Les premiers signes et symptômes de la ménopause

La péri-ménopause est la période de cessation définitive de votre cycle menstruel et le moment où vous commencez à voir et sentir les signes et les symptômes de la ménopause, qui incluent : gain de poids, bouffées de chaleur et sautes d’humeur. La péri-ménopause est différente pour chaque femme, mais en moyenne, elle prend environ un an pour se terminer entre 45 à 55 ans, après quoi vous êtes ménopausée (à moins que vous n’ayez une hystérectomie totale).

Voici 20 signes et symptômes communs que vous êtes en périménopause.

Vous ressentez des symptômes de la ménopause ? Essayez les suppléments pour la ménopause de Dr Formulas – un best-seller Amazon à 4,5 étoiles avec plus de 1 500 avis de consommateurs. (En tant qu’associé d’Amazon, ce site est rémunéré sur les achats éligibles).

Règles manquées

Votre “ période dans le mois “ est généralement réglée comme une horloge, mais lorsque vos règles n’apparaissent pas quand elles le devraient, deviennent plus courtes ou plus légères, ou que vous commencez à avoir une coagulation abondante, cela peut indiquer que la ménopause approche. Il y a de fortes chances que si vous commencez à prendre de l’âge et que vous utilisez un moyen de contraception (ou que vous n’êtes pas sexuellement active), vos règles manquées ne sont pas dues à une grossesse, mais plutôt un signe que vous commencez peut-être la ménopause.

Pendant la période de transition ménopausique, votre cycle peut être profondément chamboulé. Et la première fois que vous remarquerez ces changements, vous pourriez vous sentir émotive ou bouleversée, à la fois à cause des changements dans vos niveaux d’hormones et de l’importance de cette étape importante de votre vie. Bien que l’âge moyen de la ménopause soit de 51 ans, certaines femmes la  vivent beaucoup plus tôt – certaines ont moins de 40 ans – ou beaucoup plus tard. C’est pour cette raison qu’il est conseillé, quel que soit votre âge, de consulter votre médecin quand cela se produit. N’oubliez pas que la ménopause complète survient après une période de 12 mois sans menstruation.

Les bouffées de chaleur

Presque toutes les femmes qui approchent de la ménopause reconnaissent une bouffée de chaleur quand elles en ressentent une. Cette explosion de chaleur soudaine et accablante qui s’étend de votre front à vos orteils et provoque des sueurs se produit en raison des hormones qui perturbent la régulation de la température de votre corps (l’hypothalamus). Vous pouvez ressentir des bouffées de chaleur dans tout votre corps, ou seulement dans une zone très ciblée. Mais le changement extrême de température dans votre corps sera très désagréable, peu importe où vous le ressentez.

Votre visage peut également rougir, des tâches rougeâtres peuvent se former, et la gravité de vos bouffées de chaleur peut aller de légère à sévère – certaines femmes se réveillent à cause de leurs bouffées de chaleur, ce qui peut entraîner une fatigue supplémentaire. Il existe des traitements disponibles contre les bouffées de chaleur, mais beaucoup d’entre eux ont des effets secondaires. Il est important de connaître vos options, donc communiquez vos symptômes à votre médecin. Malheureusement, les bouffées de chaleur peuvent perdurer pendant plusieurs années après les débuts de la ménopause.

Prise de poids

La prise de poids est l’un des attributs les plus frustrants de la ménopause, en particulier car elle a tendance à se manifester au niveau du ventre, l’une des pires zones dans lesquelles vous pourriez prendre du poids. A mesure que vous vieillissez, il est donc important de maintenir un mode de vie sain, des études ayant montré que les femmes ménopausées présentent plus de risque de développer une maladie cardiaque – la prise de poids autour de votre abdomen est liée aux troubles cardiaques, en plus du fait qu’il est très difficile de se débarrasser de kilos en trop au niveau du ventre.

