Grippe FRA

9 moyens d’éviter le rhume ou la grippe de début de printemps

Hier, il faisait vraiment bon dehors – et je parle en tant que résidente de la partie sud-ouest du Canada, célèbre pour ses gelées jusqu’au milieu du mois de mai. Les journées tempérées et ensoleillées de la fin de l’hiver et du début du printemps sont des occasions rares, où la température ne descend plus sous zéro. La tentation de laisser les écharpes, chapeaux, mitaines et manteaux à l’intérieur peut facilement nous rendre vulnérables aux refroidissements et aux nez qui coulent. Ce n’est commun qu’après un épisode plus chaud, toutes les personnes autour de nous tombent subitement malades.

Heureusement, voici neuf approches efficaces pour éviter les refroidissements et grippes de début de printemps…

1. Respirez un bain de vapeur

Il y a une raison pour laquelle nous sommes nombreux à attraper un rhume en hiver. Selon des experts en rhinologie de l’Université de Pennsylvanie, les cils (petites extensions poilues) de nos voies nasales et sinus sont assez sensibles aux changements de température. Pour ceux qui ne le savent pas, les cils dans nos voies respiratoires nous protègent en empêchant les germes et microbes de rentrer dans notre corps.

Lorsqu’il fait chaud à l’extérieur, les cils répondent (et battent) rapidement. Mais lorsqu’il fait froid, les cils sont bien plus léthargiques. De manière compréhensible, lorsqu’un refroidissement suit un épisode de chaleur, les maladies frappent, sauf si vous couvrez votre bouche et votre nez avec une écharpe à l’extérieur, ou respirez des bains de vapeur.

2. Soulagez ce nez sec

Nos voies nasales et sinus demandent de l’entretien. En plus de devoir être gardés au chaud pour que les cils lutteurs de germes fonctionnent correctement, ils préfèrent rester humides plutôt que secs pour empêcher les maladies.

Les professeurs en rhinologie de l’école de médecine de l’Université de Virginie affirment que des voies nasales humides sont plus efficaces pour lutter contre les microbes. C’est parce que l’humidité repousse naturellement les virus et bactéries étrangers hors des cavités nasales. Mais lorsque les voies nasales sont sèches et encroutées, elles peuvent perdre de leur efficacité antimicrobienne. C’est pourquoi utiliser un spray nasal salin ou un gel et boire beaucoup d’eau peuvent stimuler les capacités du corps à lutter contre les germes.

3. Suez les risques de rhume

Bien que la pensée d’activité physique régulière puisse vous dégoûter en hiver, celle-ci peut aussi vous empêcher de tousser, de renifler et d’éternuer. Les chercheurs en médecine préventive de l’Université Vanderbilt à Nashville, au Texas, louent l’exercice modéré pour sa capacité à réduire le risque d’attraper un rhume d’environ 27%.

Les chercheurs attribuent aux entrainements quotidiens la stimulation des défenses antimicrobiennes du système immunitaire. La transpiration et l’accélération du rythme cardiaque peuvent également libérer de l’hormone épinéphrine, un neurotransmetteur qui contracte les vaisseaux sanguins dans les voies nasales et les sinus, et soulage les congestions.

4. Collez les rhumes avec du miel

Pour empêcher les maladies, ajoutez un peu de douceur naturelle à vos thés, yoghourts et céréales. De nombreuses études, y compris une étude de 2014 conduite par des chercheurs de l’institut de médecine nucléaire, d’oncologie et de radiothérapie d’Islamabad au Pakistan, font les louanges du miel et de ses pouvoirs antimicrobiens et antioxydants naturels.

Les chercheurs ont testé les effets de ce sucre naturel sur des cultures de bactéries Streptococcus pyogènes, des bactéries qui causent l’angine streptococcique. Lorsque du miel Manuka était introduit, la quantité de bactéries diminuait d’environ 85%. Les chercheurs ont découvert que le miel a des influences similaires sur de nombreuses autres maladies bactériennes (p.ex. pneumonie, salmonelle et staphylocoques).

