Syndrome FRA

6 faits effrayants sur le syndrome du choc toxique

Vous n’avez peut-être jamais fait le lien entre utiliser des tampons et l’effrayant syndrome du choc toxique. Mais une adolescente de 15 ans du Michigan, Rylie Whitten, a été atteinte par cette rare infection mortelle au staphylocoque et au streptocoque en janvier passé après avoir utilisé un produit pour les règles que de nombreuses femmes utilisent sans se douter qu’il pourrait avoir des implications néfastes sur la santé…

1. Prévalence du syndrome du choc toxique

Le syndrome du choc toxique a commencé à attirer l’attention des médias à la fin des années 1970 et au début des années 1980 à la suite du décès de plusieurs jeunes femmes qui utilisaient des tampons super-absorbants.

Des données de WebMD révèlent qu’un tiers des diagnostics de choc toxique touche les femmes de moins de 19 ans. Il y a également un facteur de risque 30 fois plus élevé de récurrence chez les patientes qui ont déjà été atteintes du syndrome.

shutterstock_182957417

2. Facteurs de risque du choc toxique

Bien que le syndrome du choc toxique soit généralement associé aux femmes réglées utilisant des tampons, les experts de santé soulignent que l’utilisation de capes cervicales, diaphragmes et éponges menstruelles augmente également le risque de cette maladie.

Pareillement, toute personne exposée à une bactérie à staphylocoque à la suite d’une brûlure, d’une lésion ou d’une opération (p.ex. naissance) ou d’un séjour à l’hôpital est considérée à risque de choc toxique.

in hospital

3. Comment les bactéries causent-elles le choc toxique ?

Les staphylocoques existent naturellement et sans risque dans le vagin de toutes les femmes. Mais ces bactéries peuvent causer le syndrome de choc toxique lorsqu’elles se multiplient rapidement et émettent des toxines dans la circulation sanguine.

Les éponges menstruelles, tampons, diaphragmes et capes cervicales remplis de sang ou laissés insérés pendant de longues périodes peuvent déclencher une prolifération bactérienne. Les morceaux qui se brisent et restent dans le vagin, ainsi que les lésions microscopiques des parois vaginales peuvent aussi déclencher la prolifération des bactéries.

shutterstock_166170110

4. Symptômes du choc toxique

Le syndrome du choc toxique est rare, survenant chez 1 personne sur 100 000. Mais les symptômes ressemblent étroitement à ceux de toute infection bactérienne : confusion, fièvre, éruption cutanée (p.ex. brûlure des paumes et plantes), douleurs musculaires, tension en baisse, convulsions, yeux rouges et mal de gorge, mal de tête, vomissement et diarrhée.

Si vous expérimentez des symptômes de la liste ci-dessus et portez un tampon, une éponge menstruelle, une cape cervicale ou un diaphragme, retirez immédiatement l’appareil et consultez une aide médicale aussi vite que possible.

fever

5. Réponse du corps au choc toxique

Durant un choc toxique, le corps réagit rapidement et sévèrement aux toxines présentes dans la circulation et déclenchées par la prolifération de bactéries à staphylocoques. Souvent, la tension baisse soudainement et les organes sont privés d’oxygène vital.

Dans de nombreux cas, tandis que surviennent les insuffisances des organes, les patients souffrent d’un choc hypotendu, une défaillance complète des poumons et du cœur, suivi de la mort.

Organ Donations

6. Traitement du syndrome du choc toxique

Suivant le syndrome du choc toxique, Rhylie Whitten a été placée sous incubateur. L’adolescente a également été mise sous dialyse rénale à la suite de la défaillance de son cœur et de ses poumons. Elle est à présent aux soins intensifs et en récupération.

Les médecins de la Mayo Clinic déclarent que les patients de choc toxique sont hospitalisés et reçoivent des antibiotiques pour traiter l’infection et stabiliser la tension. Les patients reçoivent également des liquides pour se réhydrater et une dialyse pour traiter l’insuffisance rénale. Une opération peut également être effectuée pour drainer l’infection et retirer les tissus infectés.

dialysis

Share This Article

X