l’estomac aiguë pourrait être un signe de zona si elle est associée à d’autres symptômes pseudo-grippaux.

5. Migraine

Le virus du zona causera souvent des douleurs neuropathiques au niveau des nerfs crâniens et des racines nerveuses, ce qui se traduira par un mal de tête douloureux et récurrent qui ne passera souvent pas avec des médicaments contre les maux de tête sans ordonnance. Cela s’explique par le fait que ce mal de tête est déclenché par une interférence avec vos nerfs, une condition que la plupart des analgésiques en vente libre ne sont pas capables de traiter.

6. Fièvre

Nous avons déjà mentionné que les symptômes pseudo-grippaux observés dans les cas de zona ne provoquent normalement pas une augmentation de la température corporelle. Cependant, ce n’est pas une règle stricte qui s’appliquera à tous les cas. Rarement, les patients peuvent non seulement avoir l’impression d’avoir de la fièvre, mais ils peuvent également en développer une. Cela n’arrive pas souvent, mais quand cela se produit, cela peut être grave. Il n’est pas rare que la fièvre liée au zona dépasse les 38,3 degrés Celsius.

Le meilleur traitement contre la fièvre est le repos et une bonne hydratation. Cependant, si la fièvre s’accompagne de symptômes supplémentaires, tels qu’une raideur à la nuque, des problèmes respiratoires ou un mal de tête très sévère, vous devez consulter immédiatement un médecin. Toute fièvre supérieure à 38,9 degrés Celsius doit être surveillée médicalement. Il en est de même des fièvres qui durent plus de quelques jours ou qui s’aggravent au cours d’une période de 24 heures.

7. Frissons

Il est très courant de ressentir des frissons avant que l’éruption du zona n’éclate, en raison des fluctuations de la température corporelle et de la réponse naturelle du système immunitaire à une infection virale. Ces frissons ne sont généralement pas localisés, mais semblent plutôt affecter l’ensemble du corps. Cela induit souvent les patients en erreur en leur faisant croire qu’ils n’ont rien de plus qu’une grippe ordinaire, alors qu’en réalité, ils ressentent les premiers symptômes d’un cas de zona.

Comme pour de nombreux autres symptômes du zona, les frissons ne peuvent être soignés que par un traitement palliatif conçu pour améliorer le niveau global de confort du patient. Écoutez votre corps et réagissez en conséquence. Si vous avez froid, réchauffez-vous en mettant des vêtements plus chauds ou en restant sous une couverture. Si vous avez trop chaud, rafraîchissez-vous en enlevant une couche de vêtements ou en ajustant la température intérieure. Malheureusement, les frissons peuvent être difficiles à gérer, car les patients auront tendance à osciller entre la sensation de chaud et de froid. Dans ce cas, restez aussi confortable que possible, évitez les activités intenses et hydratez-vous bien.

8. Problèmes oculaires

Des complications visuelles peuvent survenir si le virus du zona se propage aux nerfs oculaires. Cela provoquera des douleurs oculaires dans les environnements lumineux, une condition connue sous le nom de « photosensibilité ». Dans les cas les plus extrêmes, une infection oculaire désagréable (appelée « conjonctivite ») peut survenir. La conjonctivite provoquera une inflammation et le développement d’une couche collante sur les cils. Les options de traitement comprennent l’introduction de larmes artificielles pour maintenir l’humidité oculaire ainsi que des compresses froides pour aider à modérer la température des tissus environnants.

Ces symptômes doivent être considérés comme très graves. Si vous les développez, consultez immédiatement un médecin. Les symptômes oculaires non traités causés par le zona peuvent entraîner une déficience visuelle temporaire ou permanente, voire la cécité. Bien que ces effets secondaires soient rares, ils sont néanmoins existants ; les dommages permanents résultent généralement de complications provoquées par une sécheresse oculaire excessive ou une température mal régulée des tissus voisins.

