Encéphalite FRA

Signes et symptômes de l’encéphalite

L’encéphalite est une inflammation rare, mais très grave qui entraine le gonflement du cerveau. De nombreux types de virus peuvent causer l’encéphalite, y compris le virus de l’herpès, du Nil occidental, des oreillons et de la rubéole. Les cas sévères peuvent entrainer des hémorragies du cerveau, des dégâts cérébraux et la paralysie. Comme de nombreuses maladies graves, les jeunes enfants et les séniors sont plus à risques de complications. La sévérité de l’encéphalite dépend de son origine ; les infections virales sont rarement la cause de cette maladie, mais si c’est le cas, elles entrainent le plus de dégâts. La bonne nouvelle, c’est que les nombreux virus qui peuvent causer l’encéphalite ont un vaccin, ce qui réduit grandement le risque de développer cette maladie potentiellement mortelle. Être conscient des signes et des symptômes de l’encéphalite peut vous aider à empêcher une inflammation grave avant qu’il ne soit trop tard…

1. Fièvre

La fièvre est malheureusement, et fréquemment, un signe de nombreuses maladies ; des plus courantes comme le rhume, la grippe, les allergies, les inflammations, aux plus graves comme le cancer. Mais la fièvre peut également être un symptôme de l’encéphalite, bien qu’il ne soit pas toujours évident qu’elle soit causée par une infection potentiellement très grave. Parce que la fièvre est la réaction du corps à toute sorte d’infection ou de maladie, sans la présence d’autres signes et symptômes associés, elle est souvent négligée et n’est pas traitée avant l’apparition d’autres symptômes ou son aggravation.

Dans le cas de l’encéphalite, les patients peuvent rapidement développer une fièvre en réaction au virus contracté par le corps. Les fièvres légères ne sont généralement pas préoccupantes, mais il est important de les surveiller. En fonction du virus qui pourrait entrainer l’encéphalite, la fièvre pourrait se présenter à tout moment entre 2 et 15 jours d’incubation. Cela ne veut pas dire que le virus entrainera forcément une encéphalite, mais il est important de savoir que vous avez été exposé à un virus au cas où la maladie progresse.

2. Céphalées

Les maux de tête légers sont un symptôme précoce de l’encéphalite virale, et ces symptômes légers pourraient être les seuls expérimentés par les patients infectés. Gardez à l’esprit qu’il y a des tas de cas d’infections virales qui ne sont pas diagnostiqués et enregistrés, car les symptômes ne deviennent jamais graves et que la maladie ne progresse pas. Mais dans les cas plus sévères d’encéphalite, les maux de tête légers peuvent ne durer que quelques jours avant que d’autres symptômes plus sérieux et notables ne commencent à se développer ; comme les céphalées violentes, la maladresse et la désorientation.

Identifier la source de l’encéphalite est très important, mais les experts médicaux peuvent avoir du mal. De nombreuses infections virales qui entrainent cette maladie peuvent être traitées grâce à des médicaments antiviraux. En réalité, le traitement commence souvent avant réception des résultats des tests, car le temps importe grandement dans le cas de l’encéphalite. Si les médecins sont sûrs de la cause ou que le patient a le virus de l’herpès simplex, ils traiteront le virus pour l’empêcher de voyager vers le cerveau.

3. Douleurs articulaires

Les signes et symptômes précoces de l’encéphalite peuvent varier en fonction du virus qui cause la maladie. Par exemple, tous les patients n’expérimenteront pas de douleurs articulaires. Mais pour ceux dont c’est le cas, la douleur articulaire est souvent considérée comme un symptôme léger qui peut s’accompagner de symptômes grippaux comme la fièvre et le mal de tête. La recherche suggère que même si les symptômes des infections virales se ressemblent, la douleur articulaire peut être plus commune si le patient souffre d’encéphalite due à un virus de moustique, de tique ou de cheval.

