Symptômes de la commotion cérébrale : Comment puis-je savoir si j’ai une commotion cérébrale ?

Le plus souvent, ce sont les athlètes qui sont considérés comme les personnes les plus à risque aux commotions cérébrales, lésions cérébrales causées lorsque la tête subit un coup sévère ou lorsque le corps est secoué et le cerveau est bousculé par la suite.

Cependant, nous sommes tous à risque de commotions, que nous pratiquions régulièrement du sport ou non. Les commotions cérébrales sont aussi les dommages les plus fréquents causés par les accidents de voiture, les chutes ou les combats.

Dans de rares cas, les commotions cérébrales peuvent provoquer des lésions cérébrales, en particulier si elles sont répétées. Voici les vingt symptômes les plus courants d’une commotion cérébrale …

1. Maux de tête

En raison du fait que la majorité des commotions cérébrales sont causées par un coup direct à la tête, un mal de tête sévère comparable à une mauvaise migraine qui va-et-vient avec une sensibilité à la lumière et au bruit.

2. Diminution de la fonction cognitive

Cela pourrait être soit une difficulté à se concentrer, soit des pertes de mémoire. Une commotion cérébrale peut aussi causer une détérioration des capacités décisionnelles, une incapacité à se concentrer ou à se rappeler de sa routine normale.

3. Manque de coordination

Les commotions cérébrales peuvent provoquer des vertiges immédiats, ainsi que des difficultés à maintenir son équilibre. L’individu a du mal à tenir debout et à marcher en suivant une ligne droite.

4. Dilatation des pupilles

Suite à un grave traumatisme crânien, il est fréquent que les pupilles – soit une pupille du côté affecté, soit toutes les deux – apparaissent dilatées ou exceptionnellement élargies.

5. Nausées

Les nausées et les vomissements récurrents (dans les cas sévères) peuvent survenir en raison d’un traumatisme crânien, des maux de tête, des troubles d’équilibre ou troubles de la vision.

6. Vision floue

Pour évaluer l’intégrité visuelle du patient, vous pouvez lui demander de compter le nombre de doigts qui lui sont présentés. Les victimes de commotion se plaignent aussi souvent, de sensibilité à la lumière après une blessure.

7. Ecchymoses

Vous pouvez également remarquer une grande bosse enflée ou même des ecchymoses dans la région de la tête où le traumatisme a eu lieu.

8. Explosion émotionnelle

Il est commun pour les victimes de commotion de souffrir de sautes d’humeur extrêmes et drastiques après un traumatisme crânien. Par exemple, elles peuvent devenir facilement irritables et facile à contrarier, elles peuvent souffrir de dépression, ou alors peuvent être extrêmement anxieuses et agitées.

9. Troubles d’élocution

Les commotions cérébrales nous font tourner la tête, et en raison de cela le patient peut avoir des troubles d’expression : articuler les mots, former des phrases logiquement correctes, etc. Ainsi, son discours est généralement incompréhensible.

10. Troubles de sommeil

Les victimes de commotion cérébrale oscillent souvent entre les deux extrêmes : Ils peuvent soit dormir un peu trop, soit ne pas dormir assez.

11. Amnésie

Comme on l’a mentionné plus tôt, une commotion cérébrale peut causer une perte de mémoire, ou plus précisément, une amnésie. Il existe deux différents types d’amnésie, pouvant tous deux survenir à la suite d’une commotion cérébrale.

Le premier type d’amnésie est appelé « amnésie rétrograde » : les personnes perdent le souvenir d’événements ayant eu lieu dans le passé, mais aussi, souvent, dans les instants concomitants à la lésion cérébrale. Parfois, ces souvenirs peuvent revenir au fil du temps, mais ce n’est pas toujours le cas. Le deuxième type d’amnésie est appelé « amnésie antérograde » : suite à une commotion, la personne est incapable de former de nouveaux souvenirs.

12. Bourdonnement auditif

En plus d’être sensibles au son, les personnes qui ont subi une commotion cérébrale peuvent aussi souffrir d’acouphènes, que le Centre des sciences de la santé Sunnybrook définit comme « une note aiguë, un bourdonnement ou un sifflement dans les oreilles ».

Des acouphènes peuvent résulter de « dommages survenus dans l’oreille interne ou dans les nerfs auditifs et dans la partie du cerveau responsable de l’audition », toujours selon cette même source. Alors que certains peuvent être sujets à des acouphènes de façon constante, d’autres peuvent ne les éprouver que par intermittence. L’acouphène est un symptôme particulièrement courant suite à une commotion cérébrale et, de façon générale, tend à disparaître avec le temps.

