Cancer du côlon : les symptômes importants que tout le monde devrait connaître

Le cancer du côlon (ou cancer colorectal) est l’une des formes de cancer les plus importantes et les plus dangereuses. Il commence par l’accumulation de polypes le long de la paroi du côlon. À mesure que ces polypes se reproduisent, ils peuvent causer de graves problèmes digestifs. Si les polypes restent bénins (c’est à dire non cancéreux), ils provoqueront un léger inconfort. Cependant, s’ils deviennent cancéreux et se propagent, ils peuvent mettre votre vie en danger.

L’une des raisons pour lesquelles le cancer du côlon est si mortel est qu’il est difficile à détecter. Comme cet article le montrera, les premiers signes de cancer du côlon sont faciles à confondre avec d’autres problèmes de santé beaucoup moins dangereux, tels que la grippe intestinale ou le syndrome du côlon irritable (et c’est pourquoi il est important pour les hommes et les femmes adultes de se faire tester pour le cancer du côlon ). Découvrons quels sont les symptômes du cancer colorectal ?

1. Constipation

Des difficultés à aller à la selle régulièrement peuvent être le signe de nombreux problèmes. Techniquement, cela indique généralement que le patient ne consomme pas assez de fibres et n’est pas suffisamment hydraté. Dans les deux cas, les intestins peuvent s’assécher, ce qui rendra difficile le déplacement efficace des déchets alimentaires à l’intérieur et hors du corps.

Cependant, la constipation peut également être le signe de problèmes plus importants, comme le cancer du côlon. En effet, la présence de polypes dans le côlon peut ralentir la progression des déchets alimentaires, ce qui rendra plus difficile leur évacuation hors du corps. Si vous souffrez régulièrement de constipation, demandez à votre médecin de vous faire tester pour le cancer colorectal.

2. Diarrhée

En matière de difficultés pour éliminer efficacement les déchets du corps, la diarrhée et la constipation sont aux extrémités opposées du spectre. Si la constipation est généralement le résultat d’un manque de fibres ou d’eau dans l’alimentation, la diarrhée peut être le résultat d’une hydratation trop importante. Elle peut aussi être le symptôme d’une maladie, comme la grippe, qui empêche le corps d’absorber efficacement les nutriments.

Mais la diarrhée peut aussi être un signe précoce de cancer du côlon. La présence de polypes ou de tumeurs dans le côlon peut  l’empêcher de traiter efficacement les déchets, ce qui signifie qu’ils quitteront l’organisme sous forme liquide. Si vous souffrez fréquemment de diarrhée, il est conseillé d’en parler avec votre médecin.

3. Selles aux formes anormales

De manière générale, la forme idéale des selles est longue, solide et cylindrique, ce qui indique que le corps a absorbé tous les nutriments dont il avait besoin avant d’évacuer en douceur les déchets du corps par le côlon. Devez-vous de ce fait vous inquiéter si vos selles ont une forme radicalement différente ?

Des selles de forme étrange pourraient indiquer que votre côlon ne fonctionne pas normalement. Par exemple, si les selles sont petites ou en forme de ruban, cela pourrait indiquer que les déchets ont rencontré un ou même une série d’obstacles, tels que des polypes ou des tumeurs. Si vous remarquez fréquemment que vos selles prennent une forme étrange, parlez-en à votre médecin.

4. Difficultés à évacuer les selles

Idéalement, une personne ira aux selles une à deux fois par jour et ces selles seront assez routinières en termes d’effort. En d’autres termes, il ne devrait pas être plus difficile d’aller à la selle que de mâcher de la nourriture, d’avaler, d’uriner ou d’effectuer d’autres fonctions corporelles quotidiennes.

Néanmoins, si aller aux toilettes entraîne une douleur ou un inconfort important, il peut y avoir un problème. S’il vous est difficile d’évacuer vos selles, cela peut être un signe que des polypes ou des tumeurs se sont formées à l’intérieur de votre côlon, et les bloquent. Si ces blocages sont cancéreux, votre santé peut être menacée. Pour cette raison, il est important de parler à votre médecin si vous avez régulièrement des difficultés à aller à la selle.

5. Gêne abdominale

Les douleurs abdominales ne sont pas particulièrement anormales. Pour de nombreuses personnes, elles peuvent résulter de la consommation d’un aliment particulier (par exemple, même les personnes en très bonne santé peuvent ressentir une gêne abdominale après avoir mangé des haricots, du brocoli ou des choux de Bruxelles). Mais cela ne devrait pas se produire constamment, et si c’est le cas, c’est peut-être le signe de problèmes plus importants.

