Les signes précoces et symptômes d’autisme chez les jeunes enfants

Le trouble du spectre de l’autisme (ou TSA) se distingue par une grande variété de comportements sociaux, de communication et de comportements cycliques qui sont considérés comme un peu inhabituels pour les enfants.

Chaque personne atteinte d’autisme expérimentera ces symptômes différemment et sur un spectre allant de léger à sévère. Cependant, les 14 comportements suivants sont considérés comme des symptômes précoces courants de l’autisme chez les enfants …

1. Perte de connexion avec les autres

Les enfants atteints d’autisme paraissent souvent distants ou déconnectés de leurs proches (comme leurs parents ou leurs frères et sœurs). par exemple, ils peuvent sembler être déconnectés émotionnellement des autres, et peuvent  ne pas enregistrer la différence entre les signaux faciaux. En d’autres termes, les enfants autistes ne réagissent souvent pas différemment à un froncement de sourcils ou à un air renfrogné comme ils le feraient à un sourire ou à un rire.

Il est important de garder à l’esprit que les enfants autistes ne sont pas déconnectés émotionnellement d’eux-même. Ils ne comprennent ou ne décèlent tout simplement pas les indices sociaux aussi efficacement ou rapidement que les autres enfants. En plus de ne pas réagir normalement aux expressions faciles et aux indices sociaux exprimés par leurs interlocuteurs, les bébés atteints d’autisme ont également tendance à ne pas sourire ou à ne pas réagir joyeusement. Ils ont également une capacité moindre ou inexistante pour le partage normal de sons ou d’expressions faciales. En règle générale, ces symptômes se manifesteront au moment où le bébé aura environ 9 mois.

2. Manque apparent d’empathie

Une autre caractéristique commune aux enfants atteints d’autisme est qu’ils auront des difficultés à témoigner de l’empathie aux autres. Si l’empathie est une émotion plutôt poussée et qui peut être difficile à détecter et à observer chez les bébés et les jeunes enfants, il existe différents signes à rechercher. De manière générale, les enfants autistes auront des  difficultés à comprendre ou apprécier les situations en adoptant la perspective d’autres personnes. Cela s’explique, car ils pensent que tout le monde voit le monde de la même manière qu’eux, ce qui peut créer de la confusion ou une incapacité à prédire ou comprendre leurs actions.

Comme pour la déconnexion émotionnelle, cela ne s’explique pas parce que l’enfant manque d’empathie. C’est simplement le signe d’un retard développemental ou un handicap qui indique la possibilité d’une affection du spectre autistique. Les enfants autistes ont également tendance à ressentir une gamme d’émotions relativement étroite et limitée, et l’empathie peut ne pas encore faire partie du vocabulaire émotionnel de l’enfant.

3. Indifférence pour les interactions humaines

La plupart des enfants sont très sociaux par nature. Cependant, les enfants atteints d’autisme n’engagent pas d’interactions en fixant le visage des autres, en répondant lorsqu’ils entendent leur nom, en imitant les expressions faciales ou en saisissant les doigts ou les mains des autres enfants lorsqu’ils jouent. Au contraire, les enfants autistes ne semblent le plus souvent tout simplement pas très intéressés à participer aux jeux et activités de développement normaux, y compris la socialisation et l’imitation des autres.

Ces symptômes se manifestent généralement lorsque l’enfant atteindra l’âge de 18 mois. A mesure que la socialisation avec les autres enfants se poursuivra, ces symptômes peuvent devenir plus prononcés et identifiables. Par exemple, à l’âge de trois ans, les enfants veulent généralement jouer avec des jouets et d’autres enfants. Les enfants autistes montreront moins d’intérêt pour les jouets et seront très heureux en jouant seuls. A l’âge de 4 ans, un enfant autiste peut complètement ignorer les autres enfants lorsqu’ils sont à la maternelle ou dans des situations de jeux en groupe.

