Les symptômes courants du trouble bipolaire : êtes-vous bipolaire ?

Le trouble bipolaire, parfois appelé maladie bipolaire ou maniaco-dépressive, est un trouble de l’humeur qui affecte des millions de personnes de tous horizons. Selon les professionnels de la santé, les personnes qui souffrent de cette maladie éprouvent des épisodes distincts de manie (un degré d’humeur extrêmement élevé), qui sont généralement suivis d’épisodes de dépression et vice versa.

Le symptôme le plus courant associé au trouble bipolaire est caractérisé par des périodes distinctes d’humeur élevée et dépressive. Les personnes bipolaires connaîtront une euphorie et un bonheur intenses, suivis d’une dépression et d’une culpabilité fortes. Bien que les oscillations entre les épisodes maniaques et dépressifs soient le symptôme le plus courant, ce n’est pas le seul symptôme. Il existe plusieurs autres caractéristiques de ce trouble, et beaucoup d’entre elles se contredisent. Il existe essentiellement deux types de symptômes : les symptômes maniaques et les symptômes dépressifs. Chaque ensemble de symptômes produit des types de comportement très différents et ils sont souvent ressentis les uns à la suite des autres dans un court laps de temps.

Voici une liste de symptômes bipolaires provenant de diverses sources médicales ainsi que le type (maniaque, dépressif ou les deux) associé à chacun de ces symptômes…

Périodes distinctes d’humeurs élevées et dépressives

Type : Maniaque et dépressif

Des périodes distinctes d’humeurs élevées et dépressives sont le symptôme le plus courant du trouble bipolaire et impliquent à la fois des symptômes maniaques et dépressifs. Cela se caractérise par une période d’humeur élevée, expansive ou irritable et d’énergie accrue, suivie d’une humeur dépressive ou d’une perte d’intérêt et de plaisir dans toutes ou presque toutes les activités, ou vice versa. Les épisodes maniaques peuvent durer de quelques jours à quelques mois, tout comme les épisodes dépressifs.

De nombreuses personnes atteintes de trouble bipolaire connaissent également une phase tampon appelée « hypomanie ». On pourrait les décrire comme des formes atténuées d’épisodes maniaques, qui n’interfèrent pas de manière significative avec les responsabilités quotidienne et le comportement du patient. Il est également fréquent que les personnes éprouvent des instabilités au niveau de l’humeur au cours des jours qui précédent un épisode maniaque ou dépressif.

Euphorie

Type : Maniaque

Un épisode maniaque présente des symptômes d’euphorie chez les patients. Les personnes atteintes éprouvent un niveau intense de bonheur et un sentiment d’accomplissement. Ils s’engagent souvent dans des projets et des activités orientées vers un but et ont l’impression que rien ne pourra les arrêter dans la poursuite de ce dernier, même si leur attention en est facilement détournée.

Certains patients décrivent l’euphorie du trouble bipolaire comme une sorte « d’élévation ». Ils peuvent se sentir très extravertis et anormalement heureux, que la situation sociale dans laquelle ils se trouvent le justifie ou non. L’euphorie peut aussi soudainement céder la place à une extrême irritabilité.

Flux de paroles rapide

Type : Maniaque

Une accélération du flux de paroles est un bon indicateur chez une personne qui subit un épisode maniaque. Les patients commencent soudainement à parler extrêmement rapidement pendant de longtemps, mais ils sont rarement capables de suivre le fil de leur pensée jusqu’à son aboutissement logique. Au lieu de cela, ils ont tendance à sauter d’un sujet à un autre très rapidement, exprimant des schémas de pensée qui n’ont guère de sens pour leur entourage.

Ces symptômes d’accélération de la parole s’inscrivent dans un état général d’augmentation d’énergie que les patients ressentent pendant un épisode maniaque. D’autres caractéristiques comprennent une augmentation soudaine d’activités orientées vers un but ainsi que le sentiment que rien ne peut entraver la route de la personne atteinte de ces symptômes. L’agitation et une surestimation de ses propres capacités sont également des caractéristiques des symptômes de la manie.

Accélération de la pensée

Type : Maniaque

La précipitation des pensées est un symptôme courant de la phase maniaque du trouble bipolaire. Les personnes ont souvent du mal à se concentrer sur un sujet précis et ont tendance à analyser leurs pensées de manière excessive. Les pensées et la parole passent rapidement et aléatoirement d’un sujet à un autre sans qu’il y ait de rapport entre eux. Ce phénomène augmente le niveau de distractibilité du patient. De tels symptômes entravent considérablement la capacité d’un patient à poursuivre des démarches orientées vers un but.

