Les symptômes les plus courants de la pneumonie

La pneumonie est un type d’infection pulmonaire ou respiratoire qui commence par une toux innocente, mais qui se transforme ensuite en une forte fièvre soudaine accompagnée d’une respiration laborieuse. Pour la plupart des gens, la pneumonie peut être traitée avec des médicaments sur ordonnance (avec des antibiotiques par exemple) ce qui entraîne la disparition des symptômes en quelques semaines. Cependant, pour les bébés, les personnes âgées et les personnes souffrant d’autres problèmes de santé, un épisode de pneumonie peut signifier une hospitalisation avec des symptômes graves.

Voici un aperçu des 15 symptômes les plus courants de la pneumonie…

1. Toux

La pneumonie est un type d’infection pulmonaire qui peut frapper un ou les deux poumons. La source de l’infection peut être de nature bactérienne, fongique ou virale, mais le liquide s’installe généralement dans les sacs aériens ou alvéoles pulmonaires provoquant des difficultés respiratoires et inévitablement une toux sévère. C’est pourquoi une toux de type grippal ou rhume est souvent perceptible au début de la pneumonie et la toux est généralement accompagnée d’un mucus vert épais, ce qui peut indiquer une infection.

La pneumonie non traitée s’aggravera, tout comme la toux qui l’accompagne. La gravité de la toux et du mucus dépend de la cause de l’inflammation (c’est-à-dire si l’organisme responsable de l’infection est de nature bactérienne, fongique ou virale). D’autres facteurs sont également à prendre en compte afin d’évaluer la gravité de la pneumonie pour différents individus. Par exemple, la force immunitaire peut varier en fonction de l’âge (les personnes âgées et les jeunes enfants sont généralement plus exposés à des symptômes graves et une hospitalisation). De plus, l’état de santé général peut avoir un impact sur la gravité de la pneumonie et les personnes dont l’immunité est compromise sont les plus à risque.

2. Fièvre

La pneumonie est une infection inflammatoire des poumons et l’infection peut être fongique, bactérienne ou virale. Cependant, comme pour la plupart des infections, la pneumonie sera accompagnée généralement d’une forte fièvre. Une forte fièvre peut se développer, en particulier chez les bébés, les jeunes enfants et ceux souffrant d’autres problèmes de santé, en raison d’une immunité affaiblie ou compromise, ce qui signifie que ces personnes sont moins capables de lutter contre l’infection aussi rapidement et efficacement que les personnes en bonne santé.

Comme mentionné plus haut, une fièvre qui accompagne la pneumonie est généralement élevée, atteignant les 40,9 degrés Celsius ou 105 degrés Fahrenheit à mesure que l’infection s’aggrave. La plupart des cas de pneumonie qui commencent par la grippe (appelée pneumonie virale) peuvent durer de 2 à 3 semaines après infection. Si vous développez une fièvre et suspectez une contraction de pneumonie, veuillez consulter immédiatement un médecin.

3. Frissons

Les frissons sont un symptôme courant de la grippe et de la pneumonie. Cependant, la gravité des symptômes est généralement un bon indicateur. Il est très courant que les patients atteints de pneumonie développent l’infection par la grippe, avec au début des symptômes plus légers, tels que la congestion, la toux et le mal de gorge. Cependant, à mesure que l’infection descend dans les poumons, des symptômes plus graves, notamment des frissons, se développent.

La gravité de votre pneumonie dépendra de la cause, qui peut être virale (se développer en raison d’un virus tel que le virus influenza [ou la grippe], le métapneumovirus humain, l’adénovirus ou le virus respiratoire syncytial (VRS). La pneumonie bactérienne est causée par des bactéries telles que la Streptococcus pneumoniae, ce qui entraîne une maladie plus grave que celles dues à une pneumonie virale. Dans le cas de la pneumonie bactérienne, des antibiotiques sont généralement prescrits pour aider à combattre l’infection.

4. Respiration laborieuse

La pneumonie est une infection pulmonaire qui frappe le tissu pulmonaire avec du liquide et du pus. De toute évidence, une infection de cette nature qui se développe dans les poumons peut rendre assez difficile le transport de l’oxygène depuis les alvéoles pulmonaires (des sacs aériens) vers la circulation sanguine. C’est pourquoi l’un des principaux indicateurs de pneumonie pour les médecins est la difficulté à respirer, qui s’accompagne généralement de fièvre et de toux.

Toute infection (qu’elle soit virale, fongique ou bactérienne) qui s’installe dans les poumons entraînera une respiration difficile ou restreinte. Cela sollicite davantage les poumons et peut également entraîner des douleurs, une sensation de serrement et une pression dans la poitrine ou l’abdomen. Une respiration sifflante et un essoufflement peuvent également mener à une respiration rapide et superficielle.

5. Douleur à la poitrine

En raison de la nature de la pneumonie (une infection pulmonaire qui provoque une accumulation de liquide ou de pus et obstrue le flux d’oxygène entre les alvéoles pulmonaires [les sacs aériens du poumon] et la circulation sanguine), la douleur à la poitrine peut également être un de ses symptômes courants avec une respiration laborieuse provoquant une douleur et un serrement au niveau thoracique et même abdominal.