Votre prise de poids peut également s’expliquer par des changements dans votre alimentation (notamment si vous privilégiez des aliments malsains) et l’absence d’exercice. Essayez de lutter contre la prise de poids en adoptant une alimentation saine et riche en nutriments et en faisant régulièrement du sport. C’est le bon moment pour essayer une nouvelle discipline avec des amis ou être active avec votre famille. L’exercice n’est d’ailleurs pas uniquement bénéfique pour votre santé physique – il peut vous aider à faire face mentalement et émotionnellement à d’autres symptômes et changements associés à la ménopause.

Manque de sommeil

Il est courant pour les femmes pré-ménopausées de souffrir d’insomnie, à mesure que leurs niveaux d’œstrogènes diminuent et que le cerveau sécrète des substances chimiques (associées à la réaction de combat ou fuite) qui vous maintiennent en état d’alerte toute la nuit. Vous pouvez ainsi rencontrer des difficultés à vous endormir ou à faire une nuit de sommeil complète. Parfois, les bouffées de chaleur contribuent à la privation de sommeil, car lorsqu’elles sont sévères, elles peuvent vous réveiller et vous tenir éveillée plusieurs fois au cours de la nuit.

Pour de nombreuses femmes, une activité physique régulière accompagnée de complément de mélatonine peuvent aider à retrouver un sommeil normal. Un autre bon moyen de vous aider à mieux dormir est de réaliser des exercices de respiration. Ils peuvent vous aider à vous calmer, en particulier lorsque vous n’arrivez pas à dormir parce que vous réfléchissez trop ou ressentez de l’anxiété. Respirez par le nez, inhalez doucement pendant 4 secondes et expirez pendant 4 secondes. Répétez plusieurs fois cet exercice. La méditation est une autre technique efficace pour relaxer votre corps et votre esprit, et qui peut donc vous aider à trouver le sommeil. Et qui sait, vous pouvez trouver une technique qui sera bénéfique pour votre santé en général, et continuer de l’appliquer une fois que vous serez ménopausée.

Sécheresse vaginale

Un signe d’alerte précoce inconfortable de la ménopause est la sécheresse vaginale. Au fur et à mesure que vos niveaux œstrogènes diminuent, la lubrification et l’hydratation de la peau, des cheveux et des zones plus intimes comme le vagin diminuent, ce qui peut rendre les rapports sexuels soudainement douloureux ou inconfortables. Parlez à votre gynécologue des lubrifiants en vente libre qui peuvent vous aider à y remédier et vous permettront de retrouver le plaisir sexuel. Il est préférable de s’attaquer de front à la sécheresse vaginale – les relations sexuelles ne devraient jamais être douloureuses et il existe des options pour s’assurer qu’elles ne le soient pas.

Certaines des options qui vous permettront de vous débarrasser de la sécheresse vaginale incluent les gels, crèmes et traitements oraux, et les anneaux vaginaux. L’hormonothérapie substitutive (THS) est une autre option. Le THS permet à votre corps de retrouver sa lubrification naturelle, mais il doit vous être prescrit par votre médecin. Vous pouvez également apporter certains changements à votre routine de soin pour lutter contre la sécheresse vaginale, en commençant par arrêter d’utiliser du savon pour nettoyer votre vagin.

Changements d’humeur

Le syndrome prémenstruel comme la grossesse et la ménopause provoquent des déséquilibres hormonaux, ce qui entraîne souvent des accès de colère, d’irritabilité ou des pleurs sans raison apparente. Vous pouvez ainsi avoir l’impression que votre humeur change d’une seconde à l’autre, et votre incapacité à la contrôler peut être frustrante, déroutante et bouleversante. Si vous ajoutez à cela la privation de sommeil, la peur et la confusion face aux changements qui se produisent dans votre corps, il n’est pas étonnant que vous soyez un peu grincheuse.

C’est une maigre consolation, mais la ménopause est une transition que toute femme doit connaitre un jour ou l’autre : vous n’êtes pas seule ! Essayez de vous concentrer sur les choses positives dans votre vie, inscrivez-vous à un nouveau cours (comme un hobby manuel ou une discipline sportive) et reprenez le contrôle en réalisant des exercices de relaxation quotidiens. Apprendre de nouvelles manières de vous détendre, comme le yoga ou les exercices de respiration, peut vous aider à gérer vos sautes d’humeur et réduire les impacts négatifs qu’elles peuvent avoir.

