Régime FRA

Pour ou contre les compétitions de perte de poids ?

De « Biggest Loser » à « Celebrity Fit Club », les défis de perte de poids deviennent de plus en plus populaires dans les médias et au sein de nos communautés. À première vue, cela semble être une bonne chose : promouvoir la santé tout en offrant un prix et la notoriété à la personne ayant perdu le plus de poids. Mais c’est sans doute sans surprise que jusque 95% des « perdants » reprendront la totalité de leur graisse corporelle dans les cinq premières années. De plus, les compétitions qui offrent de l’argent et des prix peuvent encourager des pratiques dangereuses de perte de poids, y compris des troubles de l’alimentation et de l’exercice.

La liste suivante présente certains des avantages et des inconvénients des compétitions de perte de poids, souhaitant que les participants considèrent les deux aspects avant de se lancer dans la course à la minceur…

1. Pour : le système de binôme

L’une des variables ayant le plus d’impact pour assurer qu’un changement de comportement soit fructueux est d’intégrer un système de binôme dans notre plan d’action. Le groupe est un facteur puissant et le sentiment de responsabilité envers les autres (et soi-même) peut être la clé du changement.

Les compétitions de perte de poids offrent l’avantage du soutien social et d’une responsabilité personnelle envers soi-même et son équipe. Mais le vrai défi que chaque participant devra relever est : « quoi faire après la fin de la compétition ? » . C’est une chose de perdre du poids lorsque d’autres vous félicitent et vous encouragent, mais c’est toute autre chose lorsque vous devez relever le défi tout seul.

Running Outside

2. Contre : l’envie de purger

En raison de la durée limitée des compétitions de perte de poids, le désir de perte rapidement de la graisse, domine parfois le désir de perte de la graisse saine. En outre, les compétitions de perte de poids peuvent entraîner une obsession en ce qui concerne l’alimentation, l’exercice et le poids corporel.

De l’anorexie à la boulimie, à l’orthorexie (une obsession malsaine de l’alimentation saine) et à la dépendance à l’exercice, les compétitions de perte de poids peuvent servir de catalyseur pour des maladies physiques et mentales. Même si le candidat ne montre pas de signes de troubles de l’alimentation et de l’exercice, le candidat moyen réduira son apport en calories afin de perdre du poids aussi vite que possible.

Anorexia

3. Pour : motivation

De nombreuses personnes décident de participer à, ou même d‘initier, une compétition de perte de poids dans un but de motivation. Tout comme l’idée de la responsabilité envers d’autres, la motivation pour perdre du poids est alimentée par le fait de rejoindre un groupe ou une compétition.

La littérature de perte de poids a noté qu’un sens de responsabilité était un facteur important dans la perte de poids. Le problème vient du fait que nous ne planifions pas cette responsabilité au-delà de la compétition sur le long-terme. Nous avons tendance à assumer que nous n’aurons à rendre compte de nos actions que durant la phase de perte de poids… mais qu’en est-il après ?

training style

4. Contre : centré sur le poids corporel

La recherche a suggéré que se concentrer sur la perte de poids au lieu de se concentrer sur la santé entraînait moins de perte de poids. Par exemple, si nous nous abonnons à une salle de sport, nous nous entraînons durant les 30 minutes encouragées, mangeons la salade suggérée et n’observons pas rapidement de perte de poids, la probabilité que nous abandonnions tout est grande.