9. Douleur musculaire

La douleur musculaire (ou « myalgie ») est souvent un signe avant-coureur du zona. Elle se présente généralement sous la forme d’un picotement particulièrement douloureux ou d’une sensation d'”aiguilles perçantes” sous la peau, et elle se manifeste le plus souvent dans les muscles des bras et des jambes. Les patients peuvent aussi ressentir une extrême sensibilité ou une douleur dans les muscles qui n’ont pourtant pas été surmenés, ainsi que d’autres symptômes de malaise.

Comme les maux de tête, ce type de douleur musculaire peut persister pendant de longues périodes, même après la disparition du zona. Cette douleur musculaire persistante fait partie du syndrome de névralgie post-zostérienne et peut être très difficile à traiter. Dans de rares cas, elle persistera très longtemps ; certains patients expliquent avoir été affectés  pendant de nombreuses années. Cependant, comme les maux de tête névralgiques et post-zona, les douleurs musculaires persistantes disparaissent généralement d’elles-mêmes dans 30 jours.

10. Extrême fatigue

La plupart des personnes qui ont eu un zona se plaindront, dans les jours qui précèdent l’épidémie, de léthargie ou d’un sentiment d’être complètement vidé de leur énergie sans raison apparente. Cela peut entraîner des périodes de sommeil plus longues ou des envies irrépressibles de faire une sieste pendant la journée. Malgré tous les efforts du patient, les tentatives pour booster ses niveaux d’énergie ne seront généralement pas efficaces, ou n’auront que des résultats temporaires. De nombreuses personnes augmentent leur consommation de caféine, ce qui entraîne des mictions plus fréquentes, provoquant une déshydratation et une intensification des symptômes de malaise et de fatigue.

Dans certains cas, les patients peuvent se sentir confus ou même expérimenter des pertes de mémoire sans raison apparente. Heureusement, la plupart des patients se remettent complètement de ces symptômes une fois le zona guéri. Il est extrêmement rare que de tels problèmes persistent pendant des semaines ou des mois après la disparition des autres symptômes.

11. Sensibilité au toucher

Une sensibilité extrême au toucher est une plainte commune des patients atteints de zona. Cette sensibilité affecte généralement le front et la poitrine, ce qui rend l’alimentation, le sommeil et les activités quotidiennes très inconfortables ou presque impossibles. Dans presque tous les cas, cette sensibilité est plus prononcée dans les zones du corps affectées par les éruptions cutanées qui constituent le symptôme le plus visible et le plus définitif de la maladie.

Cette sensibilité au toucher se présente généralement avant que l’éruption cutanée n’éclate, les patients signalant que certaines parties localisées de leur corps sont soudainement sensibles, douloureuses ou très réactives à des stimuli externes, même légers. En conséquence, le sommeil peut être difficile car les draps et certaines positions exerceront une pression sur ces zones. Les symptômes de sensibilité culminent généralement quelques jours à une semaine après l’apparition de l’éruption cutanée avant de s’atténuer à mesure que l’état du patient s’améliore. Cependant, ils peuvent persister dans le cadre du syndrome de névralgie post-zostérienne chez une minorité de personnes qui se seront pourtant complètement rétablies.

12. Névralgie post-zostérienne

Malheureusement, un nombre cliniquement significatif de personnes qui développent un cas de zona continueront à ressentir de la douleur et des maux de tête même après que la maladie ait disparu. Dans les cas les plus extrêmes, cet inconfort persistant peut durer des mois, voire des années.

La maladie est connue sous le nom de « névralgie post-zostérienne » et est souvent concentrée dans le front lorsqu’elle affecte la région de la tête. Dans le meilleur des cas, la névralgie post-zostérienne ne durera qu’environ 30 jours, bien que vous puissiez avoir besoin de soins supplémentaires et d’un traitement ciblé pour vous aider à gérer les symptômes persistants.