Des tas de virus et de maladies entrainent des douleurs articulaires, et il peut être difficile de reconnaître la transformation de ce symptôme en quelque chose de bien plus grave. Un symptôme plus grave souvent attribué aux douleurs articulaires est un cou ou un dos raide, mais c’est en fait un signe d’encéphalite ou de méningite grave. Si vous n’avez normalement pas de douleurs articulaires et souffrez d’autres symptômes douteux, faites-vous traiter par un médecin aussi vite que possible, et pensez à toute exposition potentielle à un virus endéans les deux dernières semaines.

4. Nausée

La nausée peut être un symptôme précoce d’encéphalite, causée par le virus qui a infecté le corps. Chez les enfants et les nourrissons, il peut être particulièrement difficile de savoir ce qui ne va pas, car ils pourraient être incapables de communiquer son ressentis. Mais la nausée est l’un des symptômes les plus facilement identifiables chez les enfants, donc il est important de faire attention aux signes et à la description de leur mal.

De nombreux patients vomissent en plus d’avoir la nausée, ce qui est un signe de l’infection progressant en encéphalite. Bien que la nausée et le vomissement soient des symptômes de l’infection virale et aient tendance à disparaitre avant que d’autres symptômes plus sérieux ne se développent, certains patients expérimentent des nausées et vomissements extrêmes tandis que la maladie progresse. Même si vous pensez n’avoir que des symptômes grippaux, si ces symptômes continuent après quelques jours, cela pourrait signifier que l’infection empire et vous devriez consulter un médecin.

5. Faiblesse musculaire

L’encéphalite est une maladie sournoise et dangereuse, car elle peut affecter différentes zones du cerveau. Cela influence donc les symptômes expérimentés par les patients ; chaque zone cérébrale étant responsable d’une fonction propre, le corps réagira différemment selon la zone enflammée. Dans certains cas, les patients peuvent ressentir des faiblesses musculaires et même perdre le contrôle de leurs muscles, car les signaux entre le cerveau et les muscles sont perturbés.

C’est facile de penser que le corps entier est malade à cause des nombreux symptômes viraux, mais bien que la fatigue soit commune après une infection virale, elle ne devrait pas être confondue avec la faiblesse musculaire. Les changements bénins de force et de mouvement ne devraient pas être ignorés. Les virus déclenchent une encéphalite en attaquant directement le cerveau ou en voyageant vers le cerveau à partir d’une autre zone du corps. Et une fois que l’infection entraine l’inflammation, les symptômes comme la faiblesse musculaire peuvent continuer à empirer si la maladie n’est pas traitée.

6. Cou raide

En plus des douleurs généralisées, vous pourriez ressentir des raideurs du cou quelques jours ou une semaine après les symptômes grippaux. Votre dos peut également devenir raide et douloureux. Bien que cela ne vous semble peut-être pas grave, un cou raide peut être un signe qu’une infection virale a empiré et s’est propagée à la colonne vertébrale ou au cerveau. L’inflammation dans le cerveau peut être la cause de la raideur du cou, et met l’accent sur l’importance d’un traitement rapide. D’autres symptômes graves comme les convulsions, les difficultés de concentration et la perte de contrôle musculaire peuvent également être présents à ce stade.

Parce que le cou raide est un signe commun de méningite, il peut ajouter à la difficulté de diagnostiquer l’encéphalite. Selon le National Institute of Neurological Disorders and Stroke, la méningite survient lorsqu’une infection touche les membranes qui entourent le cerveau et la colonne vertébrale, alors que l’encéphalite est un gonflement du cerveau. Les patients peuvent même souffrir de ces deux infections en même temps ; c’est la méningo-encéphalite. Ces infections peuvent avoir des effets dangereux et entrainer des dégâts permanents.

7. Éruptions cutanées

Certaines infections virales qui peuvent entrainer l’encéphalite déclenchent des éruptions cutanées, qui peuvent souvent aider les médecins à diagnostiquer la cause de l’infection. Couplées à d’autres symptômes, les éruptions peuvent offrir un diagnostic rapide. C’est un symptôme à rechercher sur les enfants et les nourrissons pour déterminer la cause de leurs pleurs et de leur maladie. Diagnostiquer le virus de manière précoce réduit habituellement le risque de progression si un traitement est disponible. Parfois, traiter les symptômes peut aider à guérir avant que l’infection ne se développe en encéphalite.

