Maladies FRA

Les 10 premiers symptômes de la maladie cœliaque : en souffririez-vous ?

Encore appelée cœliaquie, la maladie cœliaque est une maladie auto-immune qui touche environ 1 100 Américains. Elle est causée par une intolérance au gluten. La gliadine, une protéine présente dans le blé, provoque le système immunitaire des personnes susceptibles, causant ainsi une attaque immunitaire contre les cellules intestinales de leur propre corps. Ces réactions inflammatoires endommagent et atrophient les villosités intestinales ; lesquelles sont normalement responsables de l’absorption des éléments nutritifs qui bordent l’intestin grêle. D’autres céréales comme l’orge et le seigle ont des protéines similaires qui peuvent provoquer la même réaction chez les personnes sensibles.

La maladie cœliaque peut causer des dommages irréversibles. Le problème semble être de cause génétique, et de ce fait peut se transmettre à travers les générations. Le dépistage de la maladie cœliaque se fait par des tests sanguins et des endoscopies. Il est important que la personne atteinte continue à consommer des aliments riches en gluten lorsqu’elle se fait tester pour la maladie cœliaque ; car si le gluten est supprimé de son alimentation, son organisme se répare, ce qui produit des résultats de test erronés.

La maladie cœliaque peut causer une multitude de problèmes. Les plus importants résultent de la malabsorption des nutriments. Cela peut conduire à l’ostéoporose, l’anémie ou encore un retard de croissance chez les enfants. Ceux qui souffrent de la maladie cœliaque sont également plus susceptibles au développement d’un lymphome non-hodgkinien par rapport à la population générale. La meilleure façon de vous protéger et réduire votre risque de développer cette condition est par un diagnostic précoce et un régime alimentaire strict.

Voici les 10 symptômes les plus importants qui signalent la maladie cœliaque. Si vous souffrez de l’un de ces symptômes ou croyez que vous pourriez être à risque, veuillez contacter votre médecin pour des tests de diagnostic.

1. Pas de symptômes

Malheureusement, beaucoup de gens qui souffrent de la maladie cœliaque ne présentent aucun symptôme. Ceci est particulièrement dangereux, car les lésions intestinales peuvent survenir même en l’absence de symptômes. Grâce à de nouvelles techniques de dépistage, les patients sont diagnostiqués sans se douter qu’ils souffrent de cette maladie. Il est important pour les personnes sans symptômes mais qui présentent un diagnostic positif de manger correctement, car elles demeurent toujours à risque de complications graves (telles que le cancer) au cas où la maladie se réveille.

2. Ballonnements

Beaucoup de gens qui souffrent de la maladie cœliaque souffrent de ballonnements douloureux. Pendant plusieurs jours après la consommation de gluten, l’estomac peut être distendu et rempli de gaz. Cela peut être très douloureux. Ils ont tendance à se plaindre de douleurs intestinales, et certaines femmes reportent même avoir l’impression d’être « enceinte de 6 mois. ». Les personnes souffrant de la maladie cœliaque peuvent également souffrir de flatulences et ballonnements. Le ballonnement peut également indiquer plusieurs autres conditions alimentaires. Ainsi, il faut que ce symptôme soit observé à la suite de consommation de gluten.

Gas

3. Diarrhée

La diarrhée chronique est un symptôme fréquent chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque. Cette diarrhée peut être caractérisée comme malodorante, explosive et même douloureuse. Les selles peuvent être de couleur pâle ou blanche, et flottent normalement à la surface de l’eau. Même les selles solides peuvent avoir les mêmes caractéristiques. Les hémorroïdes peuvent également être observées en cas de diarrhée chronique. Ceux-ci peuvent se produire lorsqu’il n’y a pas assez de substance dans les selles.

4. Constipation

Bien que des épisodes de diarrhée soient fréquents chez les malades cœliaques, certains d’entre eux peuvent également être atteints de constipation. Ceci est attribuable au fait que l’organisme se vide du contenu intestinal de manière lente. Le corps essayerait sans doute d’extraire tous les nutriments possibles, malgré le fait que les villosités intestinales soient endommagées et ne fonctionnent plus aussi efficacement. La constipation peut être marquée par des périodes de forte diarrhée lorsque la personne consomme du gluten. La constipation peut également causer des douleurs et des ballonnements.