13. Fatigue

Les personnes souffrant de zona expérimenteront souvent des épisodes de fatigue. Cette fatigue peut même persister après que l’infection ait disparu. Mais le zona ne sera pas toujours la cause de cette fatigue extrême. Parfois, la raison de ces éruptions peut vous fatiguer. Ces causes sous-jacentes varieront en fonction de vos circonstances personnelles. Par exemple, elle peut être due à une opération, une maladie ou fatigue, un deuil, etc.

14. Démangeaisons

Avant que l’éruption de zona n’apparaisse, les patients ressentiront souvent des démangeaisons. Les démangeaisons se feront sentir dans la zone où l’éruption va se développer. Cela peut se produire durant quelques jours jusqu’à plusieurs semaines avant l’apparition de l’éruption cutanée. La sensation peut varier, c’est-à-dire qu’elle peut venir par vague. Le patient peut également ressentir des brûlures ou des picotements, souvent accompagnés d’autres symptômes.

15. Douleur nerveuse prolongée

Certaines personnes peuvent développer des lésions nerveuses à long terme dues au zona. Cette douleur prolongée pourrait être un symptôme de névralgie post-zostérienne. Elle peut durer de la première année jusqu’à 18 mois après la disparition du zona. Les patients doivent apprendre à gérer leur douleur jusqu’à ce qu’elle s’atténue, ou jusqu’à ce qu’un médecin ne leur recommande un traitement.

16. Syndrome de Ramsay Hunt

Si vous présentez des symptômes de zona sur ou autour de vos oreilles, ils peuvent entraîner un syndrome de Ramsay Hunt s’ils ne sont pas traités. Les symptômes de cette maladie comprennent des étourdissements, des maux d’oreille, une perte auditive et des bourdonnements. Certaines personnes peuvent même ressentir une perte de leur capacité à déplacer certaines parties de leur visage. La bonne nouvelle est que cette complication est rare, à condition de recevoir un traitement précoce contre le zona.

17. Gonflement

Une autre complication grave qui peut se développer à partir du zona est le gonflement ou l’inflammation des poumons, du cerveau ou du foie. Il s’agit d’une complication rare, mais potentiellement mortelle, ce qui explique pourquoi elle est à surveiller. Consulter votre médecin régulièrement pendant une éruption de zona peut vous aider à vous assurer que votre état de santé n’atteint pas ce niveau de risque.

18. Autres complications possibles

Il existe d’autres complications que vous pouvez rencontrer sur le long terme avec le zona. De fait, jusqu’à quatre pour cent des personnes atteintes de zona sont hospitalisées pour des complications. Certaines complications comme la douleur nerveuse et les gonflements à long terme sont plus dangereuses que d’autres, mais il existe également des complications moins graves.

Par exemple, le zona est une éruption cutanée dont les cloques s’ouvrent et forment une croûte. Il est important qu’elles soient gardées propres et sèches pour réduire le risque de développer une infection bactérienne. Cette dernière augmente également la probabilité que votre peau ne garde des cicatrices.

19. Facteurs de risque

Toute personne ayant eu le virus de la varicelle (ou zona de type sauvage) risque de développer un zona. Cela s’applique également à ceux qui ont été vaccinés contre la varicelle. Les risques d’hospitalisation en raison d’un zona augmente après l’âge de 50 ans. Cette maladie est également très contagieuse, soyez donc prudent si vous connaissez une personne atteinte de zona.

Les personnes vivant avec certaines conditions affectant leur système immunitaire présentent un risque accru de contracter le zona. Cela inclut le cancer, le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), les conditions touchant la moelle osseuse ou le receveur d’une greffe d’organe solide et toute personne prenant des médicaments immunosuppresseurs.

20. Quand consulter un médecin

Si vous ressentez des douleurs ou observez des éruptions cutanées près des yeux, vous devriez consulter un médecin immédiatement. N’attendez pas que l’éruption cutanée se propage davantage sur votre corps, car cela peut entraîner des complications très graves. Les personnes de plus de 60 ans ou dont le système immunitaire est affaibli ne devraient pas attendre de consulter leur médecin si elles présentent ces symptômes.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X