Voyage FRA

10 vaccins pour les voyageurs internationaux

La médecine du voyage est un domaine multidisciplinaire mettant l’accent sur la prévention des maladies infectieuses et la sécurité des individus durant leurs voyages à l’étranger. Conseiller les voyageurs internationaux sur les maladies évitables par vaccination est de plus en plus la responsabilité des médecins traitants. Les médecins généralistes devraient se familiariser avec les recommandations actuelles en matière de santé du voyage. De nos jours, les voyages internationaux vers des destinations exotiques sont assez communs. Les vaccins de voyage tombent habituellement dans l’une des trois catégories suivantes : vaccins d’enfance qui devraient être mis à jour à l’aide d’un rappel, vaccins légaux nécessaires pour entrer dans certains pays, et vaccins recommandés qui dépendent du risque d’exposition à la destination de voyage.

Voici dix vaccins essentiels pour les voyageurs internationaux…

1. Hépatite A

L’hépatite est une inflammation du foie. L’hépatite A est une maladie infectieuse aiguë du foie causée par le virus de l’hépatite A (HAV). La maladie est transmise via l’ingestion d’aliments et d’eau contaminés ou par contact direct avec une personne infectée. Presque tout le monde récupère entièrement du virus de l’hépatite A. Une hygiène améliorée et le vaccin contre l’hépatite A sont les moyens les plus efficaces de combattre la maladie.

L’Infectious Diseases Society of America (IDSA) recommande un vaccin contre l’hépatite A pour les groupes suivants : les personnes voyageant dans des pays en développement ; les enfants de 12 mois ou plus ; les personnes souffrant de troubles de la coagulation ou de maladie chronique du foie ; ou toute personne se livrant à un comportement sexuel risqué. Le vaccin de l’hépatite A est administré en 2 injections, séparées habituellement de 6 à 12 mois. Généralement, la première dose du vaccin est administrée quatre semaines avant le départ. Le vaccin fournit des anticorps protecteurs dans 94 à 100 % des patients suivant quatre semaines de vaccination. Les effets secondaires communs du vaccin incluent maux de tête et irritation au site d’injection.

2. Hépatite B

L’hépatite est une inflammation du foie. L’hépatite B est causée par le virus de l’hépatite B (VHB), qui peut entrainer des maladies aiguës et chroniques. Le virus est transmis via le contact avec le sang ou d’autres fluides corporels d’une personne infectée. L’hépatite B est un risque professionnel important chez les travailleurs du secteur de la santé. Elle peut être évitée grâce au vaccin sûr et efficace de l’hépatite B.

Bien que la vaccination d’enfance contre l’hépatite B soit routinière dans le monde occidental, de nombreux adultes voyageurs n’ont pas été immunisés. Le vaccin de l’hépatite B est recommandé pour les groupes suivants : travailleurs de la santé en contact avec du sang ; personnes à risque d’entrer en contact avec du sang, des fluides corporels ou des instruments dentaires et médicaux contaminés par du sang ; et personnes résidantes ou voyageant dans des régions à risque moyen à élevé d’hépatite B (Amérique du Sud, Afrique, Asie du Sud-est et Pacifique Sud). Le programme de vaccination standard est une série de trois injections à 0, 1 et 6 mois. Les effets secondaires communs du vaccin incluent maux de tête et irritation au site d’injection.

3. Poliomyélite

La poliomyélite, aussi appelée polio, est une maladie virale hautement contagieuse qui peut entrainer paralysie, dyspnée (difficultés respiratoires) et parfois la mort. Aux États-Unis, le dernier cas d’infection naturelle par le virus de la polio a été documenté en 1979. Aujourd’hui, malgré des programmes d’éradication globaux, la polio continue à infecter des enfants et des adultes dans différentes régions du monde. Le virus est transmis principalement par contact personnel et moins souvent par de l’eau ou de la nourriture contaminée. Il est facilement évitable grâce à l’administration du vaccin contre la polio.