Au cours d’épisodes maniaques plus légers appelés « hypomaniaques », les patients sont en grande partie capables d’atténuer les effets chaotiques de leurs pensées précipitées. Alors que les patients peuvent profiter de clairvoyance et de périodes de productivité élevée pendant la phase d’hypomanie, ces effets positifs disparaissent soudainement lorsque le patient sombre dans une phase maniaque totale.

Irritation

Type : Maniaque et dépressif

L’irritation et l’agitation sont courantes pendant les épisodes maniaques et dépressifs. Les personnes atteintes sont facilement irritées par des situations qui normalement ne leur causent pas de troubles.

Le traitement du trouble bipolaire se concentre souvent sur la régulation de l’humeur, empêchant ainsi les passages soudains ou lents d’une phase maniaque à une phase dépressive. La gravité de ces épisodes est souvent utilisée par les cliniciens pour déterminer dans quelle mesure un patient donné répond (ou ne répond pas) au traitement.

Augmentation de l’activité physique

Type : Maniaque

Lorsqu’une personne expérimente un épisode maniaque, elle manifeste souvent des niveaux d’énergie extrêmement élevés. Pour aider à libérer cette énergie, les personnes atteintes pratiquent souvent une activité physique. Si quelqu’un ressent soudainement le besoin de faire de l’exercice de manière excessive, cela peut indiquer la présence d’un problème sous-jacent dans le cas où cela se poursuit de manière cyclique avec des interruptions sous forme de longues périodes de léthargie.

Une autre forme de manifestation de ce symptôme est le comportement sexuel compulsif. Au cours d’un épisode maniaque, un patient peut soudainement s’engager dans des relations sexuelles à risque ou excessives sans en mesurer les conséquences. Cela peut entraîner toute une série d’autres problèmes, dont les infections sexuellement transmissibles (IST) et les grossesses non désirées.

Consommation abusive de drogues et/ou d’alcool

Type : Maniaque

Parfois, les personnes souffrant de trouble bipolaire se tournent vers la drogue et ou l’alcool. Une consommation abusive de ces substances peut être un signe avant-coureur de problèmes plus profonds. Pire encore, il a été démontré que la consommation excessive de drogues illicites et d’alcool déstabilisaient davantage l’humeur. Cela ne fait qu’aggraver les symptômes de la maladie.

Les drogues et l’alcool sont également connus pour augmenter l’anxiété qui peut accompagner la « phase intermédiaire » dite hypomaniaque. Il n’est pas étonnant que la plupart des programmes de traitement qui réussissent insistent sur le fait que les patients doivent limiter ou arrêter la consommation d’alcool et éviter complètement les drogues illicites.

Réduction du besoin de sommeil

Type : Maniaque

Comme indiqué précédemment, les épisodes maniaques impliquent souvent de grandes explosions d’énergie et d’euphorie. Ces symptômes peuvent rendre le sommeil particulièrement difficile. Une personne éprouvant ce symptôme peut avoir besoin de moins de sommeil, mais elle ne se sentira pas nécessairement fatiguée ou épuisée. Ainsi, ce symptôme est souvent incorrectement qualifié d’insomnie.

Une personne souffrant d’insomnie éprouve des difficultés persistantes à s’endormir ou à rester endormie. Ce n’est pas tout à fait ce qui se passe lors d’un épisode maniaque. Ces patients ne ressentent généralement pas le même degré de fatigue qu’ils ressentent dans un état normal. De ce fait, ils choisissent de rester éveillés et de dépenser leur énergie plutôt que d’essayer de dormir.

Absences au travail

Type : Maniaque et dépressif

Un symptôme courant du trouble bipolaire est l’incapacité de maintenir un emploi du temps. Pour cette raison, de nombreux patients souffrant de trouble bipolaire manquent souvent de faire leur travail (ou l’école ou d’autres engagements). En fait, l’un des principaux critères qui permet de diagnostiquer ce trouble est que les symptômes du patient sont graves au point d’entraver sa capacité à vivre convenablement son quotidien.

Pendant un épisode maniaque, une personne peut s’absenter du travail parce qu’elle est trop occupée à poursuivre d’autres activités qu’elle juge plus importantes ou parce qu’elle ne peut pas se concentrer sur la tâche à accomplir. Au cours d’un épisode dépressif, le patient peut simplement être trop léthargique pour sortir du lit ou ne pas voir l’intérêt de continuer à travailler.

Fatigue

Type : Dépressif

Contrairement aux symptômes maniaques, les personnes souffrant d’un épisode dépressif éprouvent souvent de l’épuisement et une fatigue extrêmes. Vouloir se coucher, rester au lit jusque tard et un manque général de motivation tout au long de la journée sont autant de signes du trouble bipolaire. Ces exemples de symptômes expriment clairement à quelle point la manie et la dépression sont opposées.

