Les symptômes les plus courants de la goutte

La goutte est une affection douloureuse qui connaît actuellement une recrudescence. Cette affection désagréable est une forme d’arthrite, aussi appelée arthrite goutteuse. La goutte peut toucher n’importe qui, mais elle est plus fréquente chez les personnes âgées de plus de 30 ans, et chez les hommes que chez les femmes. Les causes de la goutte sont principalement liées à l’alimentation, mais dans l’ensemble, la maladie est due à la présence de niveaux élevés d’acide urique dans l’organisme, qui s’accumule dans les articulations et peut provoquer des douleurs. Si la plupart des personnes souffrant de goutte présentent une hyperuricémie, c’est-à-dire un taux d’acide urique anormalement élevé dans le sang, ce n’est pas toujours le cas. Inversement, toutes les personnes ayant un taux d’acide urique élevé ne souffrent pas de la goutte.

Les déclencheurs d’une crise de goutte sont principalement liés à l’alimentation, mais la déshydratation est également une cause majeure des crises de goutte. Certaines boissons, comme le café, le thé et l’alcool, peuvent déclencher une déshydratation. Les médicaments peuvent également jouer un rôle dans les crises de goutte. Les symptômes de la goutte sont très semblables à ceux d’autres formes d’arthrite, de sorte qu’elle peut être difficile à diagnostiquer. Voici les 20 symptômes les plus courants de la goutte…

1. Douleur à l’orteil

La douleur au gros orteil est l’un des symptômes les plus notables de la goutte, et le signe qui affecte le plus les personnes qui en souffrent. Ce symptôme, appelé podagre par les médecins, est souvent à l’origine du diagnostic de la goutte. La goutte est due à des niveaux élevés d’acide urique dans le sang, une substance chimique créée par l’organisme lorsqu’il décompose les purines contenues dans certains aliments (maquereau, anchois, bière, pois et foie de bœuf, par exemple).

Chez les personnes en bonne santé, l’acide urique se dissout dans le sang, se dirige vers les reins et est expulsé par l’organisme via l’urine. Cependant, les personnes atteintes de goutte produisent trop d’acide urique ou ne l’éliminent pas correctement de l’organisme. L’excès d’acide reste dans le sang et provoque une hyperuricémie. Il s’accumule également dans l’articulation du gros orteil, ce qui entraîne une douleur intense et une incapacité à marcher. La douleur peut faire boiter sa victime puis elle s’estompe après quelques heures ou quelques jours.

2. Sensibilité

Une fois la douleur initiale de la crise de goutte passée, vous pouvez ressentir une sensibilité à long terme dans l’articulation du gros orteil où l’acide urique en excès a tendance à s’accumuler. Il peut s’agir d’une douleur directement à la source de l’articulation touchée, mais aussi d’une douleur rayonnante qui se propage de l’orteil jusqu’au reste du corps.

Si un gros orteil est touché par la goutte, vous pouvez également ressentir une sensibilité dans tout le pied du même côté. Cette douleur et cette sensibilité peuvent affecter la marche à partir du pied et même jusqu’au genou et au-delà. Cette sensibilité peut durer des semaines, et il se peut que vous ayez du mal à marcher et à vous tenir debout, car votre corps essaie de se guérir.

3. Gonflement

L’articulation du gros orteil étant la zone la plus touchée par la goutte et l’accumulation d’acide urique, votre organisme peut réagir par une inflammation importante. Il n’est pas rare que la zone entourant l’articulation (l’ensemble du gros orteil d’un ou des deux côtés) devienne très enflée.

Là encore, comme la douleur de la goutte peut s’étendre du gros orteil au pied, et remonter le long du mollet et du tibia jusqu’au genou, le gonflement peut également s’étendre au-delà de la zone affectée à l’ensemble de la jambe inférieure. Si l’un ou les deux gros orteils sont touchés par la goutte, l’ensemble du pied et de la jambe peuvent devenir enflammés, rouges et douloureux. Toucher les zones enflées peut également s’avérer très douloureux. Vous pouvez soulager une partie de la gêne en appliquant des compresses froides directement sur les zones enflammées.

