Enfants FRA

7 choses qui diffèrent en accueillant un second enfant par rapport à un premier

Les nouveaux parents ont le luxe incroyable (sans savoir à l’époque que c’est un luxe) de planifier et de préparer, de se concentrer et de faire, pour un. Ce premier enfant, qu’il en soit conscient ou pas, reçoit un traitement préférentiel, et les parents s’en donnent à plein cœur pour le leur donner. C’est tout aussi excitant et stressant d’accueillir un bébé dans votre vie, votre maison et votre horaire.

Et puis bébé numéro deux arrive et votre petit habitude de trimballer un enfant parfaitement habillé, propre et à l’heure explose en mille morceaux. Maintenant, vous devez vous adapter à une vie avec deux enfants. Et ce n’est pas forcément ingérable, mais ce sera différent de la première fois. Maintenir le style de vie que vous aviez avec un seul enfant est impossible, et vous devrez changer certaines de vos méthodes parentales. Parlons un peu des changements qui risquent de vous arriver en passant de un à deux enfants…

1. Plus possible de « dormir quand bébé dort »

Suivant l’écart d’âge entre vos enfants, vous avez sans doute un enfant réveillé à la maison en plus d’avoir un bébé. Avec le premier, on vous a conseillé de « dormir quand bébé dort » et de vous reposer autant que possible, mais ça devient assez impossible lorsque vous avez deux enfants.

Les siestes peuvent être une bénédiction, mais ne vous attendez pas à ce que vos deux enfants s’adaptent de suite au même horaire de sommeil. Et même s’ils dorment tous les deux en même temps, vous aurez sans doute à rattraper les corvées ménagères, les entraînements ou les préparations de repas avant que le repos ne redevienne une priorité. Ne vous laissez pas abattre, vous trouverez une énergie que vous ignoriez, et de nouvelles routines équilibreront votre monde en un rien de temps.

shutterstock_390432748

2. Pas de fête prénatale

Les nouveaux parents reçoivent une avalanche de couches, vêtements, linges de lit, meubles, sièges pour enfant et repas faits maison pour les aider dans leur transition. Être parent pour la seconde fois ? Vous vous retrouvez seul, plus que probable. Ça ne veut pas dire que les gens se fichent des bébés suivants, mais ils sont bien moins célébrés.

Tentez de rester positif en ce qui concerne toutes les choses que vous avez reçues au premier tour et réutilisez autant que possible au deuxième. Beaucoup de choses peuvent être transmises du bébé 1 au bébé 2, et il n’y a aucune honte à ça !

shutterstock_369928511

3. Le premier enfant impose l’horaire

Lorsque vous accueillez un bébé dans un foyer qui dispose déjà d’un enfant, vous n’avez pas le choix que de créer un horaire double pour chacun. Parce que vous ne voulez pas trop perturber l’horaire du premier, ce qui l’aidera dans sa propre transition à devenir un frère/une sœur, le second devra tout simplement s’adapter.

C’est en fait quelque chose de très positif. Avec le temps, vous remarquerez que le second s’est adapté à l’horaire du premier en peu de temps, et vous recommencerez à avoir de l’équilibre dans vos journées. La routine est la clé.

shutterstock_369657998

4. Vous serez plus laxistes

Sauter un bain, se nourrir sur le pouce, et les laisser porter un vêtement taché pendant plus d’une heure… ça fait partie de la phase d’ajustement du fait d’avoir deux enfants. Ce n’est pas que vous vous en préoccupez moins, mais vous avez rabaissé vos attentes personnelles à la perfection.

Ceci aura globalement un impact positif sur vos enfants. Apprendre à laisser couler certaines choses et à faire avec sont d’excellentes leçons de vie, même à un jeune âge.

shutterstock_187754309

5. Vous direz plus souvent non

Quand vous avez une pensée au singulier, c’est plus facile de dire « oui » à la plupart des choses. Mais maintenant, vous en avez deux, et même si vous voulez que votre premier ait tout ce qu’il veut, vous commencerez à dire « non » et « pas maintenant » ou encore la phrase très exagérée « donne-moi une minute » plus souvent.

Gardez à l’esprit que vous ne dévalorisez pas votre enfant en disant soudain « non » à certaines choses. Encore une fois, c’est utile dans leur développement en tant qu’êtres humains décents, et ça leur permet d’apprendre à gérer la déception.

shutterstock_99254675

6. Vous allez revenir sur vos paroles

Oh, la naïveté. Je me rappelle avoir dit « Je ne ferai jamais de péridurale » et après deux centimètres de dilatation, avoir supplié pour l’injection. Je me rappelle avoir dit « Je ne ferai jamais de sommeil partagé, c’est dangereux ! » et des années plus tard, avoir dormi avec mon fils pendant 7 mois.

Vous allez changer. Vos opinions, méthodes et attentes vont évoluer. Je dois encore une fois insister sur le fait que ce n’est pas une mauvaise chose… c’est assez positif ! Admettre que vous avez été naïf de vous attendre à certaines choses, de vous être trompé, de devoir ajuster, ce n’est pas un échec. C’est la maturité. Faites ce qui fonctionne pour votre famille, et ne vous tracassez du fait de revenir sur vos paroles.

mom sleeping

7. Vous allez prendre moins de photos

Avec un bébé, vous avez sûrement pris des photos de sa progression toutes les semaines ou tous les mois. Vous avez soigneusement sélectionné les tenues et pris 100 photos et vidéos lorsqu’il s’est assis pour la première fois ou a rampé. C’était tellement mignon, que vous ne pouviez pas vous en empêcher !

Quand le second arrive, ce n’est pas parce qu’il/elle n’est pas super-mignon et excitant quand certaines choses se produisent pour la première fois, c’est juste que vous ne pensez plus au singulier. C’est bien plus difficile de coordonner une session de photos toutes les semaines lorsque vous avez un jeune enfant qui a besoin d’être changé ou nourri toutes les 15 minutes. C’est la vie, ne vous en voulez pas ! Vous rirez du fait que vous avez pris tant de photos du premier, plus que vous ne vous en voudrez de ne pas en prendre autant du second.

shutterstock_401633596

Share This Article

X