5. Perte ou gain de poids

Beaucoup de gens qui souffrent de la maladie cœliaque perdent du poids, puisque leur corps réagit aux nutriments manquants. La diarrhée provoquée par le gluten peut bloquer l’absorption des calories extraites de la nourriture, purgeant ainsi le corps de son carburant. Inversement, une victime de la maladie cœliaque peut gagner du poids au lieu d’en perdre. Le corps étant dépourvu de nutriments, les gens ont tendance à manger en excès pour obtenir une nutrition adéquate. Aussi, ils peuvent avoir des difficultés à perdre du poids jusqu’à ce qu’ils restreignent le gluten de leur alimentation.

6. Fatigue

La fatigue est une plainte commune chez les personnes affectées par la maladie cœliaque. Les victimes d’une maladie cœliaque non diagnostiquée peuvent souffrir de malnutrition causée par une absorption inadéquate de nutriments. Ainsi, leur corps réagit avec une extrême fatigue et des malaises par la suite. Et dans leur désespoir et ardent désir de rester éveillés, ils ont tendance à se jeter sur des stimulants tels que caféines et boissons énergétiques. La fatigue est très souvent le premier symptôme éliminé après le diagnostic et la suppression du gluten de l’alimentation.

7. Difficultés à se concentrer

Les victimes de cœliaquie peuvent éprouver un «brouillard de cerveau» en relation directe avec leur consommation de gluten. Ce symptôme se manifeste immédiatement après avoir mangé du gluten et peut persister pendant plusieurs jours. Le malade se sent confus, a des difficultés à se concentrer et a des épisodes de perte de mémoire à court terme. Par exemple, il peut oublier d’aller chercher les enfants à l’école, ou même oublier un mot en plein milieu d’une phrase écrite. Heureusement, la perte de mémoire ici et les difficultés à se concentrer ne persistent pas et disparaissent aussitôt que le gluten est éliminé de leur alimentation. Il pourrait même se sentir enfin réveillé après maintes années de « brouillard de cerveau » !

8. Difficultés à s’endormir ou à rester endormi

Des études récentes ont montré que les personnes souffrant de la maladie cœliaque souffrent très souvent d’un sommeil désordonné. Une étude a révélé que quel que soit le régime alimentaire de la personne, sans gluten ou non, les troubles du sommeil sont beaucoup plus fréquents par rapport à la population générale. Le sommeil désordonné peut être démontré par une incapacité à s’endormir ou même une incapacité à rester endormi. L’étude a révélé que les causes de l’incapacité à dormir incluent la dépression, la fatigue et l’anxiété.

9. Engourdissements et picotements

La maladie cœliaque se présente également avec des symptômes neuropathiques. Tout problème avec le système neuropathique peut sérieusement affecter le contrôle de la motricité globale et le fonctionnement des nerfs sensoriels. Un cœliaque non diagnostiqué peut reporter des problèmes de nerfs, spécialement aux bouts des doigts et des orteils. Cela peut inclure des sensations de picotement dans les mains et les pieds, allant de légères à «endormies ». En revanche, ils peuvent ne pas sentir de picotements (ou toute autre chose) dans leurs mains et pieds, car l’engourdissement est également très fréquemment rencontré. D’autres parties du corps peuvent être touchées, comme les muscles du visage.

10. Dépression

Malheureusement, la dépression et les taux de suicide sont plus élevés chez les personnes atteintes de maladie cœliaque. Des études ont montré que même avec un régime alimentaire sans gluten, les taux de dépression sont beaucoup plus élevés que la population générale. Une étude a également révélé un lien entre les troubles de l’alimentation et la dépression chez les femmes qui souffrent de la maladie cœliaque. Puisqu’ils surveillent étroitement leurs aliments riches en gluten, ils peuvent développer une alimentation désordonnée et restrictive. Quant au risque de suicide, il semble qu’une fois la maladie diagnostiquée et avec des changements alimentaires, celui-ci soit considérablement réduit.

X