Traumatisme FRA

8 faits perturbants sur les traumatismes émotionnels

Personne n’est immunisé contre les effets des traumatismes psychologiques. Que vous ayez été impliqué dans une relation amoureuse abusive, un divorce hargneux, ayez été témoin d’un évènement horrible, subi de l’intimidation au travail ou passé du temps en tant que prisonnier de guerre, les effets des traumatismes psychologiques peuvent durer de quelques instants à toute une vie. Ils peuvent mener au développement d’une dépression, de stress post-traumatique, d’anxiété, de dépendances, de phobies ou de troubles sociaux. Le traumatisme peut avoir un impact négatif sur tous les domaines de votre vie.

Le traumatisme psychologique est défini comme « un dégât de la psyché qui survient en résultat d’un évènement très perturbant. » Le traumatisme survient lorsque nous percevons une situation en tant que menace sur la vie sans moyen de s’en échapper. Nous restons piégés dans le souvenir de cet évènement. Le temps n’est pas suffisant pour guérir les traumatismes émotionnels. Les traumatismes psychologiques deviennent une partie de nous, mais il est possible de trouver la paix et de guérir de ses effets dévastateurs. Jetons un œil à ce qu’est le traumatisme émotionnel…

1. Traumatisme unique

Un évènement traumatisant unique peut entraîner des dégâts émotionnels graves chez les enfants et les adultes. Ces évènements sont perçus comme choquants et menaçants.

Les traumatismes uniques peuvent inclure des catastrophes naturelles comme un séisme, des désastres technologiques comme un crash d’avion et des violences criminelles comme un cambriolage ou un meurtre. Ces évènements peuvent traumatiser les témoins aussi bien que les victimes.

shutterstock_325804778

2. Traumatisme répété

Des évènements choquants et répétés ont un effet émotionnel négatif cumulé chez les victimes. L’exposition prolongée et répétée à des évènements traumatisants peut durer des années.

Le traumatisme répété peut également résulter en troubles de la santé mentale plus sévères que ceux d’un traumatisme unique. La plupart des femmes traumatisées ont subi un traumatisme unique et un traumatisme répété, car elles sont souvent victimes de plus d’un seul crime.

shutterstock_120558868

3. Traumatismes à causes naturelles

Les catastrophes naturelles peuvent prendre de nombreuses formes : ouragans, tremblements de terre, inondations, tempêtes de neige, etc. Bien que les victimes puissent être traumatisées par l’expérience, le pronostic global de guérison est souvent plus important que chez les personnes traumatisées par d’autres personnes.

Les catastrophes naturelles sont souvent considérées comme hors de contrôle et peuvent survenir à tout un chacun. La victime n’est pas blâmée par la société et ne se sent pas coupable d’avoir contribué ou causé la catastrophe. La grande majorité des personnes victimes d’une catastrophe naturelle et ayant survécu, sont capables de guérir, et de reprendre le fil d’une vie productive par la suite.

shutterstock_267691490

4. Traumatisme causé par l’homme

Les individus ont tendance à avoir plus de mal à guérir d’un traumatisme délibérément causé par d’autres. Le traumatisme le plus grave et le plus difficile à traiter survient lorsque de la violence physique ou des lésions émotionnelles ont été infligées par une personne dont la victime dépend (p.ex. une relation parent-enfant). D’autres types de traumatismes infligés par l’homme incluent des prisonniers de guerre, des enlèvements, de la torture et du viol.

Une étude effectuée par Dianna Russell a mis en évidence que les femmes qui avaient subi de l’inceste en tant qu’enfants avaient 65 % de risque en plus d’être violées à l’âge adulte. Cependant, moins d’un enfant sur cinq victimes d’abus souffrira de troubles de la santé mentale en tant qu’adulte.

shutterstock_158908217

5. Survivants de traumatismes

Les survivants de traumatismes peuvent appartenir à toute race, religion, genre ou groupe social. Une grande majorité des patients souffrant de troubles mentaux ont connu un traumatisme émotionnel grave d’un type ou d’un autre. Ils souffrent souvent de multiples diagnostics psychiatriques et leurs stratégies d’adaptation ont tendance à être intenses et complexes.

Les hommes ont tendance à être sous-représentés parmi les survivants de traumatismes. Cela pourrait être dû au fait que dans la société, les hommes sont représentés comme forts et capables de gérer leurs propres problèmes. Ils pourraient être réticents à demander de l’aide et des conseils, et se tourner à la place vers des stratégies d’adaptation comme la dépendance à la drogue.

PTSD

6. Stratégies d’adaptation communes

La dépendance et l’abus de drogues sont une stratégie d’adaptation commune des personnes qui ont subi un traumatisme émotionnel sévère. L’alcool et les drogues servent à engourdir la douleur afin qu’une personne n’ait pas à ressentir les émotions négatives associées au traumatisme.

D’autres victimes développent des troubles de l’alimentation, de la dépression, des troubles dissociatifs, de l’anxiété, du trouble de stress post-traumatique et des troubles de la personnalité. Le trouble de personnalité le plus prévalent associé au traumatisme émotionnel est le trouble de personnalité borderline.

Alcohol and Drugs

7. Effet du traumatisme sur le développement humain

Des études ont montré que les enfants qui subissaient un abus répété et sévère en grandissant souffraient de déficience dans leur capacité à compléter certaines tâches normales de développement. Cela entraîne à son tour une déficience dans leur capacité à se consoler, à faire confiance et à voir le monde comme un endroit sûr.

Un manque de jugement, des degrés variés de paranoïa, de l’autodestruction et des compétences perturbées de résolution de problèmes ont tendance à les suivre à l’âge adulte.

Depression

8. Traumatisme de niveau psychologique

Lors d’une étude, des chercheurs ont découvert des différences claires entre les images d’IRM de cerveaux d’hommes adultes ayant été victimes d’abus dans leur enfance, et ceux d’hommes n’en ayant pas subis.

L’exposition prolongée au stress entraîne le blocage de la réponse sous forme de lutte ou de fuite dans un état d’hyper-vigilance. Si cet état est prolongé, cela peut entraîner des changements permanents dans les voies neurologiques du cerveau.

Brain Inflammation
X