4. Explosions émotionnelles

Dans des cas plus rares, les enfants atteints d’autisme peuvent montrer des difficultés à équilibrer leurs réactions émotionnelles dans des situations normales. par exemple, ils peuvent avoir une crise de colère de manière inappropriée ou montrer un comportement physiquement agressif envers eux-mêmes, leurs parents, leurs frères et sœurs ou d’autres enfants (c’est-à-dire mordre ou se cogner la tête). Ils peuvent également sembler incapables de contrôler leurs émotions et leurs réponses physiques, surtout lorsqu’ils se trouvent dans des situations nouvelles, étranges ou stressantes.

Les parents doivent donc surveiller de près les réponses sociales de leurs enfants pendant toute la durée de leur développement, et se familiariser avec les principales étapes et attentes comportementales qu’un enfant devrait développer lorsqu’il atteint un certain âge. Bien que cela soit relativement rare, ces explosions émotionnelles doivent être notées et documentées. De cette façon, si les symptômes atteignent un stade nécessitant l’aide d’un pédiatre, ils pourront lui apporter le plus de détails possibles. Cela aidera le médecin à poser son diagnostic, et à déterminer si un TSA est bien la cause de ces comportements.   

5. Retard du développement du langage

Dès l’âge de 3 ans, la majorité des nourrissons commencent à babiller ou à imiter le langage de ceux avec qui ils interagissent, prononçant de fait un seul mot lorsqu’ils désignent un objet ou tentant d’attirer l’attention de leurs parents. Cependant, les nourrissons atteints d’autisme peuvent ne commencer à babiller ou à parler que beaucoup plus tard. Certains ne commenceront à afficher des compétences linguistiques significatives qu’en commençant  à travailler avec un orthophoniste.

En règle générale, utilisez les directives suivantes  à l’âge de 1 an, les enfants devraient être capables de dire quelques mots simples et uniques. À 18 mois, ils devraient avoir un vocabulaire d’au moins 6 mots. À l’âge de 2 ans, les enfants devraient être capables d’enchaîner des phrases simples de deux mots. À l’âge de 3 ans, ils devraient avoir la capacité de former des phrases complètes, même si basiques. Les enfants qui ne parviennent pas à franchir ces étapes peuvent être atteints d’autisme, en particulier si le retard du développement du langage s’accompagne d’autres symptômes.

6. Sujet à la communication non verbale

En raison du fait que les enfants autistes ne développent pas leurs compétences de communication verbale aussi rapidement que les autres, ils peuvent montrer un attrait plus marqué pour la communication non verbale. Par exemple, ils peuvent recourir à des moyens de communication visuels ou physiques, tels que dessiner des images ou faire des gestes pour demander quelque chose ou engager un dialogue. Un autre signe révélateur de l’autisme est que les enfants auront tendance à régresser dans leurs compétences verbales ; par exemple, ils peuvent perdre du vocabulaire, ne pas utiliser leurs compétences de communication nouvellement acquises ou revenir à des formes de communication antérieures.

Soyez attentifs à ces symptômes, non pas seulement lorsque vous interagissez avec votre enfant, mais aussi lorsqu’il interagit avec d’autres enfants. Vous pouvez remarquer que si les autres enfants utilisent une communication verbale, même si elle est limitée, les enfants autistes le feront beaucoup moins ou pas du tout. Les enfants autistes qui communiquent par gestes peuvent également afficher une capacité inhibée à comprendre la signification d’un dialogue gestuel avec leurs parents ou tuteurs adultes.

7. Difficultés à comprendre les expressions figuratives

Souvent, les enfants atteints d’autisme ont également des difficultés à comprendre lorsque leurs interlocuteurs utilisent des expressions figuratives. Comme on l’a mentionné plus haut, ils peuvent ne pas comprendre le sens secondaire d’une attitude ou expression faciale. Ils peuvent également ne pas détecter les signaux de communication transmis par le ton de la voix : par exemple, ils auront des difficultés à distinguer un ton de voix joyeux d’un ton triste ou en colère, et contrairement aux enfants suivant un développement standard, ils ne développeront pas la capacité d’identifier le sarcasme ou de comprendre le langage corporel.

