Signes de dépendance à l’alcool : quand boire devient un problème

L’abus d’alcool est une très mauvaise habitude que beaucoup de gens aujourd’hui ont du mal à reconnaitre. En général, la majorité des gens aiment bien avoir un verre de vin ou une bière bien fraiche après une longue journée de travail. Cependant, la difficulté majeure est d`être en mesure de reconnaitre que votre consommation d’alcool est devenue un problème. La consommation d’alcool de manière «sociale » peut rapidement se transformer en un problème grave, surtout pour ceux qui sont sujets à l’addiction.

Si vous vous demandez si vous avez (ou quelqu’un que vous connaissez) un problème d’alcool, jetez un œil aux 10 signes et symptômes indiqués ci-dessous. Si l’un ou plusieurs de ces symptômes vous ont l’air familier, il est sans doute temps de rechercher de l’aide professionnelle. L’abus d’alcool a de graves conséquences à long terme sur votre santé, ainsi que dans la vie de tous ceux qui vous entourent. Le plus tôt vous obtenez de l’aide, le mieux ce sera pour vous et vos proches.

1. Perte de mémoire temporaire et blackout

Si vous consommez une quantité d’alcool si importante que vous avez de fréquents blackout ou que vous ne vous souvenez plus de moments de votre soirée, cela peut indiquer que vous avez un problème d’alcoolisme, surtout si cela se produit régulièrement. L’incapacité de se souvenir des choses qui se produisent lorsque vous buvez est le résultat d’un taux d’alcoolémie excessif, qui empêche votre cerveau de fonctionner normalement. Bien que cela soit problématique si cela ne se produit que de manière occasionnelle, cela peut être le signe de graves problèmes sur le long terme si ces symptômes se manifestent de manière continue.

Si vous buvez au point de perdre la mémoire ou de vous évanouir, vous devriez envisager sérieusement de vous faire soigner. L’alcoolisme peut causer des lésions cérébrales permanentes et irréversibles, qui affectent à la fois vos performances cognitives et votre mémoire. Le plaisir procuré par l’alcool ne vaut pas la peine de risquer de souffrir de lésions cérébrales, et les évanouissements provoqués par l’alcool ne sont pas un sujet à prendre à la légère, surtout si vous êtes enclin à oublier une grande partie de votre soirée.

2. Boire pour se remonter le moral

Si vous avez besoin de consommer de  l’alcool pour améliorer votre humeur, cela implique une dépendance malsaine. Une coupe de champagne pour célébrer une occasion spéciale ou une bière en regardant un événement sportif est tout à fait normale et acceptable, mais consommer de l’alcool pour vous sentir mieux lorsque vous n’avez pas le moral est un signal d’avertissement courant de dépendance.

Il est également important de garder à l’esprit que l’effet sur l’humeur que l’alcool peut avoir n’est que temporaire. Il a en fait été démontré que sa consommation augmentait les  risques de dépression et d’anxiété, donc vous en servir comme solution à vos maux fera beaucoup plus de mal que de bien. De plus, la consommation d’alcool ne conduit pas nécessairement à une meilleure humeur ; cela peut vous isoler, vous rendre maussade ou enclin à un comportement inhabituel ou violent. En termes simples, vous ne devriez pas vous servir de l’alcool comme solution à d’autres problèmes, pour quelque raison que ce soit.

3. Vous avez essayé d’arrêter sans succès

Beaucoup d’entre nous ont essayé d’arrêter, ou au moins de réduire notre consommation d’alcool à un moment ou un autre. Si vous avez essayé de réduire la quantité que vous consommez à plusieurs reprises, ou si vous avez essayé d’arrêter complètement et que vous n’êtes pas parvenu à vous débarrasser de cette habitude, cela peut indiquer que vous avez un problème d’alcool. Une fois que l’on est dépendant, il est difficile de contrôler la quantité d’alcool que vous consommez quotidiennement. Si vous avez essayé d’arrêter, mais que vous ne trouvez tout simplement pas la force de cesser de boire un ou plusieurs verres par jour, il est peut-être temps de demander l’aide d’un professionnel.

Progressivement, l’alcool crée une dépendance physique. En d’autres termes, votre corps en vient à compter sur cette substance et vous risquez de souffrir de problèmes de santé potentiellement graves si vous arrêtez d’en consommer. Dans des circonstances extrêmes, ce sevrage peut mettre votre vie en danger. La prévention est le meilleur traitement pour éviter de  telles éventualités.