La pneumonie est généralement virale (ce qui signifie qu’elle est causée par un virus tel que l’influenza ou grippe), fongique (ce qui signifie qu’elle est causée par un champignon envahissant les poumons) ou bactérienne (ce qui signifie qu’une bactérie telle que la Streptococcus pneumoniae provoque l’infection). Selon la cause de l’infection et sa gravité (par exemple, la pneumonie peut frapper un poumon ou les deux et devenir aiguë), une aggravation de la toux, une accumulation de mucus et une respiration difficile peuvent entraîner une douleur plus intense au niveau des parois thoraciques.

6. Accélération du rythme cardiaque

Lorsque le corps souffre d’une infection ou d’une respiration difficile, la fréquence cardiaque augmente, ce qui est souvent le cas avec la pneumonie. Une étude du Centre des sciences de la santé de l’université du Texas, situé à San Antonio, au Texas, a examiné les problèmes cardiaques qui se sont développés après l’hospitalisation de patients atteints de pneumonie. Les résultats ont montré que les patients hospitalisés suite à l’infection présentaient un risque accru de développer de l’arythmie (un rythme cardiaque irrégulier), une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou une maladie cardiaque.

Les données ont montré que si les patients n’étaient pas surveillés pour des problèmes cardiaques et traités rapidement, un rythme cardiaque irrégulier (causé par une infection pulmonaire) pouvait augmenter le risque de développer une arythmie sur le long terme et une maladie cardiovasculaire. La bonne nouvelle est que si vous entrez à l’hôpital avec un rythme cardiaque irrégulier dû à une pneumonie et que si elle est détectée et traitée tôt avec des médicaments, les potentiels futurs problèmes cardiaques peuvent être évités.

7. Fatigue

Des sensations d’épuisement ou de faiblesse accompagnent souvent la pneumonie. Selon la cause de l’infection pulmonaire (virale, bactérienne ou fongique), la fatigue que vous ressentez peut varier considérablement en fonction de votre âge, de votre force immunitaire et de la gravité de vos symptômes. Par exemple, les jeunes enfants et les personnes âgées éprouvent souvent des symptômes plus graves au même titre que les personnes dont l’immunité est compromise en raison d’un autre problème de santé (c.-à-d. le VIH). Ces personnes peuvent avoir besoin d’une hospitalisation et de traitements antibiotiques pour combattre l’infection.

Pour l’adulte d’âge moyen en bonne santé, la fatigue que vous ressentez sera liée à la quantité d’énergie nécessaire à votre corps pour combattre l’infection. L’épuisement peut survenir au bout de 3 jours seulement et durer jusqu’à 2 semaines. Cependant, pendant cette période, si les symptômes s’aggravent, vous devriez consulter immédiatement un professionnel de la santé. Les personnes dont l’immunité est affaiblie peuvent avoir besoin d’un traitement à l’hôpital et la fatigue due à la pneumonie peut durer jusqu’à un mois ou plus.

8. Nausée

Le système digestif peut s’irriter et, dans les cas graves, des vomissements peuvent survenir avec une pneumonie si l’infection est grave. Selon le Centre médical de l’Université du Maryland, environ 10 millions de personnes sont atteintes de pneumonie chaque année aux États-Unis. Cependant, la gravité de l’infection pulmonaire varie en fonction de plusieurs facteurs, tels que l’âge, la santé et le mode de vie. Bien que la plupart des cas de pneumonie soient traitables, entre 40 000 et 700 000 personnes meurent chaque année des suites de symptômes liés à la pneumonie.

Les personnes à haut risque sont les personnes âgées qui vivent dans des maisons de retraite, les patients hospitalisés (en particulier ceux sous respirateur), les jeunes enfants (qui risquent de développer une Bronchopneumopathie chronique obstructive [BPCO] à l’âge adulte en raison d’une pneumonie contractée pendant l’enfance), les femmes enceintes (en raison d’une immunité affaiblie et des complications accrues au cours du travail), et ceux dont la santé immunitaire est compromise (y compris les patients atteints de cancer, de diabète et du SIDA).

9. Diarrhée

La pneumonie irrite souvent le système digestif et provoque des selles molles ou de la diarrhée. Selon plusieurs grands experts de la santé, la pneumonie et d’autres infections et affections pulmonaires peuvent entraîner des contraintes de pression et de gêne respiratoire qui affectent la poitrine. De nombreux patients qui ont souffert de pneumonie signalent un type d’indigestion et de maux d’estomac qui se présentent comme des brûlures d’estomac (ou une douleur brûlante au centre de la poitrine qui irradie vers l’extérieur). Cependant, dans le cas d’une pneumonie, la cause de maux d’estomac et de symptômes semblables à des brûlures d’estomac n’est pas nécessairement liée à l’alimentation.

La pneumonie est un problème de santé qui n’a pas de rapport avec les troubles digestifs, mais qui présente souvent des symptômes semblables à des brûlures d’estomac, des maux d’estomac, des nausées, des vomissements et de la diarrhée. Si les maux d’estomac et la diarrhée persistent, vous courez le risque de vous déshydrater. Il est recommandé de consulter immédiatement un médecin si ces types de symptômes s’aggravent au lieu de s’améliorer.