5. Des herbes pour la santé immunitaire

Les chercheurs en pharmaceutique et en biochimie de l’Université Kyung Hee et de l’Université des femmes d’Ewha en Corée ont découvert que de nombreuses herbes naturelles, comme le romarin, ont des propriétés antivirales qui peuvent être utilisées pour réduire le risque d’attraper certains virus respiratoires.

Les chercheurs affirment que l’acide carnosique contenu dans le romarin fonctionne comme un agent antiviral, protégeant le corps en empêchant la réplication du virus respiratoire syncytial (VRS), une maladie qui attaque les poumons et les voies respiratoires. Donc, frottez du romarin sur vos viandes grillées et saupoudrez-en dans vos ragoûts et soupes pour empêcher les maladies.

6. Stimulez les probiotiques avec du yoghourt grec

Vous savez probablement déjà que les probiotiques sont efficaces pour combattre certains virus du rhume et de la grippe. Selon les découvertes de chercheurs de l’école de médecine de l’Université de Virginie, le yoghourt grec contient des souches de probiotiques spécifiques qui réduisent significativement le risque d’attraper des rhumes.

Les chercheurs ont découvert que les individus qui consommaient un yoghourt grec par jour (contenant des cultures vivantes), réduisaient le risque d’attraper un rhume ou la grippe jusqu’à 27%. Voilà une bien bonne raison d’incorporer cette gourmandise crémeuse dans votre alimentation !

7. Prenez un bain de soleil

Comme si vous aviez besoin d’une autre raison pour profiter des bienfaits du soleil ! Les médecins de l’Université du Colorado à Denver et de l’hôpital général du Massachusetts à Boston affirment que l’exposition à la vitamine D (la vitamine du soleil) peut aider à empêcher les infections respiratoires (p.ex. tuberculose, asthme, grippe et sinusite).

C’est pourquoi il est vital de sortir et de profiter du soleil, même s’il est rare, en hiver. Les chercheurs affirment que l’exposition à seulement 10 000 IU  de vitamine D par jour peut réduire le risque d’infection des voies respiratoires supérieures de jusque 50%. Exposer une grande zone de peau (p.ex. visage, cou, dos et bras) pendant 10 à 15 minutes par jour peut aider la production adéquate de vitamine D.

8. Le yoga pour combattre la grippe

Selon une étude du collège médical Lady Hardinge à New Delhi en Inde, s’entrainer sur le tapis de yoga peut augmenter la fonction immunitaire et réduire le stress causeur de maladie. Les chercheurs ont conduit une étude contrôlée sur 60 étudiants – dont la moitié a participé à 35 minutes de yoga par jour durant la période de 12 semaines.

À la fin de la période d’étude de 12 semaines, les chercheurs ont découvert que le groupe qui ne pratiquait pas de yoga expérimentait plus d’hormones de stress par rapport à celui pratiquant du yoga qui ne montrait pas d’augmentation d’hormone de stress et était capable de mieux résister à l’affaiblissement de l’immunité cellulaire et aux microbes qui entrainent le rhume et la grippe.

9. Sirotez du thé vert

Un groupe de chercheurs allemands de l’institut de virologie moléculaire de l’Université de Münster, en Allemagne, insiste pour que vous optiez pour une tasse de thé au lieu d’une seconde ou troisième tasse de café. Pourquoi ? Les résultats de leur étude ont montré qu’une catéchine spécifique, l’épigallocatéchine gallate (EGCG), présente dans le thé vert, tue le virus de la grippe.

En plus d’empêcher les rhumes, les scientifiques pensent aussi que l’EGCG peut freiner les bactéries causant la pneumonie. En plus, associer du thé vert avec des tisanes ou de l’eau chaude au citron peut soulager les congestions et humidifier les voies nasales pour repousser les microbes.

X