4. Crises de douleur soudaines

Si vous souffrez de la goutte, vous pouvez ressentir des crises soudaines de douleur extrême, généralement dans les orteils, les pieds, les jambes et les extrémités inférieures, pouvant se répercuter dans tout le corps. Vous pouvez vous sentir bien pendant une longue période, puis vous retrouver soudainement paralysé par une douleur insupportable.

Marcher ou rester debout pendant de longues périodes est certainement hors de question lorsqu’une crise se déclenche. Même des personnes marchant proches de vous peut provoquer des douleurs dues au déplacement ou aux vibrations du sol. La seule solution pour soulager la douleur et l’inconfort liés à la goutte pendant une crise est de prendre des médicaments prescrits par un médecin, de se reposer, d’appliquer des compresses froides pour réduire le gonflement et de donner le temps à votre corps pour récupérer.

5. Douleur nocturne

La douleur de la goutte survient souvent au milieu de la nuit. Vous pouvez peut-être vous coucher en pleine forme et vous réveillez en sursaut parce que les articulations de vos orteils ou de vos pieds vous font souffrir à cause d’une crise de goutte survenue pendant la nuit. Il est évidemment très difficile de dormir profondément ou de rester endormi lorsque vous êtes confronté à la douleur de la goutte.

Si vous êtes en pleine crise de goutte, même la pression exercée en croisant les jambes ou en les serrant dans une position de sommeil peut exacerber la douleur. Si vous dormez avec un conjoint ou un animal de compagnie, un léger contact et même le poids de vos draps peuvent devenir insupportables. Vous pouvez être cloué au lit pendant quelques jours car marcher et rester debout est trop douloureux. Cependant, la position couchée peut aussi être douloureuse.

6. Rougeur

En cas d’inflammation et de gonflement d’une articulation, la zone peut prendre une teinte rouge et la peau peut devenir très gonflée. Le gonflement lié à une crise de goutte est dû à une accumulation d’acide urique et peut provoquer des lignes rouges rayonnantes ressemblant à une infection sous la peau.

Dans les zones où la douleur de la goutte est aiguë (c’est-à-dire les gros orteils et les pieds), la peau qui entoure la zone peut même prendre une couleur violette. Si possible, prenez le temps de récupérer en vous reposant. Vous pouvez également appliquer la méthode RICE (repos, glace, compression froide et élévation) sur la zone affectée. Veillez également à vous hydrater pour aider à diluer la concentration d’acide urique et à l’évacuer de l’organisme.

7. Calculs rénaux

La goutte est une affection étonnamment douloureuse et elle peut aussi entraîner un symptôme tout aussi douloureux, les calculs rénaux. L’excès d’acide urique dans l’organisme peut non seulement s’accumuler dans les articulations, mais aussi se frayer un chemin jusqu’aux voies urinaires, où l’accumulation provoquera la formation de douloureux calculs rénaux.

Si l’acide urique s’accumule dans les voies urinaires pour former des calculs rénaux, vous souffrirez de la douleur symptomatique. Les symptômes des calculs rénaux comprennent des mictions douloureuses et éventuellement sanglantes, des douleurs abdominales sévères et même des douleurs dorsales. La douleur des calculs rénaux peut être si intense qu’elle peut provoquer des nausées et des vomissements comme symptômes secondaires.

8. Accumulation d’acide urique dans le corps

L’accumulation d’acide urique peut se manifester à plusieurs endroits. Dans le cas de la goutte, l’accumulation se situe généralement dans les articulations, notamment celles du gros orteil et des doigts. Cependant, l’acide urique peut également s’accumuler dans les tissus mous du corps, entraînant le développement de nodules durs dans les lobes d’oreille, les coudes, les mains et les chevilles.

Cette accumulation d’acide urique dans les tissus corporels est appelée tophus par les professionnels de la santé. Pour identifier les tophus, votre médecin peut prélever des échantillons de la matière cristallisée présente dans ces formations. Cela se fait généralement par biopsie du nodule et peut aider à confirmer le diagnostic de goutte.

