Santé FRA

Les pires super-bactéries qui menacent votre santé

Durant les dix dernières années, les super-bactéries qui sont entrées aux États-Unis et sont une menace pour la santé publique ont fait la une de l’actualité. Bien que de nombreuses super-bactéries n’aient affecté qu’un petit nombre d’individus, certaines sont très dangereuses et peuvent entrainer des dégâts à long terme, parfois même la mort. En plus des dangers de ces super-bactéries, il y a de nombreuses fausses idées qui circulent sur leur compte. Ne pas comprendre les véritables risques et dangers peut provoquer une hystérie inutile et faire prendre de mauvaises précautions qui peuvent mettre la vie des autres en danger. Savoir ce que sont, d’où viennent et comment ces super-bactéries se propagent est important pour protéger votre santé et celle de vos proches. Voici un résumé des pires super-bactéries qui peuvent menacer votre santé…

1. Clostridium difficile

Clostridium difficile, aussi appelée C. difficile, peut entrainer de la diarrhée liquide ainsi que des douleurs et crampes d’estomac, de la fièvre et de la nausée. La diarrhée sévère et les maladies qui entrainent de l’inflammation du côlon peuvent être dangereuses pour la santé. Malheureusement, cette bactérie est l’une des super-bactéries les plus communes qui entrainent des épidémies dans les milieux hospitaliers d’Amérique du Nord. La bactérie peut rapidement se répandre dans les centres de soin, mettant les personnes malades à risque. La super-bactérie peut être traitée par médicaments, mais elle peut toujours revenir.

C. difficile survient habituellement après la prise d’antibiotiques forts à long terme, car ceux-ci ne luttent pas seulement contre les microbes qui vous rendent malade, mais éliminent également les bonnes bactéries du système digestif. Cela rend les individus susceptibles d’attraper C. difficile via le contact avec des surfaces contenant des traces de fèces contaminées. Les gens touchent leur visage et leur bouche bien plus qu’ils ne s’en rendent compte, donc si quelqu’un (ou plusieurs personnes, dans les centres de soins et hôpitaux) est infecté et ne se lave pas correctement les mains, il est facile de transmettre la bactérie.

2. Neisseria gonorrhoeae

Neisseria gonorrhoeae, ou le gonocoque, est responsable du développement de la gonorrhée, une infection sexuellement transmissible (IST). Il peut affecter plusieurs zones du corps, particulièrement les voies urogénitales. Le meilleur moyen d’empêcher la transmission du gonocoque est d’utiliser des préservatifs lors des rapports sexuels. Faire des dépistages d’IST fréquents si vous avez plusieurs partenaires ou un nouveau partenaire, réduit également le risque. Demander à votre (vos) partenaire(s) de faire un dépistage permet aussi de réduire le risque de propager la gonorrhée.

Selon les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), les premiers signes chez les hommes sont la brûlure en urinant (‘chaude-pisse’), les écoulements de pus (blanc, jaune ou vert), et moins fréquemment, des testicules douloureux. Chez les femmes, les signes sont une brûlure en urinant, des écoulements vaginaux et des saignements vaginaux anormaux. Les risques de complication du gonocoque sont plus importants chez les femmes qui développent la gonorrhée, donc il est important de faire des dépistages. Et malheureusement, il est commun que les femmes soient des porteuses asymptomatiques, et ne soient pas conscientes de la présence de cette grave infection.

3. Shigelle

Le shigelle est l’une des super-bactéries les plus récentes dans l’actualité. L’éducation du public est importante, car cette bactérie est maintenant présente au Canada et se faufile aux États-Unis. Le shigelle n’est pas une nouvelle bactérie, elle est présente en Amérique du Nord depuis des années. Mais elle fait à présent partie de la catégorie des super-bactéries, car elle a évolué et semble être plus résistante aux médicaments. Cette évolution entraine le risque accru de maladie grave, surtout chez les enfants et les séniors.