La douleur ou l’inconfort abdominal peuvent en effet être le résultat d’un blocage dans le côlon. Si ce blocage est le résultat d’une tumeur cancéreuse, vous pourriez être en grave danger. Si les crampes abdominales deviennent particulièrement douloureuses, cela pourrait être le signe que la tumeur s’est propagée ou qu’elle a même perforé la paroi de l’intestin. Dans ce dernier cas, il est important de consulter immédiatement un médecin.

6. Traces de sang dans les selles

Pour beaucoup de personnes, il y a peu d’images plus inquiétantes que de voir du sang dans leurs selles. Cependant, le plus souvent, il n’y a pas de quoi s’inquiéter. D’une part, ce n’est souvent pas du tout du sang, mais simplement une décoloration des selles causée par la consommation d’un certain type d’aliment (comme des betteraves ou un colorant alimentaire). Dans d’autres cas, c’est simplement le résultat d’une petite déchirure au niveau du côlon ou du rectum, souvent à la suite d’une constipation.

Pourtant, le sang dans les selles devrait être un signe d’avertissement, surtout si cela se produit trop souvent. En effet, cela peut être le signe de la présence de tumeurs dans le côlon ; au fur et à mesure que les tumeurs se développent ou se propagent, elles sont déchirées par les déchets qui traversent le corps, ce qui peut expliquer la présence de sang rouge vif dans les selles. Bien que le sang dans les selles ne soit pas toujours un signe de cancer du côlon, c’est une raison suffisante pour en discuter avec votre médecin.

7. Perte de poids soudaine

Une perte de poids soudaine peut accompagner l’émergence d’un cancer du côlon, mais c’est rarement un symptôme direct de cette maladie. La perte de poids est généralement le résultat d’un autre signe de cancer colorectal : une gêne ou une douleur abdominale. En termes simples, s’il devient trop inconfortable ou douloureux de traiter les aliments, le patient limitera ou arrêtera consciemment ou même inconsciemment de s’alimenter.

Cela pose problème pour diverses raisons. Tout d’abord, si la cause de l’inconfort abdominal est une cancer du côlon, le fait de manger moins et perdre du poids ne fera qu’aggraver le problème en privant le corps de nutriments indispensables, tels que les fibres. Si vous perdez du poids et mangez moins à cause d’une gêne ou de douleurs abdominales, parlez-en à votre médecin dès que possible.

8. Voyages fréquents aux toilettes

Nous avons tous déjà eu l’impression de nous rendre constamment à la salle de bain. Dans certains scénarios, comme en cas de grippe intestinale, c’est tout à fait normal, même si c’est vraiment très désagréable.

Mais aller souvent aux toilettes ne devrait pas être une réalité quotidienne. Si c’est le cas, cela pourrait indiquer un trouble digestif, impliquant peut-être le côlon. Les personnes atteintes d’un cancer du côlon vont parfois trop souvent aux toilettes parce que des polypes ou des tumeurs cancéreuses empêchent les déchets alimentaires d’être évacués normalement par le corps. Le résultat est un sentiment persistant de devoir se rendre aux toilettes, même si leur dernière visite ne remonte qu’à quelques minutes. Si ce problème vous semble familier, demandez à votre médecin de réaliser un dépistage du cancer du côlon.

9. Gazs et ballonnements

Il n’est pas rare d’avoir des gaz ou une sensation de ballonnement ; souvent, c’est le résultat de la consommation d’aliments difficiles à digérer. Cela peut également être le signe que vous souffrez du syndrome du côlon irritable, ce qui signifie que votre corps a du mal à décomposer correctement un large éventail d’aliments.

Mais se sentir ballonné ou gazeux peut aussi être un signe de cancer colorectal. Ce dernier se manifeste généralement par la formation de tumeurs cancéreuses dans l’intestin inférieur, qui agiront comme des obstacles pour les déchets. Au fur et à mesure que les déchets s’accumulent dans le côlon, le patient peut avoir des gazs, se sentir, ballonné et inconfortable. S’il s’agit d’un problème que vous rencontrez fréquemment, demandez à votre médecin de vous faire tester pour le cancer du côlon.