9. Fièvre

La goutte peut commencer par ne toucher qu’une seule articulation (par exemple, le gros orteil ou les doigts), mais elle peut rapidement se propager à plusieurs zones du corps. Lorsque la goutte s’étend, les médecins parlent de goutte polyarticulaire, en raison de la nature inflammatoire de cette affection.

La fièvre est un symptôme courant du développement de la goutte polyarticulaire. Et les patients décriront typiquement l’apparition d’une fièvre généralement de faible intensité, courante avec une inflammation grave de goutte. Les autres symptômes de la goutte polyarticulaire, en plus d’une faible fièvre, comprennent les nausées, la fatigue et des symptômes de type grippaux.

10. Démangeaisons et sécheresse de la peau

L’un des effets secondaires malheureux du gonflement associé à la goutte est le dommage qu’il cause aux tissus et à la peau autour de la zone affectée. L’inflammation et le gonflement dus à l’accumulation d’acide urique étirent souvent fortement la peau, ce qui entraîne des démangeaisons, une peau sèche, irritée et squameuse.

11. Peau qui pèle

Dans les cas extrêmes, si la goutte n’est pas traitée et que le gonflement devient trop important, des craquelures peuvent se former sur la peau affectée, entraînant une desquamation, des fissures et même des saignements. Si vous constatez des saignements au niveau de l’inflammation de la goutte, il est important de garder la zone propre et exempte d’infection. Appliquez une lotion topique de premiers soins et couvrez la zone touchée avec un bandage propre et sec. La dernière chose dont vous avez besoin est une infection, qui ne fera qu’accroître la pression et la douleur sur l’articulation touchée.

12. Chaleur

Nous avons tous déjà entendu parler de pieds gelés, mais rarement de pieds chauds ! Ce symptôme est probablement dû à l’enflure et à la rougeur. Selon Health.com, la chaleur est l’un des symptômes courants de la goutte. Bien sûr, la chaleur est généralement ressentie au niveau du gros orteil, où l’articulation est affectée. La source citée dit : « Dans certains cas, l’articulation affectée sera rouge et douloureuse et dégagera de la chaleur. »

13. Douleur articulaire

Le premier symptôme de la goutte est la douleur dans l’orteil, qui résulte de l’acide urique qui se dépose dans l’articulation (généralement le gros orteil) et déclenche une douleur intense. Si la plupart des personnes ressentent cette douleur vive au niveau du gros orteil, Health.com souligne qu’elle peut également se manifester dans d’autres articulations, comme les chevilles, les genoux, les poignets, les doigts et les coudes.

Everyday Health décrit cette douleur articulaire comme « écrasante, lancinante ou insoutenable. » La source note également que pour certaines personnes, la douleur est si intense que le simple fait de placer leur pied (ou l’articulation touchée) sous un objet aussi léger qu’un drap de lit ou une couverture provoque une douleur.

14. Les symptômes peuvent rester latents

Bien que la goutte ne puisse jamais être guérie, les patients peuvent trouver un certain soulagement dans le fait que leurs symptômes ne durent généralement que quelques jours avant de s’atténuer. Selon l’Institut national de l’arthrite et des maladies musculosquelettiques et cutanées, les personnes souffrant de goutte aiguë peuvent passer des mois sans subir de nouvelle crise.

Malheureusement, il n’y a pas que des bonnes nouvelles ! La même source note également que si les symptômes peuvent rester latents pendant une longue période, ce n’est que partie remise. Leurs attaques peuvent devenir plus fréquentes et durer plus longtemps. Selon Everyday Health, les crises récurrentes sont qualifiées de goutte chronique et parfois appelées « goutte récurrente ou arthrite goutteuse. »

15. Difficultés à trouver un diagnostic

Vous avez probablement déjà remarqué que les symptômes de la goutte sont très similaires à ceux des patients souffrant d’arthrite. Pour cette raison, la goutte peut être très difficile à diagnostiquer. Health.com note que pour obtenir un diagnostic définitif, les médecins doivent « utiliser une aiguille pour prélever du liquide articulaire dans la zone affectée, puis ils recherchent des cristaux d’acide urique au microscope. »

Pour compliquer encore les choses, la source note que certaines personnes souffrant de goutte ont une quantité normale ou même plus faible d’acide urique pendant leurs crises, de sorte que la méthode de l’aiguille n’est pas toujours précise. Si c’est le cas, les médecins peuvent également utiliser un scanner. S’il s’agit d’un cas très grave de goutte, ils peuvent également rechercher des lésions articulaires au moyen d’une radiographie, indique Health.com.