Douleurs dans la poitrine

Avoir les seins douloureux et sensibles est souvent le signe que vous allez avoir vos règles, que vous êtes enceinte ou que la ménopause approche. Cela s’explique en raison des changements hormonaux que cela provoque, la rétention d’eau et de tissus mammaires enflés. Pour soulager votre poitrine, vous pouvez utiliser un soutien-gorge confortable avec un soutien supplémentaire et éliminer l’excès de caféine, responsable d’aggraver les gonflements et la rétention d’eau. Pour certaines femmes, ces gonflements peuvent s’accompagner d’une sensibilité accrue. Parfois, les traitements hormonaux et les crèmes – en particulier la progestérone pour équilibrer le pic d’oestrogène pendant la périménopause – peuvent aider à soulager et à prévenir ces symptômes.

Même si vous avez toujours vos règles de temps en temps, les seins enflés ne se limiteront plus au début de votre cycle. Malheureusement, ils peuvent se manifester à n’importe quel moment. La sévérité de la douleur que vous pouvez ressentir peut aller de légèrement inconfortable à vraiment douloureuse, et sera provoquée même par un très léger contact. Discutez de vos options avec votre médecin si la sensibilité de votre poitrine vous cause beaucoup d’inconfort. Il peut vous recommander un traitement en vente libre ou décider de vous en prescrire un.

Migraines régulières

À mesure que certaines hormones s’épuisent, certains aliments (comme le café) peuvent aggraver les changements neurologiques que va connaître votre cerveau. Les migraines sont souvent un symptôme douloureux de la périménopause, et l’excès de café, le bruit et les lumières vives n’aident pas celles qui souffrent de maux de tête chroniques. Alors que les niveaux d’hormones fluctuent au cours des premiers stades de la ménopause, l’intensité des maux de tête et des migraines peut s’aggraver. Un stress supplémentaire, qui peut par exemple être le résultat d’autres symptômes de la périménopause tels que le manque de sommeil et les sautes d’humeur, peut lui aussi augmenter le risque de migraines au cours de ces premiers stades.

Les femmes qui sont sujettes aux maux de tête ou aux migraines en raison de changements hormonaux, c’est à dire autour de ou pendant leurs règles, présentent également un risque plus élevé de rencontrer ces difficultés en période de pré-ménopause. Les migraines hormonales sont provoquées par une baisse de production d’hormones qui stimulent les maux de tête. Les migraines menstruelles sont quant à elles dues à une baisse d’oestrogène et de progestérone durant cette période du mois. Généralement, les femmes sous THS n’ont pas plus de maux de tête. Au contraire, elles peuvent en avoir moins fréquemment.

Une baisse de la libido

A mesure que les femmes transitionnent vers la ménopause, il est fréquent qu’elles ressentent l’un de ces deux extrêmes. Si certaines se sentent sexuellement libérées maintenant qu’elles ne risquent plus de tomber enceintes, d’autres souffrent d’une conscience d’elles-mêmes soudaine et se sentent moins désirables. Les changements hormonaux peuvent contribuer à des sentiments de dépression et de perte de confiance, et vous pouvez donc éprouver un manque d’intérêt à engager toute forme d’intimité physique. Très souvent, la testostérone peut aider à compenser en partie cette perte de la libido. N’oubliez pas que même si vous ne pouvez plus tomber enceinte après la ménopause, vous risquez toujours de contracter des infections sexuellement transmissibles ou le VIH, et qu’il est donc important que vous continuez de vous en protéger.

La sécheresse vaginale et la sensibilité accrue de la poitrine peuvent également avoir un impact négatif sur votre libido. Le fait d’anticiper la douleur causée par les préliminaires et l’acte sexuel peuvent vous faire courir dans la direction opposée. Mais il existe des traitements et des médicaments qui peuvent réduire ces symptômes, et le fait de connaître vos options en vous renseignant auprès de votre médecin pourrait vous aider à retrouver un désir sexuel plus sain.

