Autisme FRA

7 faits sur l’autisme à découvrir durant ce mois de sensibilisation

L’autisme est un trouble mental à large spectre qui est très souvent discuté dans les cercles de santé, mais dont on sait en fait peu de choses. La recherche continue à discuter des causes possibles de l’autisme (certains patients peuvent communiquer de manière non-verbale), et certains se demandent également si c’est un trouble qui devrait même être « guéri ».

Le mois d’avril est le mois de sensibilisation à l’autisme, et l’Autism Society et autres organisations associées aident à propager les informations sur la maladie via des tas d’évènements. Dans l’esprit de ce mois de conscientisation, voici sept faits que vous ignorez peut-être à propos de l’autisme…

1. L’autisme est plus commun chez les garçons

Les garçons ont 4 fois plus de risque de développer de l’autisme que les filles, bien qu’il n’y ait pas d’explication claire sur cette raison. Mais ça n’a pas empêché certaines organisations d’avancer des théories.

Par exemple, la National Autistic Society du Royaume-Uni note que ce pourrait simplement être plus difficile de diagnostiquer l’autisme chez les filles, puisque celles-ci « pourraient mieux masquer leurs difficultés pour ressembler à leurs semblables » et auraient globalement de meilleures compétences sociales. La spéculation est que certaines filles souffrant de troubles autistiques ne sont jamais diagnostiquées comme telles.

autism

2. L’autisme est de plus en plus répandu

L’Autism Science Foundation rapporte qu’en 2014, 1 enfant sur 68 souffrait d’un trouble autistique aux États-Unis. Le trouble ne devient peut-être pas plus commun, mais en 2012, ces estimations étaient d’un enfant sur 88.

C’est un contraste frappant avec les rapports des années 1980 qui affirmaient que seul un enfant sur 10 000 souffrait d’autisme. Le critère de diagnostic change constamment et donc les chiffres aussi. Par exemple, le syndrome d’Asperger est à présent inclus dans le spectre autistique, alors qu’il ne l’était pas il y a 30 ans.

autism 4

3. Il existe plus d’une forme d’autisme

En suivant la même ligne de pensée, il existe à présent différents diagnostics qui rentrent dans le trouble du spectre autistique (TSA) : le syndrome d’Asperger (caractérisé par un comportement restreint d’interactions sociales) ; les troubles envahissants du développement (TED) pour les enfants qui sont dans le spectre autistique, mais ne montrent pas tous les critères standards ; et l’autisme.

Par conséquent, les enfants autistes peuvent avoir un large éventail de symptômes, tandis que d’autres n’en ont pas autant (souvent appelé autisme de haut niveau). Certains enfants ne sont pas impactés par le trouble (avec des comportements plus « normaux » et des QI plus élevés), mais présentent suffisamment de symptômes pour être inclus dans le spectre.

Asperger's

4. Il n’y a pas de cause unique

L’Autism Society déclare qu’une cause unique n’a pas été identifiée (bien que certaines personnes, y compris des célébrités, ont avancé des théories non médicales, selon lesquelles l’autisme serait causé par les vaccins).

Ce qui est sûr, selon la société, c’est qu’il existe des différences notables sur les radios des cerveaux des autistes. Certains chercheurs cherchent également à lier l’autisme à des facteurs génétiques, ajoute la société.

Autism

5. L’autisme pourrait être une neurodiversité

Autism Speaks note que la neurodiversité « est l’idée que des variations neurologiques comme l’autisme et le trouble du déficit de l’attention sont des variations normales et naturelles du génome humain. » Qu’est-ce que ça signifie ? Ça suggère que les autistes pourraient simplement penser de manière différente que les non-autistes.

Ça suggère également que l’autisme ne serait pas le résultat d’une maladie ou d’un genre de blessure cervicale. Dans le domaine de la neurodiversité, l’autisme n’a pas besoin d’être « guéri », mais ses besoins devraient être pris en compte pour améliorer la qualité de vie.

Brain

6. Les patients autistes excellent en créativité

Bien que les personnes souffrant de trouble autistique n’agissent ou ne communiquent pas comme la majorité des gens, la recherche a montré qu’ils avaient des capacités créatives supérieures, selon le Guardian (Royaume-Uni), qui note, « Des scientifiques ont découvert que les personnes souffrant de ce trouble du développement étaient bien plus enclines à inventer des réponses uniques à des problèmes créatifs. »

Malgré le niveau élevé de créativité, ce trouble rend difficile pour les autistes le fait de trouver un emploi (en raison de traits « socialement handicapants »), note l’article, qui mentionne également que les partisans de cette idée font pression sur les employeurs pour qu’ils embauchent ceux qui ont des « troubles d’apprentissage ».

shutterstock_326464538

7. Autres troubles de santé liés

La National Autism Association note que les personnes souffrant de troubles du spectre autistique souffrent souvent d’autres problèmes de santé comme des allergies communes et des troubles gastro-intestinaux, voire des troubles plus graves comme le trouble bipolaire, l’épilepsie et l’inflammation cérébrale.

D’autres problèmes courants associés au TSA sont le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité, des maladies auto-immunes, la dyslexie, la maladie de Crohn, l’hyperkinésie (excès de mouvements moteurs), le syndrome de Tourette (tics vocaux et moteurs) et beaucoup d’autres selon cette liste de Research Autism.

Pregnancy Autism Risk

Share This Article

X