10. Se sentir très fatigué

Des millions de français se sentent constamment fatigués. Cette fatigue peut être le résultat de nombreuses conditions. Notamment d’un virus, de problèmes de sommeil, ou simplement que vous n’avez pas votre dose régulière de caféine.

Mais une léthargie grave peut aussi être le signe de l’apparition d’un cancer du côlon, provoqué par la formation de polypes cancéreux qui peuvent se briser et saigner s’ils sont perforés par le passage de déchets alimentaires. Si ce saignement se produit fréquemment, le patient peut commencer à ressentir les effets de l’anémie, une carence en fer causée par une perte de sang. Si vous voyez régulièrement du sang dans vos selles et que vous vous sentez constamment plus fatigué que d’habitude, il est temps de parler à votre médecin de la possibilité de subir un test de dépistage du cancer du côlon.

11. Essoufflement

En plus de l’anémie, des difficultés respiratoires peuvent être un autre signe d’hémorragie interne. Elles indiquent généralement un saignement  lent, qui survient généralement dans le cas du cancer du côlon à la suite de la rupture de polypes cancéreux.

Dans son entretien avec Reader’s Digest, Patricia Raymond, MD, explique l’origine de ce symptôme : « Si vous ne saignez pas agressivement ou ne vomissez pas de sang, votre corps stocke plus de plasma dans le sang sans produire plus de fer ou de globules rouges », explique-t-elle, ce qui vous empêche de perdre du sang en grande quantité, mais réduit la capacité du sang à transporter l’oxygène. C’est pourquoi vous pourriez remarquer un essoufflement.

12. Infections urinaires fréquentes

Les infections des voies urinaires, également connues sous le nom d’infections de la vessie, sont une affection courante qui provoque des symptômes comme de la douleur ou une sensation de brûlure au moment d’uriner, une envie pressante, des crampes et de l’incontinence (soit une perte de contrôle de sa vessie). Les femmes sont plus enclines à en souffrir, mais elles peuvent également toucher les hommes.

Généralement, ces infections sont causées par une bactérie. Mais si elles surviennent fréquemment et que les symptômes incluent surtout une envie pressante et l’incontinence, cela peut être le signe d’un cancer du côlon, qui s’est développé au point d’exercer une pression sur les organes proches, y compris la vessie.

13. Nausées et vomissements

Nausées et vomissements peuvent survenir pour un certain nombre de raisons, y compris en cas de grippe intestinale, allergies alimentaires ou comme  effet secondaire de la prise de certains médicaments. Notre première pensée ne sera certainement pas le cancer du côlon, même s’il peut effectivement s’agir du responsable.

Lorsqu’une tumeur dans le côlon, en particulier dans la zone la plus proche des intestins, provoque une occlusion intestinale, elle peut entraver ou empêcher le passage des déchets solides, liquides et des gaz. Cela peut entraîner des symptômes de ballonnements et de constipation (mentionnés précédemment), mais également des nausées ou même des vomissements chez le patient.

14. Foie hypertrophié

Dans certains cas, le cancer du côlon peut se propager à d’autres parties du corps, comme par exemple dans le foie. C’est ce qu’on appelle le cancer du côlon métastatique ou cancer de stade IV. Bien qu’il s’agisse d’une forme de cancer avancée, il peut parfois passer inaperçu s’il est asymptomatique.

Lorsque des symptômes apparaissent, cependant, ils peuvent se manifester par une hypertrophie du foie, ce qui peut provoquer une gêne dans la partie supérieure droite de l’abdomen. De plus, la jaunisse (une maladie de la peau qui provoque un jaunissement de la peau et du blanc des yeux) peut survenir en raison de l’obstruction des voies biliaires dans le foie.

15. Ganglions lymphatiques enflés

En plus du foie, le cancer du côlon peut également se propager aux ganglions lymphatiques. Localisés dans tout le corps dans des zones comme le cou, les aisselles et l’aine, les ganglions lymphatiques font « … partie d’un système de tubes et de glandes qui filtre les fluides corporels et combat les infections », explique Cancer Research UK.

Étant donné qu’une accumulation de cellules cancéreuses peut empêcher le liquide lymphatique de s’écouler normalement dans le sang, les ganglions lymphatiques ont tendance à gonfler ou à durcir. Cela peut conduire à ce que l’on appelle un lymphœdème, qui se caractérise le plus souvent par une rétention d’eau et un gonflement dans la zone des ganglions lymphatiques affectés.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X