Incontinence

Souffrez-vous de fuites embarrassantes lorsque vous éternuez ou que vous sautez ? Avez-vous du mal à vous rendre aux toilettes à temps ou le besoin d’uriner se fait-il trop urgent ? Ces modifications de la vessie sont typiques pendant la périménopause, car les œstrogènes diminuent, ce qui affaiblit les muscles pelviens et vésicaux. Pour y remédier, vous pouvez réaliser les exercices de Kegel, qui vous permettront de renforcer les muscles de votre vessie et du plancher pelvien.

Si vous souffrez réellement d’incontinence, sachez qu’il existe également des protections pour adultes (sous-vêtements et serviettes jetables) qui peuvent empêcher que ces fuites ne soient visibles à travers vos vêtements. Bien que les fuites soient un symptôme courant de la périménopause et du vieillissement, elles peuvent être sources de gêne et de stress. La bonne nouvelle est que vous avez énormément d’options pour qu’elles ne soient pas un problème au quotidien. Privilégiez votre confort et utilisez des protections jetables destinées aux personnes incontinentes si cela arrive régulièrement. Et n’oubliez pas de tenir votre médecin informé de tout symptôme de périménopause.

Sueurs nocturnes

En plus d’avoir des bouffées de chaleur, de nombreuses femmes approchant de la ménopause expérimentent également des sueurs nocturnes. Le problème avec les sueurs nocturnes est qu’elles peuvent vous réveiller en plein milieu de la nuit, s’accompagner d’une augmentation de votre rythme cardiaque, d’une peau froide au toucher et moite et de draps trempés de sueur.

Comme pour les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes sont également le fait de changements dans vos niveaux d’oestrogène. Ces fluctuations hormonales perturbent l’hypothalamus (la région du cerveau qui contrôle la température corporelle) en lui laissant penser que vous avez une température corporelle élevée, à laquelle il tente de remédier en activant les glandes sudoripares.

Problèmes de mémoire

Si vous avez soudainement des problèmes de mémoire, ou que vous avez l’impression que votre cerveau est constamment dans le brouillard, cela peut également indiquer que vous commencez à entrer dans la ménopause. Encore une fois, les hormones en seront les principales responsables.

A mesure que les niveaux de progestérone diminuent en raison de l’absence de vos règles, l’excès d’œstrogène dans votre organisme se transforme en une hormone du stress, qui affecte la partie du cerveau responsable de la mémoire. Si vos problèmes de mémoire interfèrent avec votre vie quotidienne, assurez-vous d’en parler à votre médecin, car il pourrait vous recommander un THS comme remède sur le court terme.

Infections chroniques des voies urinaires

L’incontinence urinaire n’est pas le seul problème de vessie qui affecte les femmes avant la ménopause. Elles peuvent également souffrir d’infection des voies urinaires (ou IVU). Si vous souffrez d’infection urinaire, vous pouvez ressentir le besoin d’uriner beaucoup plus fréquemment, et lorsque vous le faites, l’urine peut être sombre ou avoir des traces de sang et vous faire ressentir une douleur ou une sensation de brûlure.

Mais pourquoi surviennent-ils avec la périménopause ? Comme pour les autres signes mentionnés dans cet article, les changements hormonaux en sont la cause principale. Ces changements peuvent également entraîner une modification des bactéries vaginales, un amincissement ou une atrophie  des tissus, augmentant ainsi le risque non seulement de contracter une infection de la vessie, mais également d’en souffrir de manière chronique.

Changements cutanés et capillaires

Il est naturel de connaître des changements cutanés et capillaires à mesure que vous vieillissez. « La perte de tissu adipeux et du collagène aura tendance à assécher et affiner votre peau, et affectera l’élasticité et la lubrification de la peau près de votre vagin et des voies urinaires », explique Healthline.

Mais vous rapprocher de la ménopause peut également contribuer à ces changements. Des niveaux plus faibles d’oestrogène, par exemple, peuvent faire que vos cheveux deviennent cassants, secs ou même qu’ils tombent. La peau peut également être plus susceptible de développer des rides, ainsi que des imperfections comme de l’acné ainsi que des poussées d’eczéma.