Un symptôme lié est que les enfants autistes ont également tendance à rencontrer plus de difficultés à distinguer ce qui est réel et ce qui est imaginaire. Alors que la plupart des enfants (sinon tous) ont une imagination très vive et ne peuvent pas faire la distinction entre la réalité et la fiction comme le pourraient des enfants plus âgés ou des adultes, pour les enfants autistes, il semble souvent n’y avoir aucune frontière entre ce qui est réel et ce qui est fictif. Fait intéressant, les enfants autistes peuvent avoir une imagination extrêmement vive, et certains se sentiront plus à l’aise dans leur monde imaginaire.

8. Comportements répétitifs

Les individus atteints d’autisme sont souvent plus prompts aux comportements répétitifs. Par exemple, ils peuvent arranger puis réarranger le même groupe d’objets, se balancer pendant une longue période, battre des mains, ou répéter le même mot ou la même phrase de manière obsessionnelle. C’est l’un des symptômes de l’autisme les plus facilement identifiables et c’est souvent celui que les parents rechercheront le plus activement au début du développement de l’enfant.

Les enfants autistes ont également tendance à développer des fonctions motrices plus lentement que les enfants qui se trouvent sur une courbe de développement classique. Ils ont souvent des difficultés à apprendre à tenir ou utiliser un crayon ou un feutre, et peuvent n’arriver qu’à créer des formes inintelligibles tandis que les enfants de leurs âges dessinent des formes reconnaissables. Même lorsqu’on lui présente d’autres activités, et qu’il s’y intéresse dans un premier temps, il aura tendance à régresser ou à avoir des comportements répétitifs, ce qui sera le signe qu’il peut avoir une condition se trouvant sur le spectre de l’autisme.

9. Pica

Les enfants, et même les adultes autistes, sont sujets au pica, qui désigne une tendance comportementale à manger des objets qui ne sont pas de la nourriture. Par exemple, un enfant peut avoir besoin d’être surveillé à l’extérieur ou à l’école pour ne pas qu’il ingère de saleté, d’argile ou de pâte. Les personnes autistes peuvent également mettre fréquemment leurs doigts et d’autres objets dangereux dans leur bouche. Ils peuvent aussi essayer de mâcher et / ou d’avaler ces objets. Fait intéressant, le pica est  une condition qui peut également se développer chez les femmes enceintes, bien que les chercheurs n’aient pas encore découvert de lien clair entre le pica de grossesse et les taux d’autisme chez les enfants nés de ces mères.

Logiquement, le pica pose de sérieux risques pour la santé de l’enfant. Il ou elle peut être plus sujet aux infections bactériennes et aux blessures internes. Bien que de nombreux enfants essayeront de manger des objets non-comestibles, la principale différence avec un enfant autiste et qu’il continuera à le faire à un âge relativement avancé, et peut continuer d’avoir ce comportement malgré le fait qu’il comprenne que les choses qu’il tente de manger ne sont pas de la nourriture, et n’ont rien à faire dans sa bouche.

10. Sensibilité aux stimuli externes

La sensibilité aux stimuli externes est un autre signe d’alerte précoce de l’autisme. Par exemple, les personnes autistes peuvent être stressées ou agitées lorsqu’elles sont exposées à des bruits spécifiques, à des lumières vives ou à des odeurs, des goûts ou des textures particuliers. Ils peuvent également développer une hypersensibilité à certains stimuli ; en d’autres termes, ils insisteront pour porter certains vêtements ou couleurs, préféreront les pièces avec des lumières vives ou des sons forts, et apprécieront de toucher ou de jouer avec des parties spécifiques du corps. De nombreux enfants autistes afficheront également un stress émotionnel lorsqu’ils sont privés de leurs stimuli préférés.

Mais le contraire peut aussi se produire ; un enfant autiste peut éviter certaines couleurs, vêtements, sons, lumières ou zones de la maison sans raison apparente. S’il est exposé à ces stimuli, il peut réagir de manière agressive ou avoir des crises de colère inhabituellement sévères. Les chercheurs pensent que les enfants autistes ont des moyens très sensibles de traiter mentalement ces stimuli, ce qui conduit à des comportements et des réactions inhabituels.