Le centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) des États-Unis conseille des mesures de protection contre le virus de la polio lors de voyages dans des zones considérées à risque (Inde, Nigéria, Pakistan, Égypte, Afghanistan, Niger, et Somalie). Les adultes déjà vaccinés planifiant des voyages dans ces zones à risque devraient recevoir une dose de rappel du vaccin de la polio inactivé (VPI). L’immunité suivant une dose de rappel du VPI dure toute la vie. Les effets secondaires communs de ce vaccin incluent irritation sur le site d’injection, fièvre légère et douleurs articulaires.

4. Grippe

La grippe est une infection virale aiguë causée par le virus de la grippe. Il existe trois types de virus de la grippe : A, B et C. Ces virus sont présents dans toutes les régions du monde. Le type C du virus de la grippe survient bien moins fréquemment que les types A et B. En conséquence, seuls les virus de la grippe A et B sont inclus dans le vaccin antigrippal. Le virus de la grippe peut causer des épidémies annuelles qui connaissent un pic en hiver dans les climats tempérés ou doux. Parfois, la grippe peut-être un sérieux problème de santé publique.

Le vaccin antigrippal est le moyen le plus efficace d’éviter une infection. La vaccination annuelle est recommandée pour toutes personnes âgé de 6 mois ou plus. Lors d’une pénurie de vaccins, le vaccin antigrippal est une priorité chez les groupes suivants : enfants de 6 mois à 4 ans ; personnes souffrant de maladies chroniques ; adultes en bonne santé de 50 ans ou plus ; femmes enceintes ; travailleurs de santé et résidents de maisons de retraite. Le vaccin antigrippal est disponible par injection ou spray nasal.

5. Encéphalite japonaise

L’encéphalite japonaise est la cause la plus commune d’encéphalite virale en Asie. Le virus responsable est transmis via les piqûres de moustique. La maladie est répandue dans le sous-continent indien, en Chine, en Corée, au Japon et dans d’autres pays du Sud-est asiatique. La plupart des individus infectés par l’encéphalite japonaise ne montrent pas de symptômes, mais selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les cas sévères peuvent entrainer un taux de mortalité jusqu’à 30 %. De plus, des complications neurologiques et psychiatriques permanentes peuvent survenir chez 30-50 % des individus atteints par la maladie.

Encéphalite signifie une inflammation du cerveau. Le vaccin de l’encéphalite japonaise (JE) devrait être inoculé aux individus qui planifient de rester 30 jours ou plus dans les régions à risque élevé de transmission du virus. La vaccination primaire contre l’encéphalite japonaise inclut une série de trois injections aux jours 0, 7 et 30. Une injection de rappel est nécessaire tous les 2 à 3 ans. Les effets secondaires du vaccin incluent fièvre, maux de tête, nausée et vomissement.

6. Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne causée par la bactérie Salmonella typhi. La maladie est transmise via de l’eau et de la nourriture contaminées. Les symptômes se développent habituellement 1 à 3 semaines après l’exposition initiale et peuvent inclure fièvre sévère, maux de tête, constipation ou diarrhée, et rate et foie hypertrophié. La maladie peut être traitée à l’aide d’antibiotiques. Cependant, la résistance aux antibiotiques servant à traiter la maladie est répandue.

Le vaccin contre la fièvre typhoïde est recommandé pour les voyageurs visitant les zones à risque pour cette maladie, qui incluent l’Amérique Centrale et du Sud, le sous-continent Indien et l’Afrique. Il existe deux vaccins contre la typhoïde disponibles sur le marché, sous forme orale ou injectable. La vaccination primaire à l’aide du vaccin oral, Ty21a, consiste en la prise d’une capsule tous les deux jours pour un total de 4 capsules. La vaccination primaire à l’aide du vaccin injectable, Typhim VI, consiste en une seule injection intramusculaire. Les doses de rappel peuvent être données tous les cinq ans pour le Ty21a et tous les deux ans pour le Typhim VI. Les effets secondaires peuvent inclure nausées, vomissements, crampes et fièvre.

7. Méningocoque

La méningite à méningocoque est une forme bactérienne de méningite causée par la bactérie Neisseria meningitides. La méningite fait référence à l’inflammation des méninges, qui sont composées de trois membranes entourant le cerveau et la colonne vertébrale. La méningite à méningocoque peut gravement endommager le cerveau et entraine 50 % de cas de mortalité si elle n’est pas traitée. Les symptômes de la méningite peuvent inclure fièvre forte, maux de tête violents, raideurs du cou, nausées, vomissements, perte d’appétit, sensibilité à la lumière et éruptions cutanées.