Augmentation de la croissance des poils

Bien que vous puissiez perdre vos cheveux pendant la ménopause, vous pouvez avoir une pilosité plus importante dans d’autres parties de votre corps. L’hirsutisme est une condition provoquant une pousse excessive des poils au-dessus de la lèvre supérieure, sur la poitrine, dans le dos, l’abdomen et d’autres zones.

Les changements hormonaux provoqués par la ménopause peuvent conduire les femmes à développer des poils sur leur visage. Ces poils peuvent apparaître plus épais, plus grossiers et plus foncés que le duvet auquel vous étiez habituée. Ainsi, à la place de poils plus fins, une femme ménopausée peut développer une moustache et des poils plus visibles.

Anxiété et dépression

Votre corps subit de nombreux changements hormonaux durant la ménopause. La Clinique Cleveland explique que ces changements peuvent également affecter l’équilibre chimique de votre cerveau. Cela peut avoir un impact sur votre santé mentale, et provoquer de l’anxiété, de la dépression, et même des crises de panique.

Bien que vous puissiez souffrir d’anxiété ou de dépression en raison des changements de niveaux hormonaux, des symptômes fréquents et durables de maladie mentale ne sont pas la norme. Vous devriez vous tourner vers un spécialiste si ces sentiments persistent, ou qu’ils deviennent plus intenses.

Baisse de la masse musculaire

Nous savons que la ménopause entraîne une chute des niveaux d’oestrogène. Cette chute aura un impact sur de nombreuses fonctions corporelles, comme votre masse musculaire. L’oestrogène permet en effet d’augmenter la masse graisseuse viscérale. Lorsque le corps produit moins d’oestrogène, cela peut entraîner une baisse de la densité osseuse, de la masse et de la force musculaire.

Une étude montre que les femmes subiront une baisse de 0,6 % par an de leur masse musculaire après la ménopause, d’autres facteurs liés à la santé et à l’âge contribuant également à cette statistique. La perte de masse musculaire peut entraîner une faiblesse et une diminution de la mobilité.

Métabolisme plus lent

L’une des raisons principales pour lesquelles les femmes peuvent prendre du poids pendant la ménopause est due à un métabolisme plus lent. Lorsque vous perdez de la masse musculaire, la vitesse à laquelle votre corps brûle les calories ralentit. Cela facilite la prise de poids. Mayo Clinic explique que les femmes ménopausées sont plus susceptibles de prendre du poids autour de l’abdomen que dans les hanches et les cuisses.

Certains changements de style de vie peuvent vous permettre de contrer votre métabolisme plus lent, notamment une activité sportive régulière et une alimentation saine. Prévenir une prise de poids excessive réduira le risque de développer d’autres problèmes de santé tels que des problèmes respiratoires, des maladies cardiaques et le diabète de type 2.

Yeux secs

Même votre santé oculaire peut être impactée par la ménopause. La sécheresse des yeux peut se manifester lorsque vous approchez de la cinquantaine, et votre production lacrymale chuter. Healthline explique que la production des larmes est directement liée à la lubrification de vos yeux. Lorsqu’elle décline, cela peut provoquer une sensation graveleuse, piquante, brûlante ou irritée au niveau des yeux. Heureusement, c’est l’un des symptômes les moins courants de la ménopause.

Augmentation des risques de développer d’autres maladies

Comme nous l’avons mentionné plus tôt, les femmes ménopausées présentent des risques plus importants de développer une maladie cardiaque. Cela n’est pas seulement dû à une prise de poids au niveau du ventre durant cette période, mais aussi à la chute des niveaux d’oestrogène.

De plus, ces changements hormonaux peuvent amener les femmes qui approchent de la ménopause (et par la suite) à subir une perte de masse osseuse trop rapide pour que le corps puisse la remplacer. Cela rend les femmes ménopausées, et ce à tous les stades, plus susceptibles d’avoir des os fragiles, de subir des fractures et même de développer de l’ostéoporose.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X