11. Comportements obsessionnels

Ce signe d’alerte n’est pas typiquement présent jusqu’à ce que l’enfant soit un peu plus âgé et commence à avoir plus d’activités ou même une routine. Les enfants autistes montreront souvent des signes d’inflexibilité. Cela inclut les comportements obsessionnels ou répétitifs. Ils trouveront une ou plusieurs activités qu’ils apprécient, souvent des activités assez inhabituelles, et ils voudront les répéter toute la journée.

Helpguide.org partage des exemples détaillés de ce que ces comportements obsessionnels peuvent inclure, surtout à mesure que les enfants autistes grandissent. Par exemple, leur besoin d’une routine rigide peut inclure le fait de suivre tous les jours le même chemin pour aller à l’école, une incapacité à s’adapter aux changements d’horaire ou d’environnement, un attachement inhabituel à des jouets ou à des objets étranges, ou une obsession pour un sujet d’intérêt très précis, généralement quelque chose qui implique des nombres ou des symboles. Ils apprécieront de répéter les mêmes actions encore et encore, passer de longues périodes de temps à regarder des objets en mouvement comme un ventilateur au plafond, ou au lieu de jouer avec un jouet, ils ne se concentreront que sur un aspect de ce dernier, comme faire tourner les roues d’une petite voiture.

12. Absence de communication

En partant de la diapositive 5, qui répertorie le retard du développement du langage comme un symptôme précoce, Healthychildren.org explique que les enfants autistes auront également des difficultés à communiquer de manière beaucoup plus générale. Non seulement ils seront incapables de parler ou extrêmement retardés dans le développement de leur langage, mais ils peuvent sembler complètement indifférents à la communication.

De ce fait, ils ne montreront aucun intérêt à lancer une conversation ou à participer à un simple échange. Ils ne répondront pas aux expressions faciales,  ne répondront pas lorsqu’ils seront appelés par leur prénom, ou même ne pointeront pas ce dont ils ont besoin pour le réclamer. Lorsqu’ils commenceront à parler, leur langage sera souvent très peu développé. Par exemple, ils peuvent confondre les pronoms et utiliser le “tu” à la place du “je”, et vice-versa, ou répéter des phrases qu’ils ont entendu sans en comprendre le sens. Healthychildren.org désigne cela comme faire le «perroquet» ou l’«écho».

13. Insensibilité apparente

Selon Autism Canada, les signes d’autisme peuvent apparaître dès les 12 à 24 premiers mois. S’il est souvent difficile d’obtenir un diagnostic avant l’âge de 24 mois, l’un des meilleurs indicateurs de l’autisme est l’absence de comportements normaux. Il existe de nombreux autres signes sur cette liste qui ne peuvent réellement être reconnus tant que l’enfant n’est pas plus âgé, et la réactivité d’un enfant ne peut être testée lorsqu’il est encore assez petit.

Les enfants atteints d’autismes peuvent sembler être sourds, répondre de manière inégale ou ne pas réagir du tout aux sons. HelpGuide.org répertorie plusieurs signes de non-réactivité chez les bébés et les nourrissons, par exemple s’ils n’établissent pas de contact visuel, ne répondent pas à des voix familières, ne suivent pas des objets du regard ou même un geste pointant un objet. Ils n’imiteront pas les expressions faciales, les mouvements, ne feront pas de bruits pour attirer l’attention ou n’utiliseront aucun geste pour communiquer, comme saluer ou sourire.

14. Ne pas aimer être touché ou câliné

Il peut être très douloureux pour un parent d’apprendre que quelque chose ne va pas chez son enfant, mais heureusement dans le cas de l’autisme, un diagnostic précoce (idéalement à 18 mois) peut faire une énorme différence. Une fois qu’un bébé a dépassé le stade de la petite enfance, les parents peuvent commencer à remarquer que leur enfant n’aime pas être touché ou câliné comme cela serait normalement le cas chez un enfant ayant un développement classique.

Autism Canada note également que les enfants atteints d’autisme ont aussi tendance à ne pas aimer être touchés, ce qui peut être difficile pour les consoler suite à une explosion émotionnelle ou une crise de colère, en particulier lorsqu’ils sont très jeunes. Cela peut également affecter leur capacité à créer des liens avec leurs parents, leurs frères et soeurs, et même à se faire des amis par la suite.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X