Nutrition FRA

L’orthorexie : lorsque manger sain tourne à l’obsession

Manger sain est une pratique pleine de bonnes intentions. Mais lorsque manger sain nous fait éliminer certains groupes d’aliments essentiels (p.ex. lipides et glucides) ou strictement suivre un régime à la mode (p.ex. régime paléolithique ou régime Atkins), notre mission pour manger sainement peut tourner à l’obsession et devenir un trouble du comportement alimentaire.

C’est pourquoi nous vous présentons ce qu’est l’orthorexie, un terme médical introduit en 1997 par le Dr Steven Bratman. Le Dr Bratman est actuellement le directeur médical de la santé des employés au California Pacific Medical Center à San Francisco en Californie, et compare ce trouble du comportement alimentaire récent à une obsession malsaine pour l’alimentation pure.

1. Qu’est-ce que l’orthorexie ?

Le terme ‘orthorexie’ est dérivé des termes ‘orthos’ signifiant correct et ‘orexis’ signifiant appétit, une pratique alimentaire caractérisée par l’ingestion d’une nourriture saine et le rejet systématique des aliments perçus comme malsains. Bien que l’orthorexie ne soit pas encore officiellement reconnue comme maladie dans le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, de nombreux experts médicaux pensent qu’il est grand temps que cela change.

Dans son livre ‘Health Food Junkies’, Dr Bratman explique que l’orthorexie n’est pas une obsession portant sur la restriction alimentaire pour perdre du poids, mais une obsession portant sur la restriction de certains aliments ou ingrédients qui sont considérés comme malsains, impurs ou nuisibles (p.ex. protéines animales et glucides).

2. Comment l’orthorexie se développe-t-elle ?

Bien qu’un tas d’individus adoptent un changement alimentaire pour être en meilleure santé sans devenir orthorexiques, Sondra Kronberg, porte-parole pour la National Eating Disorder Association et directrice de l’Eating Disorder Treatment Collaborative, affirme qu’un certain nombre de facteurs personnels et environnementaux peuvent prédisposer certaines personnes à cette maladie.

Par exemple, un individu peut commencer à manger mieux en éliminant le sucre raffiné et les glucides blancs (en les substituant par des grains entiers) avec de bonnes intentions. Mais les individus prédisposés à la dépendance (ou qui ont une tendance aux extrêmes) qui ont des troubles de l’anxiété et une estime de soi diminuée peuvent rendre l’alimentation saine obsessive, restrictive et malsaine sur le long terme.

3. Quels autres facteurs prédisposent à l’orthorexie ?

En plus de la tendance aux extrêmes, la prédisposition à l’orthorexie peut également se présenter chez les individus souffrant de troubles obsessionnels compulsifs ou ceux qui ont tendance à voir le monde en noir et blanc.

Selon des recherches sur l’orthorexie effectuées par la National Eating Disorder Association, une faible estime de soi est un facteur contribuant de manière importante, dans une culture qui associe la minceur avec le bonheur et le succès. Du coup, le sentiment d’insécurité peut conduire à la diète et déclencher un trouble du comportement alimentaire.

4. Le facteur de rectitude morale

Tomber dans le piège de l’orthorexie est habituellement alimenté par la récompense qui vient du sentiment profond de contrôle de soi. Après tout, selon le Dr Edward Abramson, professeur émérite de psychologie à l’Université d’État de Californie, Chico, la société globale stigmatise les personnes obèses et juge sévèrement les mauvais choix alimentaires.

Les orthorexiques, d’un autre côté, ont tendance à développer leur position sur la base de vertu morale, quelque chose qui les différencie (de leur point de vue) des personnes qui manquent de volonté. Les orthorexiques pensent que s’ils sont capables de contrôler leur alimentation grâce à un régime restrictif strict, et qu’ils sont plus vertueux et en avance psychologique que le reste de la société.

5. Orthorexie et santé

Nous sommes nombreux à comprendre les dangers de régimes restrictifs à la mode. Mais le Dr Ramani Durvasula, psychologue clinique et professeur de psychologie à l’Université d’État de Californie, Los Angeles, affirme que les régimes alimentaires qui se concentrent sur l’élimination de certains groupes alimentaires (p.ex. végétalisme et régime paléolithique) entrainent souvent des carences en nutriments et vitamines essentiels qui sont nécessaires au fonctionnement du métabolisme de base.

En conséquence, un effet domino de mauvaise santé peut se produire, qui comprend inflammation chronique, troubles digestifs, dépression, anxiété accrue, crises de panique, problèmes thyroïdiens, perte de cheveux, règles irrégulières, acné, perte de poids importante et défaillance de certains organes (p.ex. reins).

6. Symptômes de l’orthorexie

En plus des nombreuses conséquences négatives sur la santé, l’orthorexie peut également affecter les relations personnelles et sociales. Souvent, les choix alimentaires deviennent si restrictifs que les individus commencent à se retrancher des invitations sociales et de leurs amis, partenaires et famille.

Par exemple, les orthorexiques peuvent développer de l’anxiété lorsqu’ils doivent manger au restaurant, à des fêtes ou sortir boire avec des amis, et commencent à éviter les occasions sociales par peur de manque de choix alimentaire. Les erreurs alimentaires occasionnelles peuvent entrainer des sentiments graves et destructifs de haine de soi qui ne font qu’aggraver la maladie.

7. Aide et traitement de l’orthorexie

Le Dr Durvasula assure que même si l’orthorexie n’est pas encore une maladie officiellement reconnue, la communauté des psychologues et des diététiciens est consciente des effets dévorants de la quête de l’alimentation pure. De l’aide est disponible chez les thérapeutes et psychologues de troubles du comportement alimentaire qui peuvent aider à rétablir une relation saine et équilibrée avec la nourriture tout en abandonnant l’adhérence stricte à un régime alimentaire. Un diététicien ou nutritionniste peut vous aider à établir un plan alimentaire personnalisé et équilibré capable de fonctionner avec votre corps et vos objectifs.

Le Dr Durvasula déclare que ‘manger sain est une question de relation et d’équilibre… fruits et légumes frais, moins de sucre, grains entiers au lieu de produit raffinés, protéines maigres, plus d’eau, moins de sodas, en être conscient, et de temps en temps, une crème glacée ou un burger ne fait pas de mal’. Vous pouvez trouver plus d’information sur l’orthorexie sur le site internet de National Eating Disorder.

Share This Article

X