13. Fatigue

La fatigue est considérée comme l’un des symptômes les plus courants d’une commotion cérébrale. Il s’agit d’une fatigue extrême ou d’un manque d’énergie. Si l’on se réfère à la fatigue ressentie par une personne normale après une longue journée, « la fatigue que les gens ressentent après une blessure légère à la tête peut survenir après une activité moins intense qu’à l’accoutumée et peut sembler plus profonde et plus durable » (d’après HeadInjurySymptoms.org).

Malheureusement, le repos est souvent inefficace pour traiter la fatigue causée par une commotion cérébrale. Selon cette même source, cela peut « aggraver votre état » et occasionner une baisse de la forme physique en plus d’autres problèmes comme « une raideur articulaire, un mal de dos, une perte de confiance et un isolement social ».

14. Perte d’odorat et de goût

La perte d’odorat est un autre symptôme fréquemment observé à la suite d’une commotion cérébrale. Souvent, cette perte d’odorat peut induire des changements de perception — voire la perte — du goût. Parce que ces deux sens sont essentiels à l’appétit, les personnes qui souffrent d’une perte d’odorat ou de goût peuvent également constater une baisse de leur appétit et un manque d’intérêt pour la nourriture.

Malheureusement, il n’y a pas de traitement ou de remède pour une perte d’odorat ou de goût. Selon BrainLine.org, « en général, si une personne ne retrouve pas l’odorat dans les six mois qui suivent la blessure, la perte sera probablement permanente ».

15. Perte de mémoire

Une commotion cérébrale peut entraîner une perte de mémoire de deux façons : une perte des souvenirs entourant l’événement lui-même, ou bien une perte de mémoire récurrente après la blessure. Même de légères commotions cérébrales peuvent affecter la mémoire. Il peut être plus difficile de mémoriser de petites choses comme une liste de courses ou des dates marquantes, ce qui signifie que vous pouvez être plus souvent amené à noter les choses pour vous les rappeler.

16. Symptômes de stress post-traumatique

Certains patients ne se rétablissent pas dans le délai moyen de deux semaines à un mois, et leurs symptômes peuvent se manifester au-delà d’un ou deux mois, ce qu’on appelle le « syndrome post-commotion cérébrale ».

Les patients souffrant de ce syndrome peuvent en ressentir les effets parfois au repos, ou suite à une activité physique ou cognitive excessive. Cela peut perturber leur vie quotidienne et les amener à modifier leurs habitudes afin de se faciliter la vie.

17. Symptômes chez les bébés et les tout-petits

Il est important que les parents remarquent les symptômes de commotion cérébrale chez les bébés, d’autant plus qu’ils ne sont pas en mesure d’exprimer précisément ce qu’ils ressentent. Ils peuvent pleurer lorsque vous leur bougez la tête, ou être irritables. Leur sommeil peut connaître un changement notable. Les bébés peuvent également vomir, avoir une bosse ou une ecchymose visible sur la tête.

Ces symptômes sont également à rechercher pour les très jeunes enfants. Des changements de comportement, ou un désintérêt pour leurs activités préférées sont d’autres signes de commotion cérébrale pour cette tranche d’âge.

18. Symptômes chez les enfants

Les symptômes chez les enfants sont à peu près les mêmes que chez les adultes. Mais comme les enfants ne peuvent pas toujours décrire leurs symptômes, il est important d’observer leur comportement. Les enfants peuvent paraître inattentifs ou bien être sujets à de brusques changements d’humeur. Le traumatisme crânien peut également causer une sensibilité à la lumière et au bruit.

19. Autres symptômes

Il existe toute une variété d’autres symptômes liés aux commotions cérébrales. Ceux-ci comprennent un sentiment de confusion, d’hébétude, ou la sensation d’être dans le brouillard. Lorsqu’on pose une question, les personnes qui ont subi une commotion cérébrale peuvent répondre avec un certain retard, avoir des difficultés à se rappeler les bons mots ou ne pas parler correctement.

Il est important de se rappeler cependant que même si bon nombre des symptômes énumérés dans cet article peuvent se manifester immédiatement après la commotion cérébrale, il est également possible qu’ils mettent du temps à se développer — parfois seulement quelques heures, mais dans d’autres cas, des mois. Si vous remarquez l’apparition de ces symptômes suite à une blessure, et ce, quel qu’en soit le moment, informez-en votre médecin dès que possible.

20. Quand consulter un médecin

Si vous avez une blessure à la tête, il est important de la faire examiner dans un délai d’un à deux jours. Consultez immédiatement un médecin si vous-même, ou bien un enfant ressentez les symptômes tels que : des vomissements répétés ou des nausées, une perte de conscience, une aggravation des maux de tête, des troubles de la parole, et plus encore. Établir un diagnostic permettra de vous assurer que vous ne souffrez pas d’autre chose que d’une commotion cérébrale.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X