16. En l’absence de traitement

Les personnes qui souffrent de la goutte doivent se faire soigner, car ignorer le problème ne fera que l’aggraver, ou créer des problèmes plus importants à gérer. « Bien que la goutte soit presque toujours traitable, elle peut causer des dommages à long terme – y compris des crises graves, de l’arthrite chronique et des calculs rénaux – si vous ne vous faites pas soigner, » explique Health.com.

Heureusement, la Arthritis Society affirme que la goutte atteint rarement ce stade, car il s’agit d’une maladie qui peut être traitée et gérée. Les personnes qui souffrent de cette maladie peuvent facilement la contrôler et limiter son impact en prenant les bons médicaments et en apportant quelques changements à leur mode de vie.

17. Facteurs de risque

La goutte se développe lorsque l’organisme produit trop d’acide urique ou que les reins n’en filtrent pas suffisamment. Techniquement, cela peut arriver à tout le monde, mais certains facteurs augmentent le risque de développer la goutte. Il s’agit notamment de l’obésité, l’hypertension artérielle ou du diabète.

Selon Healthline, la goutte est plus susceptible d’être diagnostiquée chez les hommes âgés de 30 à 50 ans et chez les femmes après la ménopause. Les personnes ayant des antécédents familiaux de goutte sont plus susceptibles d’en souffrir elles-mêmes. La goutte survient également chez les personnes souffrant de problèmes rénaux, lors de la consommation de certains aliments qui provoquent une accumulation d’acide urique, et en cas de consommation excessive d’alcool.

18. Les différents traitements

La Arthritis Foundation indique quelques moyens de traiter la goutte. Si vous pensez que votre douleur est due à la goutte, appliquez de la glace, surélevez l’articulation et buvez beaucoup de liquide. Vous devez également essayer de réduire le stress, car il peut éventuellement aggraver la crise.

Votre médecin peut vous prescrire un certain nombre de médicaments pour gérer votre maladie. Il peut s’agir d’un anti-inflammatoire non stéroïdien pour soulager la douleur et le gonflement. Il existe également des corticostéroïdes qui peuvent être injectés et soulager la douleur dans les 24 heures suivant le traitement. Par ailleurs, votre médecin peut vous recommander de prendre de la colchicine si votre crise a commencé au cours des 24 dernières heures. Il existe d’autres types de médicaments qui peuvent également être prescrits pour aider à prévenir les crises.

19. Prévention

Bien que certains facteurs soient incontrôlables, il existe certains choix de mode de vie pour réduire vos risques de développer la goutte. La chose la plus simple à faire est d’éliminer de votre alimentation les aliments qui provoquent une accumulation d’acide urique. La viande rouge, les abats et les fruits de mer en sont des exemples. Il est également préférable d’éviter de boire trop de bière ou d’alcools forts.

La clinique Mayo recommande de suivre un régime équilibré composé de glucides complexes, d’eau et de protéines maigres. Certaines recherches montrent même que la consommation modérée de café peut être associée à une réduction du risque de goutte. De plus, évitez les graisses saturées, les viandes rouges et les aliments sucrés en grande quantité.

20. Vivre avec la goutte

Comme il n’existe pas de traitement permanent de la goutte, les gens doivent apprendre à gérer leur état. Heureusement, il est possible de passer de longues périodes sans subir de nouvelle crise. Des traitements appropriés et des changements de mode de vie peuvent réduire le nombre d’épisodes que vous subissez. En adaptant votre régime alimentaire, en évitant la consommation excessive d’alcool et en surveillant vos symptômes, vous pouvez améliorer votre qualité de vie.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X