4. Vous buvez pour vous “sentir normal” ou vous “intégrer”

Vous sentez-vous obligé de boire de l’alcool pour vous intégrer, en particulier lorsque vous rencontrez de nouvelles personnes pour la première fois ? Si vous ne vous sentez pas à l’aise dans un environnement social sans un verre à la main, cela peut être un signe avant-coureur d’un problème de dépendance potentiel. Pire encore, cela peut également entraîner une augmentation de votre consommation d’alcool :  après tout, il est impossible de vous couper de ces situations sociales très longtemps.

Vous ne devriez pas avoir besoin d’alcool pour vous sentir normal. Si c’est votre cas,  cela peut indiquer que vous comptez sur l’alcool comme un masque pour éviter des problèmes plus profonds. La thérapie et le traitement vous aideront grandement à identifier ces problèmes et à les résoudre de façon plus saine. Vous devrez certainement changer votre mode de vie, mais au final, vous serez plus heureux et épanoui une fois que vous aurez demandé de l’aide.

5. Rougissements

L’un des signes physiques de l’alcoolisme chronique est une peau rouge et des vaisseaux brisés sur le visage. Ce symptôme peut se présenter de différentes manières, allant des joues roses aux vaisseaux sanguins visibles qui se propagent sur votre visage comme une toile d’araignée. Ces symptômes se manifestent en raison de la présence constante d’alcool dans votre circulation sanguine, ce qui peut endommager votre peau ainsi que les petits vaisseaux sanguins qui transportent le sang vers d’autres zones de votre corps.

Si vous ou vos proches avez remarqué un changement dans votre apparence, vous devriez  peut-être envisager de réduire votre consommation d’alcool ou d’arrêter complètement. Si votre corps commence à manifester des changements physiques à la suite d’une consommation régulière d’alcool, vous devez considérer cela comme signe d’avertissement que la situation est devenue problématique. Si vous avez du mal à arrêter de boire ou à réduire votre consommation d’alcool, demandez de l’aide.

6. Mains tremblantes

Les mains tremblantes sont l’un des symptômes les plus courants de l’abus d’alcool. Si vous ressentez des tremblements dans vos mains après une journée ou une nuit à consommer de l’alcool, c’est que les nerfs de votre corps ont été endommagés suite à une consommation excessive. Cela se produit normalement chez les personnes qui boivent régulièrement des quantités excessives d’alcool, et il s’agit d’un symptôme grave qui nécessite l’aide d’un professionnel de la santé et éventuellement une thérapie de rééducation.

Vous pouvez également avoir des tremblements dans les mains si vous buvez beaucoup, mais arrêtez soudainement  de consommer de l’alcool. C’est le symptôme d’une condition connue sous le nom de « delirium tremens », que l’on appelle également plus familièrement les « crises de rhum ». De fait, si vous avez une dépendance physique à l’alcool, votre corps sera saisi de tremblement si vous n’en buvez pas. Vous êtes plus susceptible de remarquer ces tremblements dans vos mains et cela vous empêchera d’effectuer des tâches nécessitant une motricité fine. Par exemple, vous pourriez avoir du mal à vous servir d’une clé ou à écrire avec un stylo.

7. Problèmes familiaux causés par la consommation d’alcool

Si vous avez des disputes fréquentes avec des amis et des membres de votre famille au sujet de votre consommation d’alcool, cela peut indiquer clairement que votre dépendance est plus grave que vous ne le pensez. Si vous ne parvenez pas à renoncer à l’alcool lorsque des amis et des membres de votre famille expriment leur inquiétude, vous pourriez être dépendant. Une fois que votre consommation d’alcool devient problématique, il est très difficile de rompre avec cette mauvaise habitude. Plus tôt vous aborderez votre problème, plus vite vous pourrez guérir, aussi bien sur le plan physique que social.

Les experts soulignent que les problèmes qui peuvent survenir avec vos proches indiquent clairement que votre consommation d’alcool a atteint des niveaux problématiques. Il est normal de résister à l’envie d’obtenir de l’aide, mais si cela persiste alors que vous continuez de boire, vous devez vous attendre à ce que les choses ne fassent qu’empirer. Demandez de l’aide avant que votre situation n’atteigne un point de non retour ; vos amis et votre famille sont certainement ce que vous avez de plus précieux, et vous ne voulez pas risquer de perdre vos proches à cause d’un problème d’alcool.