Mais tous les cas d’encéphalites virales ne sont pas traitables. Les éruptions cutanées surviennent souvent dans le cas d’une infection par le virus du Nil occidental, qui ne répond pas aux médications antivirales ou autres. Les symptômes initiaux du virus sont similaires à ceux d’autres infections virales, en plus de la diarrhée. Les patients touchés par le virus du Nil occidental sont rarement très malades, mais l’encéphalite du Nil occidental est possible et extrêmement dangereuse. Les individus qui ne se sentent pas bien et ont développé une éruption cutanée devraient consulter un médecin.

8. Convulsions

L’un des symptômes les plus graves des encéphalites sont les convulsions, et pas seulement à cause des problèmes associés. Les convulsions signalent que le virus a atteint un niveau élevé de gravité et de risque, et qu’il devrait être traité avant que ne surviennent des dégâts permanents. Dans de rares cas, les convulsions issues d’infections graves peuvent entrainer la mort. Lorsqu’un patient souffre de convulsions causées par une encéphalite, c’est souvent quelques jours après les symptômes grippaux initiaux.

Il y a de nombreux cas d’encéphalite où le virus ne peut être traité, mais il y a de l’espoir en traitant les symptômes ou effets secondaires afin de réduire l’impact de l’infection. Les convulsions peuvent être traitées grâce à des antiépileptiques, pour éviter qu’elles ne surviennent. Souvent, ces médicaments peuvent aider le patient à passer les moments les plus difficiles de la maladie sans le stress et les implications médicales de symptômes graves comme les convulsions.

9. Photosensibilité

De nombreuses personnes souffrent de photosensibilité lorsqu’elles ont des maux de tête, mais c’est également un symptôme plus grave de l’encéphalite. Les patients peuvent se détourner, tourner les yeux ou plisser des yeux en présence de lumière. Contrairement aux symptômes viraux légers initiaux, la photosensibilité indique souvent que le cerveau est gonflé par l’infection et qu’une encéphalite s’est développée. D’autres troubles visuels, comme la vision double ou floue, peuvent également survenir. Dans les cas de symptômes visuels, les médecins examinent souvent pour la méningite, car elle entraine des symptômes visuels similaires.

L’aspect positif de l’encéphalite, c’est que l’infection virale et les symptômes dangereux ne passent pas souvent inaperçus – les symptômes grippaux sont difficiles à ignorer ! Et une fois que l’infection progresse et entraine faiblesse musculaire, céphalées violentes, photosensibilité et autres symptômes, les patients aussi malades auront tendance à demander de l’aide médicale. Mais gardez à l’esprit que le plus tôt vous êtes diagnostiqué le mieux c’est, donc n’attendez pas avant de consulter un médecin si vous sentez que votre infection virale empire.

10. Changements de personnalité

Les signes et symptômes d’infections virales graves peuvent ensuite affecter la mémoire, la pensée et d’autres zones du cerveau. La confusion et la désorientation sont communes, mais en plus de ces symptômes, les patients qui souffrent d’encéphalite sévère peuvent également avoir des changements importants de personnalité. Et ça ne passe pas inaperçu, surtout chez des gens particulièrement extravertis, car ils peuvent soudain se renfermer et agir différemment dans certaines situations.

Les changements de personnalité peuvent également être permanents. Les patients aux encéphalites graves peuvent endommager leur santé psychologique en plus de toutes les autres implications neurologiques. Si vous remarquez un changement de personnalité en conjonction avec des symptômes légers à modérés d’infection virale, il est important de consulter un médecin ou même les urgences. Les changements de personnalité sont un signe de progression d’encéphalite ; un traitement devrait être entamé aussi vite que possible pour éviter les dégâts graves et permanents.

Share This Article

X