Le vaccin contre le méningocoque (Menomune) est recommandé pour les personnes voyageant en Afrique subsaharienne. La région appelée la ‘ceinture de la méningite’ s’étend du Sénégal à l’Éthiopie. Le vaccin est requis pour les pèlerins en voyage vers l’Arabie Saoudite. Les chercheurs rapportent des taux d’anticorps protecteurs 7 à 10 jours après la vaccination. La vaccination primaire se fait grâce à une seule injection sous-cutanée. Des doses de rappel devraient être administrées tous les 3 à 5 ans pour des voyages continués vers ces zones à risque. L’effet secondaire le plus commun de l’administration du vaccin est une irritation là ou l’injection a été faite.

8. Rage

La rage est une maladie virale transmise aux humains via les animaux domestiques et sauvages. L’organisme est présent dans la salive et se propage via des morsures ou griffures. Il y a des taux élevés de rage canine dans des régions comme le sous-continent Indien, la Chine, l’Asie du Sud-est, les Philippines, certaines parties d’Indonésie, l’Amérique Latine, l’Afrique et les pays de l’ex Union Soviétique.

Les morsures de chien sont la source de la grande majorité des morts humaines dues à la rage. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), plus de 95 % des morts humaines attribuées à la rage surviennent en Asie et en Afrique. Le vaccin contre la rage devrait être inoculé aux individus restant plus de 30 jours dans des zones à risque élevé de rage, qui travaillent avec des animaux, participent à des activités qui pourraient attirer des animaux, ou qui ne peuvent rapporter leur exposition s’ils sont mordus. La vaccination primaire pour la rage consiste en une série de trois injections intramusculaires aux jours 0, 7 et 21 ou 28.

9. Pneumocoque

Streptococcus pneumonia est la bactérie causant un grand nombre de maladies communes regroupées sous le terme pneumocoques. La bactérie peut causer une grande variété de maladies incluant la méningite (infection de la membrane entourant le cerveau et la colonne vertébrale), la septicémie (infection du sang), la pneumonie (infection des poumons), la sinusite (infection des sinus) et l’otite (infection de l’oreille moyenne). L’incidence de maladies et de mortalités dues à une maladie à pneumocoque est plus importante dans les pays en développement par rapport aux pays industrialisés, avec la majorité des décès survenant en Afrique subsaharienne et en Asie.

Les maladies à pneumocoques sont les plus communes chez les jeunes enfants et les séniors. Il existe actuellement deux types de vaccins : PCV13 (Prevnar) et PPSV23 (Pneumovax). Prevnar est recommandé pour tous les enfants de moins de 5 ans et les séniors de 65 ans ou plus, et les individus de plus de 6 ans considérés à risque. Le Pneumovax est recommandé pour tous les adultes de 65 ans ou plus et les individus de 2 à 64 ans considérés à risque. L’administration de vaccins à pneumocoques a significativement réduit l’incidence de ces maladies.

10. Fièvre jaune

La fièvre jaune est rare, mais est une maladie virale potentiellement mortelle qui survient communément en Afrique équatoriale et en Amérique du Sud. Le virus causant la maladie est transmis via les piqûres de moustique. Les symptômes de la fièvre jaune peuvent inclure fièvre, hépatite (inflammation du foie), jaunisse (peau ou yeux jaunâtres), insuffisance rénale, vomissement de sang, choc et décès. Les individus infectés par la fièvre jaune nécessitent habituellement une hospitalisation.

Le vaccin contre la fièvre jaune peut éviter la maladie. Le vaccin est recommandé pour les individus de plus de 9 mois qui voyagent dans des zones où la fièvre jaune est rapportée. De nombreux pays où la fièvre jaune est répandue requièrent une vaccination avant entrée. La vaccination primaire se fait à l’aide d’une seule injection sous-cutanée du vaccin. Le vaccin produit des anticorps dans 99 % des patients suivant 30 jours d’injection. L’immunité est à vie, mais une dose de rappel est recommandée tous les 10 ans. Les effets secondaires rapportés incluent maux de tête, fièvre et myalgies (douleurs musculaires).

X