Le shigelle entraine communément de la diarrhée aigüe et sanguinolente, ainsi que de la fièvre, de la nausée et des vomissements. Elle a toujours été traitée aux antibiotiques, car elle est dangereuse si elle n’est pas guérie, et c’est pourquoi les cas récents sont préoccupants et constituent un risque accru pour la santé publique. Cette maladie d’origine alimentaire est habituellement propagée via des aliments non cuits, de l’eau contaminée, des mains sales et même les rapports sexuels. Une petite quantité de bactéries est suffisante pour créer une infection. Selon les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), les shigelles sont toujours présents dans les selles d’une personne infectée deux semaines après la fin de la diarrhée.

4. Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM)

Le SARM est une super-bactérie présente en milieu hospitalier, et sa résistance aux antibiotiques en a fait la une de l’actualité récente à cause d’un potentiel nouveau traitement qui pourrait lutter contre cette bactérie. Une étude à petite-échelle a montré des résultats encourageants, comme peu d’autres médicaments ont montré des résultats prometteurs pour éradiquer cette super-bactérie. Mais la lutte contre le SARM est loin d’être terminée. Le SARM est une forme d’infection au staphylocoque doré, et lorsqu’il infecte le corps, il forme des boules rouges qui peuvent se transformer en kystes.

Si la bactérie du SARM entraine des kystes, une attention médicale est nécessaire, et vous devriez consulter un médecin si vous remarquez un changement cutané, pour empêcher des problèmes plus sérieux. Cette super-bactérie est une vraie menace sur la santé, car elle peut s’enfoncer plus profondément dans le corps. Selon la Mayo Clinic, le SARM peut infecter les os, les articulations, les valves cardiaques, les poumons et la circulation. Suivant le patient et la gravité de l’infection, celle-ci peut être impossible à traiter et entrainer la mort.

5. Entérobactéries résistantes au carbapénème (CRE)

Des actualités récentes ont rapporté la contamination par la bactérie CRE de plus de 100 personnes dans un hôpital de Los Angeles entre octobre 2014 et janvier 2015. Les entérobactéries résistantes au carbapénème peuvent entrainer des pneumonies, septicémies et autres complications graves. Certaines souches de CRE sont résistantes aux médicaments et peuvent être mortelles. Lorsque les médicaments et traitements sont inefficaces, ces super-bactéries sont effrayantes et préoccupantes.

CRE est une super-bactérie qui ne se transmet pas souvent en dehors des hôpitaux et centres de soins comme les maisons de repos. Dans le cas de l’épidémie récente, la bactérie n’aurait pas été nettoyée d’instruments médicaux contaminés et utilisés sur d’autres patients. Le CDC confirme que le risque d’exposition au CRE est accru chez les personnes nécessitant certains types d’instruments et d’appareils médicaux. Une certaine souche de cette bactérie résistante aux antibiotiques entraine la mort dans 50% des cas, renforçant l’importance des procédures de stérilisation strictes en milieu hospitalier pour empêcher la transmission de cette bactérie.

6. Klebsiella pneumonie

Une autre super-bactérie présente en milieu hospitalier, Klebsiella pneumonie est extrêmement dangereuse et mortelle. Certaines des pires complications sont la pneumonie, la méningite et les infections sanguines. Les dégâts occasionnés aux poumons sont dus à l’inflammation et à l’hémorragie causée par la bactérie. Klebsiella pneumonie est également résistante aux antibiotiques, ce qui la rend difficile à traiter et augmente le risque de complication chez la personne infectée.

Selon les CDC, la bactérie peut être transmise par la respiration (ce qui entraine la pneumonie), en entrant dans la circulation, en contact avec une personne infectée (en touchant le corps ou les aliments), et via l’utilisation d’instruments médicaux contaminés. Comme le CRE, les appareils médicaux comme les respirateurs artificiels et cathéters augmentent le risque de contamination à la Klebsiella pneumonie. La meilleure prévention contre cette super-bactérie est de bien se laver les mains.

Share This Article

X