10. Mucus sanglant

Dans des cas graves, du sang peut apparaître dans le mucus lorsque la congestion et la toux s’aggravent au cours d’une pneumonie. L’hémoptysie (toux transportant du sang) est le terme que les médecins utilisent pour caractériser le mucus sanglant provenant des voies respiratoires (les poumons et la gorge). Le sang craché par des patients atteints de pneumonie a une apparence différente de celle des saignements de la bouche, de la gorge ou de l’appareil digestif. Par exemple, la plupart des cas de pneumonie présenteront un mucus sanglant recouvert de bulles, ce qui est dû au mélange du sang avec du mucus et de l’oxygène.

Le mucus teinté de sang peut varier de couleur chez les patients atteints de pneumonie. Par exemple, certains le caractérisent comme étant de couleur rouille, orange ou rouge vif. Quelle que soit la quantité ou la couleur, il est essentiel de consulter immédiatement un médecin si votre mucus contient des traces de sang. Même si le mucus ne contient que des stries de sang, vous devriez consulter immédiatement un médecin au cas où il pourrait s’agir d’une pneumonie.

11. Délire, confusion ou changements dans l’état de conscience mentale

Étant donné que la pneumonie est une affection qui provoque une inflammation et une infection, il est possible qu’elle interfère avec le fonctionnement du cerveau et peut éventuellement conduire au délire que le site Healthline.com définit comme « un changement brusque dans le cerveau qui provoque une confusion mentale et une perturbation émotionnelle ».

Une telle confusion – qui peut également être le résultat d’une forte fièvre ou d’un manque d’oxygène dans le sang -, est particulièrement fréquente chez les adultes âgés de 65 ans ou plus atteints de pneumonie. Ils peuvent devenir désorientés ou ne pas être conscients de ce qui se passe autour d’eux.

12. Température corporelle basse

Dans certains cas, lorsque des personnes souffrent de pneumonie, au lieu d’avoir de la fièvre, elles peuvent avoir une température corporelle inférieure à la normale. Au même titre que les délires et la confusion, cela est particulièrement fréquent chez les adultes de plus de 65 ans, ainsi que chez ceux dont le système immunitaire est affaibli.

Chez les personnes âgées, cela est souvent dû à la capacité réduite du corps à réguler sa température, en particulier lorsqu’il est confronté à une infection. Mais cela peut aussi être dû au fait que les infections elles-mêmes baissent la température du corps pour leur survie, tandis qu’une fièvre aura tendance à tuer le virus ou les bactéries.

13. Transpiration

Comme mentionné précédemment, une forte fièvre est un symptôme courant de la pneumonie, augmentant souvent la température corporelle jusqu’à 105 degrés Fahrenheit (40,9 degrés Celsius). C’est ainsi que le corps combat une infection, donc une fièvre raisonnable est en fait une bonne chose dans ce cas de figure.

Mais comme le corps est plus chaud que la normale de plusieurs degrés, il n’est pas rare qu’une personne atteinte de pneumonie transpire (parfois abondamment) alors que le corps tente de se rafraîchir et d’éviter de surchauffer dangereusement. Le site Healthline.com indique qu’il s’agit d’un symptôme particulièrement courant chez ceux qui souffrent de pneumonie bactérienne.

14. Peau, lèvres et ongles violacés

La pneumonie peut également amener la peau à prendre une « couleur sombre ou violacée, » comme décrit par le site MedicalNewsToday.com. Cela peut être plus visible sur certaines parties du corps telles que les lèvres et les ongles.

Ce changement de couleur de la peau est un symptôme connu sous le nom de cyanose. Il est « généralement causé par de faibles niveaux d’oxygène dans les globules rouges ou des problèmes d’acheminement du sang oxygéné dans votre corps », explique Healthline.com. La cyanose survient chez les personnes atteintes de pneumonie parce que les sacs aériens (alvéoles) enflammés dans les poumons rendent la respiration difficile, par conséquent, il leur est difficile d’apporter une quantité suffisante d’oxygène dans le corps. Le site indique que ce symptôme, comme pour la transpiration, est particulièrement fréquent dans les cas de pneumonie bactérienne.

15. Perte de poids

Les personnes atteintes de pneumonie peuvent également perdre du poids au cours de l’infection. Cela dépend en grande partie de la gravité de la pneumonie, mais dans certains cas, Healthfully.com explique que « […] la pneumonie peut surcharger le système, ce qui entraîne l’usure et le déconditionnement de la personne ».Cette dégradation de l’état de santé d’une personne peut entraîner une perte d’appétit, ce qui conduit à une perte de poids.

Une perte d’appétit peut également survenir à cause de changements du métabolisme provoqués par l’infection, ainsi que de douleurs thoraciques et d’un faible niveau d’activité physique. Elle peut également résulter de la prise de certains antibiotiques, étant donné qu’ils peuvent affecter le goût des aliments.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X