En plus de la fatigue physique, les patients se sentent souvent mentalement « embourbés » pendant un épisode dépressif, malgré le fait qu’ils dorment suffisamment. La paresse mentale remplace l’euphorie énergétique orientée vers un but, et les patients manquent soudainement de motivation ou de désir pour réaliser des activités qui les intéressent.

Douleur chronique sans cause connue

Type : Dépressif

Les personnes présentant d’autres symptômes de cette liste, tout en souffrant d’une douleur chronique inexpliquée, peuvent en réalité souffrir d’un trouble bipolaire. Cette douleur peut se manifester dans de nombreuses parties du corps, y compris, mais sans s’y limiter, des maux de tête sévères. Des douleurs musculaires et des courbatures généralisées, non spécifiques peuvent également survenir.

Dans certains cas, la douleur a une cause connue, mais elle est amplifiée et intensifiée. Par exemple, une personne avec une contusion légère au genou peut se plaindre d’une douleur lancinante insupportable qui dépasse ce qu’une telle blessure fait normalement ressentir. Curieusement, il semble que les antidépresseurs offrent le soulagement le plus efficace face à ce type de douleur.

Tristesse et désespoir

Type : Dépressif

L’un des symptômes les plus révélateurs d’un épisode dépressif associé à un trouble bipolaire est un sentiment accablant de tristesse et de désespoir. Des personnes peuvent tomber dans un état dépressif et présenter des symptômes sensiblement différents de ceux liés à un épisode maniaque (au cours duquel les personnes éprouvent un sentiment intense de bonheur et d’euphorie). Ils deviennent soudainement apathiques et ne voient pas l’intérêt de poursuivre des buts.

Un autre symptôme courant est une perte presque totale d’intérêt pour les activités que le patient appréciait auparavant, y compris l’activité sexuelle. Contrairement au cas d’un épisode maniaque où les patients peuvent agir inlassablement en fonction de leurs intérêts et avoir des comportements sexuels compulsifs et excessifs.

Pensées suicidaires

Type : Dépressif

Comme indiqué précédemment, les personnes atteintes de trouble bipolaire se sentiront souvent tristes et déprimées. Dans les cas extrêmes, ils peuvent développer des pensées suicidaires et agir de manière suicidaire. Cela peut être extrêmement dangereux, car généralement le trouble bipolaire génère aussi de la compulsion. Une personne découragée au point de se suicider peut soudainement tenter de mettre un terme à sa vie.

Si ces symptômes se manifestent, il est important de consulter immédiatement un médecin ou un professionnel de la santé. Les patients souffrant d’idées suicidaires ou de comportements suicidaires ont besoin d’interventions rapides et fortes pour désamorcer le risque de conséquences tragiques.

S’éloigner des amis et de la famille

Type : Dépressif

Au cours d’un épisode dépressif, les personnes atteintes de trouble bipolaire peuvent s’éloigner de leurs proches, y compris des amis, de la famille et des conjoints. Alors qu’un tel isolement puisse se faire inconsciemment, il peut avoir des effets dévastateurs. Un tel comportement peut exercer une pression immense sur les relations personnelles, étant donné que les proches ne sont pas en mesure de comprendre la raison du retrait social.

L’isolement peut également exacerber les pensées négatives et la tristesse qui déclenchent la dépression. Parmi les exemples d’éloignement qui attirent l’attention de Foundations Recovery Network, nous pouvons citer « ne pas répondre aux appel téléphoniques » et « choisir de ne pas se rendre à des fêtes ou à des rassemblements ».

Appétit changeant

Type : Maniaque ou dépressif

Des changements d’appétit peuvent survenir au cours d’un épisode maniaque ou dépressif. Au cours d’un épisode maniaque, les personnes peuvent perdre complètement leur désir de manger, souvent pendant plusieurs jours. Ou, à l’inverse, leurs tendances impulsives peuvent les amener à manger beaucoup plus qu’ils ne le font habituellement, même s’ils n’ont pas faim.

Au cours d’un épisode dépressif, l’humeur morose et la tristesse peuvent entraîner une perte d’appétit ou, alternativement, ces sentiments peuvent les amener à trop manger. Dans les deux types d’épisodes, de tels comportements peuvent entraîner de fréquentes variations (prise et perte) de poids. Dans certains cas, ces changements d’appétit peuvent être dûs à un trouble de l’alimentation, qui, selon de nouvelles recherches, est assez courant chez les personnes atteintes de trouble bipolaire.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X