Santé Mentale FRA

6 troubles de santé qui peuvent déclencher une crise non épileptique

Si vous avez reçu un diagnostic d’épilepsie, vous avez probablement souffert de convulsions non provoquées avant de consulter un médecin pour recevoir une réponse. Mais des convulsions soudaines et inexpliquées peuvent survenir pour des tas d’autres troubles de santé sous-jacents, autres que l’épilepsie.

Par exemple, ces six situations peuvent déclencher une crise non épileptique, souvent sans signe avant-coureur, et sans la présence de troubles neurologiques existants…

1. Manque de sommeil

Selon une recherche de l’Epilepsy Foundation, le manque de sommeil est un facteur déclencheur commun de convulsions non épileptiques. En fait, un spectre étendu de troubles du sommeil physiologiques peut mener à des convulsions inexpliquées.

Bien que la recherche soit toujours en cours, les convulsions sont courantes chez les individus en manque de sommeil et surviennent souvent durant le sommeil. Par exemple, de nombreux étudiants rapportent leur première crise après plusieurs nuits d’étude d’affilée durant les sessions d’examen à l’université.

Insomnia

2. Coup de chaleur

WebMD liste les convulsions comme l’un des symptômes principaux des coups de chaleur. En raison de l’exposition prolongée aux températures élevées, les coups de chaleur peuvent causer une déshydratation et des dégâts graves aux organes et au cerveau lorsque le corps est incapable de se refroidir naturellement.

Les coups de chaleur peuvent survenir lorsque la température corporelle dépasse les 40,5°C, ce qui a un impact sur le système nerveux central, entraîne le dysfonctionnement du cerveau et déclenche des symptômes de confusion, de désorientation, des convulsions et même l’évanouissement.

heat stroke

3. Hypoglycémie

Selon la Mayo Clinic, les patients diabétiques ne traitant pas leur hypoglycémie risquent de déclencher des convulsions et des évanouissements lorsque le sang contient trop d’insuline et trop peu de glucose (sucre). Des convulsions lors d’une crise d’hypoglycémie surviennent après un effort physique, avoir sauté un repas ou pris trop d’insuline.

Si vous êtes hypoglycémique et ressentez des étourdissements, de la nausée ou avez la tête qui tourne, vous pourriez avoir une crise de convulsions. Un traitement immédiat avec des tablettes de glucose orales peut aider à stabiliser la glycémie, empêcher les crises et l’évanouissement.

Hypoglycemia

4. Antidépresseurs et autres médicaments

Le centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) américain rapporte un lien entre certains médicaments antidépresseurs (Zyban et Wellbutrin) et des convulsions chez les patients traités pour des troubles de l’humeur.

Même certains antidouleurs prescrits (p.ex. Ultram) et pénicillines (p.ex. methicillin et oxacillin) utilisés pour traiter les infections cutanées, des voies urinaires, des oreilles et des voies respiratoires avertissent que la prise de ces médicaments peut augmenter le risque de convulsions.

antibiotics

5. Stress et traumatisme

Vous savez déjà que le stress peut faire des ravages sur votre santé mentale et physique. Mais la commission de neuropsychobiologie de la Ligue Internationale contre l’Épilepsie (LICE) note que le stress peut altérer l’activité électrique dans le cerveau et déclencher une crise de genre épileptique.

En réalité, les résultats affirment que le stress chronique dû à un traumatisme sévère peut entraîner confusion, engourdissements et convulsions, et causer un mauvais diagnostic d’épilepsie chez environ 20 % des patients.

Seizures 5

6. Sevrage alcoolique

Chez les alcooliques qui font un sevrage d’alcool, les symptômes peuvent être extrêmement douloureux lorsqu’ils ne sont pas surveillés par un médecin de désintoxication qualifié. L’abus de substances à long terme peut littéralement rebrancher le cerveau, menant à une dépendance incontrôlée à l’alcool.

Arrêter l’alcool d’un coup sec peut être extrêmement dangereux. En fait, la recherche des Centres de Traitement Promises, a trouvé que le sevrage d’alcool soudain après une dépendance à long terme peut mener à de l’anxiété, des convulsions, des crises et même la mort en 48 heures.

Alcoholism

Share This Article

X