Les différents types de crises d’épilepsie et leurs symptômes

Lorsque nous pensons aux crises d’épilepsie, nous nous imaginons souvent que le patient est pris de convulsions. Mais il existe en fait différents types de crises (divisés en grands groupes) dont les symptômes varient en fonction de leur origine dans le cerveau.

Si les crises sont presque toujours alarmantes pour les observateurs et peuvent être très perturbantes pour les personnes qui en sont victimes (bien que leur souvenir de l’épisode puisse être brumeux ou absent), il existe environ 12 types de crises différents, selon WebMD. Jetons un coup d’œil à sept d’entre eux…

1. Crises tonico-cloniques (grand mal)

Vous avez très probablement entendu parler des crises de grand mal, car elles sont “les plus visibles” et associées à l’image que nous nous faisons des crises, note WebMD. Ce type de crise se caractérise par un raidissement du corps, des secousses, des tremblements et une perte de conscience.

Les crises de grand mal peuvent durer jusqu’à 3 minutes, ce qui paraîtra probablement beaucoup plus long à ceux qui en sont témoins. Si elles durent plus de quelques minutes, il faut appeler le 911. Ce type de crise peut également amener les patients à se mordre la langue ou les joues, mais vous ne devez jamais essayer d’insérer quoi que ce soit dans leur bouche pour éviter tout risque de blessure supplémentaire (pour le patient et pour vous). Voici d’autres conseils sur les façons d’aider quelqu’un pendant et après une crise.

2. Crises myocloniques

Ce type de crise augmente le tonus musculaire du patient, qui réagit “comme s’il était frappé par une seule secousse électrique”, explique le John Hopkins Medicine. Parfois, il peut y avoir plusieurs secousses chez les jeunes enfants (moins d’un an), ce que la communauté médicale qualifie de “spasmes infantiles”.

La source souligne également qu’une secousse myoclonique ne signifie pas qu’une crise myoclonique est en train de se produire. “Pensez à toutes les fois où vous avez vu quelqu’un s’endormir et se réveiller brusquement. C’est un excellent exemple de secousse myoclonique, mais pas de crise”, explique la source.

3. Spasmes infantiles

Comme mentionné précédemment, les nourrissons peuvent souffrir d’une série de “secousses” appelées spasmes infantiles que les médecins considèrent comme une forme grave d’épilepsie. Selon la Child Neurology Foundation, seuls 1 200 enfants par an environ sont diagnostiqués comme tels aux États-Unis.

Les parents peuvent parfois ne pas reconnaître les signes de ce type de crise en raison de son “aspect subtil”, par opposition aux secousses violentes. Les spasmes infantiles peuvent avoir l’air aussi innocent que “de petites chutes de la tête qui ne semblent rien avoir de grave”. Les enfants qui souffrent de spasmes infantiles courent un risque plus élevé de développer l’autisme ou de connaître des retards de développement, mais un dépistage et un traitement précoces peuvent faire une grande différence.

4. Crises atoniques

C’est l’inverse de la raideur corporelle provoquée par une crise ; dans cette version de la crise, vos muscles se relâchent soudainement et votre tête peut se pencher en avant, explique WebMD. Elle peut également amener le patient à laisser tomber quelque chose ou à tomber.

Ces crises sont généralement brèves (environ 15 secondes), mais les patients peuvent en subir plusieurs à la suite. Si l’on sait qu’un patient souffre de ce type de crises, il peut porter un casque afin de prévenir toute blessure supplémentaire due à une chute. Les personnes atteintes du syndrome de Lennox-Gastaut ou du syndrome de Dravet sont souvent plus exposées à ce type de crises, indique WebMD.

5. Saisies d’absences

Les crises d’absence ne ressemblent pas du tout à une crise d’épilepsie décrite à la télévision. En fait, elles peuvent être si bénignes qu’elles sont parfois confondues avec une personne qui ne fait que rêvasser, explique la Fondation pour l’épilepsie.

Ce type de crise, également appelé “petit mal”, provoque un trou de mémoire ou un regard fixe dans le vide pendant une courte période. La personne ne se rend pas compte qu’elle est en train de faire cette crise, mais elle s’en remet immédiatement. Vous pouvez reconnaître une crise d’absence si les paupières du patient papillonnent (à cause d’un clignement rapide des yeux), s’il fait claquer ses lèvres ou s’il fait des mouvements de mastication. Les crises disparaissent généralement en 10 secondes.

6. Crises focales simples

Il s’agit d’une “crise focale” et, comme pour les crises d’absence (qui sont en fait considérées comme des crises généralisées dans la même catégorie que le grand mal), il n’est pas toujours évident pour les personnes extérieures de savoir que vous êtes en train de vivre un épisode. Les symptômes peuvent être aussi simples que le fait de goûter ou de sentir quelque chose de façon étrange ou d’avoir des contractions des doigts, des bras ou des jambes, explique WebMD.

Vous pouvez également voir des éclairs de lumière et vous sentir étourdi, en sueur ou nauséeux, mais vous ne perdez généralement pas conscience lors d’une crise focale simple. Dans le cas d’une “crise focale complexe”, plus grave, vous pouvez perdre conscience mais avoir l’air d’être éveillé et même rire ou pleurer pendant l’épisode. Ces crises complexes peuvent durer plusieurs minutes.

7. Crises psychogènes non épileptiques (PNES)

Comme son nom l’indique, ce type de crise (anciennement appelée ” pseudo-crise “) n’est pas lié à l’épilepsie. Elles peuvent survenir à tout âge, mais se produisent le plus souvent avant 55 ans, explique Epilepsy Ontario.

Il peut être difficile de différencier les crises psychogènes des crises épileptiques, car les caractéristiques peuvent être similaires. Il faut généralement un neurologue (spécialiste de l’étude des nerfs et des crises) pour faire la distinction grâce à des enregistrements d’électroencéphalogrammes (EEG). Il est important de faire la distinction, car les médicaments anti-crises ne sont pas efficaces pour les troubles psychogènes. Certains patients souffrant de cette forme de crise peuvent avoir subi un traumatisme plus tôt dans leur vie, note l’organisation.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X