8. Cacher des choses ou mentir

Si vous ressentez le besoin de boire en cachette ou de mentir à votre famille et à vos amis sur la quantité d’alcool que vous consommez, vous pouvez convenir que quelque chose ne va pas. Vous ne mentiriez pas à ce sujet si vous pensiez que tout était normal, et si vous le faites, c’est probablement parce que vous savez au fond que vous avez un problème mais que vous n’êtes pas encore prêt à demander de l’aide. Si vous ne pouvez pas parler honnêtement de vos problèmes d’alcool, vous devriez demander l’aide d’un professionnel qui vous aidera à faire face à votre problème de dépendance.

Le déni est quelque chose de très puissant, et c’est un élément courant du syndrome de dépendance. Vous pouvez vous rassurer en estimant que vous cachez votre consommation d’alcool parce que vous ne voulez pas que votre famille et vos amis s’inquiètent alors qu’il n’y a rien de grave, mais si ce n’était pas grave, justement, vous n’auriez pas à le cacher en premier lieu. Soyez honnête avec vous-même. Votre santé sur le long terme pourrait en dépendre.

9. Symptômes de sevrage

Bien sûr, nous sommes nombreux à ressentir de l’anxiété, à souffrir d’insomnie et de nausées après une nuit passée à boire – ces symptômes font normalement partie de la  gueule de bois. Cependant, si vous ressentez ces symptômes pendant plusieurs jours après avoir essayé d’arrêter de boire, c’est peut-être le signe que vous souffrez de dépendance. C’est la manière dont votre corps vous exprime que vous êtes en train de subir un sevrage alcoolique. De nombreuses personnes dans cette phase de désintoxication souffrent également d’une dépression persistante et perdent tout intérêt pour les activités qu’elles appréciaient autrefois.

La bonne nouvelle est que ces symptômes disparaissent une fois que vous aurez éliminé l’alcool de votre système pendant une période prolongée et que votre corps se sera réadapté à un état plus sain. Le revers de la médaille est que la plupart des personnes souffrant d’une dépendance physique à l’alcool ont besoin de l’aide d’un professionnel pour atteindre cet état. Il est très difficile de se débarrasser d’une consommation problématique d’alcool sans des conseils expérimentés et un système de soutien solide.

10. Boire dès le matin

Si vous commencez à boire tôt le matin, vous avez certainement un problème d’alcool. Il n’y a aucune raison de boire le matin, à moins que votre corps ne soit tellement dépendant que vous n’ayez l’impression de ne pas pouvoir commencer votre journée sans boire. Il y a de fortes chances pour que vous ayez besoin de conduire dans la journée, ce qui signifie que vous êtes prêt à prendre le volant après avoir consommé de l’alcool. Si vous buvez le matin, vous devez demander de l’aide dès que possible pour résoudre votre problème avant qu’il ne mette votre vie et celle des autres en danger.

Cependant, soyez méfiant si vous tombez dans un cycle d’excuses de votre comportement, car vous parvenez à limiter votre consommation d’alcool à d’autres moments de la journée plus appropriés. Si vous buvez excessivement de manière quotidienne, ou plusieurs fois par semaine, votre comportement peut être considéré comme problématique et vous devriez chercher de l’aide avant que la situation ne devienne incontrôlable.

11. Boire pour soulager son stress

L’alcool ne doit pas être utilisé comme un mécanisme de soulagement du stress. Malheureusement, pour de nombreuses personnes, c’est le cas. C’est pourquoi l’alcool est souvent considéré comme un antidépresseur. Lorsqu’il est consommé de manière responsable, l’alcool est censé être une activité sociale procurant du plaisir, mais ce n’est pas une substance vers laquelle se tourner pour gérer ses émotions difficiles.

HelpGuide.org explique que « de nombreux problèmes de consommation d’alcool commencent lorsque les personnes boivent pour se calmer et soulager le stress. Se saouler après chaque journée stressante, par exemple, ou prendre une bouteille chaque fois que vous vous disputez avec votre conjoint ou votre patron. » Soyez conscient de la cause sous-jacente expliquant que vous ou qu’une personne que vous connaissez ressentez le besoin de vous servir un verre après une journée difficile. Il existe des manières plus saines de faire face au stress, comme le sport ou passer du temps avec ses amis.

12. Vous avez déjà pensé avoir un problème

Avez-vous déjà entendu le dicton “il n’y a pas de fumée sans feu” On peut le traduire ainsi : fondamentalement, si vous avez déjà pensé que vous pourriez avoir un problème avec l’alcool, ou si un proche vous l’a suggéré, cela signifie probablement qu’il y a quelque chose qui ne va pas.

13. Incapacité à respecter ses limites avec l’alcool

Selon Mayo Clinic, l’un des principaux symptômes d’une dépendance à l’alcool est de ne pas pouvoir limiter sa consommation. Une personne n’ayant pas de problème d’alcool devrait pouvoir assister à un événement social ou à une réunion avec l’intention de ne boire qu’un verre. Les personnes qui souffrent d’alcoolisme peuvent se fixer ces limites, mais elles ne pourront pas s’y tenir, selon HelpGuide.org.

14. Vous avez une grande tolérance à l’alcool

Une personne qui boit régulièrement et en grande quantité développera inévitablement une tolérance élevée à l’alcool. Certaines personnes appellent cela « bien tenir l’alcool » et pourraient penser que c’est une sorte d’exploit ou quelque chose dont elles peuvent être fières, mais Very Well Mind souligne que cela n’a rien à voir avec une meilleure santé physique. Cela signifie simplement que la personne boit plus que la moyenne.

Notre source explique également la définition de la tolérance. Cette dernière se développe soit parce que cette personne « a) a besoin d’une plus grande quantité d’alcool pour être intoxiqué ou obtenir l’effet désiré, ou b) ressent un effet moindre pour la  même quantité d’alcool. »

15. Votre vie sociale se résume à boire de l’alcool

Comme nous l’avons mentionné précédemment, une personne qui souffre d’alcoolisme pensera constamment à boire. À tel point que sa vie commencera à tourner autour de la boisson. Elle adaptera cette façon de penser à son environnement et sa vie sociale commencera à tourner autour de l’alcool. « Vous avez réduit ou abandonné certaines de vos activités sociales, professionnelles ou récréatives en raison de votre consommation d’alcool. C’est souvent le signe d’un comportement de recherche d’alcool qui comprend des décisions telles que de se rendre uniquement à des événements sociaux qui incluront la consommation d’alcool, ou de fréquenter uniquement des personnes qui boivent », explique Very Well Mind.

Cela affectera également ses priorités. Les choses qui étaient autrefois importantes pour le patient, comme faire du sport ou passer du temps avec ses amis et sa famille, passeront au second plan après les activités lui permettant de boire. « Vous passez moins de temps à réaliser des activités qui étaient importantes pour vous (sortir avec votre famille et vos amis, aller à la salle de sport, poursuivre vos passions) en raison de votre abus d’alcool », écrit HelpGuide.org.

16. Vous rencontrez des problèmes au travail

L’un des principaux signes avant-coureurs qu’une personne souffre d’alcoolisme est quand cela commence à affecter ses responsabilités, explique HelpGuide.org. Par exemple, si elle rencontre des problèmes au travail en raison de sa consommation d’alcool, il est temps pour elle de prendre du recul et de reconsidérer ce qui a vraiment de la valeur. Cela peut impliquer d’arriver au travail en retard, de ne pas respecter ses engagements, de ne pas rendre son travail dans les délais impartis, de ne plus s’entendre avec ses collègues, ou même de se présenter au travail ivre. Cela ne se limite pas non plus aux obligations professionnelles. L’alcool peut impacter toute obligation ou responsabilité sociale  comme l’école, la vie familiale, les relations avec ses amis ou ses enfants.

17. Penser constamment à boire

La dépendance est comme une envie dont il est impossible de se défaire. Elle peut tout englober, consommer et contrôler la vie d’une personne. Cela est dû en grande partie au fait qu’elles ne parviennent pas à arrêter de penser à boire. Lorsqu’elles sont sobres, elles ne font que penser à leur prochain verre. Et lorsqu’elles boivent, elles courent après la sensation d’ivresse.

Une bonne façon de savoir si vous souffrez de dépendance à l’alcool est de vous demander si vous pensez constamment à boire ? HelpGuide.org recommande d’en tenir compte lorsque vous essayez de déterminer si vous avez un problème : « Vous passez beaucoup de temps à boire, à y penser ou à vous remettre de ses effets. Vous n’avez que peu ou pas d’intérêts ou d’implications sociales qui ne tournent pas autour de l’alcool. “

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X