Linda Bacon, auteur du livre « Health at Every Size », a examiné la recherche sur les régimes et l’exercice favorisant la perte de poids. Elle affirme que les stratégies de perte de poids doivent encore prouver qu’elles sont efficaces pour maintenir la perte de poids. De plus, Bacon soutient la relation positive entre l’acceptation de soi et l’adoption de pratiques d’alimentation saine et d’exercice pour leur aspect positif sur la santé. Si nous commencions à déterrer les motifs émotionnels se cachant derrière les régimes tendance et les compétitions de perte de poids, nous découvririons honte, dégoût de soi et d’autres sentiments négatifs alimentés par l’idéal de beauté de la société. Grâce à l’acceptation de son corps, des comportements sains peuvent être implémentés plus facilement (et, de plus, le poids peut être perdu au fil du temps).

weight

5. Pour : éducation et sensibilisation

La participation à des compétitions de perte de poids renforce l’éducation et la sensibilisation. Que ce soit via la première pesée et l’auto-évaluation de l’alimentation, ou via les documents et les séances éducatives sur l’exercice sûr et les bases de l’alimentation saine, le processus a tendance à nous enseigner quelques faits intéressants.

Lorsque nous recevons de l’information concernant la santé, l’alimentation et l’exercice, il est important de comprendre la source de ces informations. Qui nous la fournit ? Est-elle basée sur de la recherche ou des témoignages ? De quand date-t-elle ? Voici quelques exemples de questions à considérer.

nutritionist

6. Contre : changements irréalistes et temporaires

Les compétitions de perte de poids offrent de nombreux bienfaits positifs aux participants. L’un deux est la perte de poids potentiellement rapide et importante. Toute personne qui réduit ou élimine la malbouffe tout en ajoutant de l’exercice à un style de vie autrefois sédentaire peut en attester. La perte de poids est rapide et a tendance à jeter un sort sur le participant en lui faisant croire qu’elle est permanente. C’est excitant, séduisant, sexy, et… Dangereux !.

Avant de vous embarquer dans un programme de perte de poids, la question importante à vous poser est de savoir si vous pouvez implémenter ces changements durant le reste de votre vie. Pouvez-vous tenir durant les vacances ? Pouvez-vous tenir durant les moments les plus dramatiques de votre vie? Lorsque vous êtes stressé, ou que cette pâtisserie vous fait de l’œil ? Si la réponse est non… il vaut mieux repenser votre stratégie.

shutterstock_234673207

7. Pour : progrès

Les compétitions de perte de poids nous offrent habituellement la chance de rejoindre un groupe, de suivre un menu et un plan d’exercice tout en traçant nos progrès durant le temps imparti. Que nous nous engagions dans une compétition ou pas, cette approche de la perte de poids étape par étape entrainera probablement des progrès légers. L’enregistrement des progrès est l’une des stratégies les plus largement suggérées par les psychologues pour effectuer des changements positifs. En prenant note de nos habitudes alimentaires et d’exercice (en plus du sommeil et des émotions), nous pouvons nous faire une idée des progrès, mais aussi des périodes de plateaux potentiels.

Maintenant plus que jamais, le « perdant » est capable d’employer des applis et autres outils de surveillance biologique pour assister sa prise de note des progrès. Malheureusement, tout comme le comportement modifié , la prise de note devient vite fastidieuse et ennuyante. Avec le temps, cette prise de note est souvent abandonnée, et par la même occasion, le nouveau comportement glisse lentement vers l’ancien.

food journal

8. Contre : honte et frustration (et autres émotions malveillantes)

Tout comme les émissions de télé-réalité, les pesées peuvent devenir un exercice de guerre psychologique. Que se passe-t-il si, après tous nos efforts, le poids ne change pas ? La tapisserie émotionnelle de la honte, de la culpabilité, du doute, de la frustration et même de la haine de soi peut commencer à s’effilocher lorsque nous montons sur la balance sans voir de changement.

Le risque de monter à bord de la montagne russe de l’alimentation malsaine est plus élevé après avoir ressentie la honte, la culpabilité et la haine de soi, ce qui entraîne une suralimentation (et un auto-sabotage). De nombreuses personnes se prennent un raclée émotionnelle (et physique) en participant à des compétitions de perte de poids, et avec le temps, peuvent renoncer et reprendre leurs anciens comportements (ou pire).

shutterstock_173122277

9. Pour : l’espoir

L’espoir pourrait très bien être « un pour » que « un contre » lors de la participation à des compétitions/programmes de perte de poids et autres. L’espoir est ce qui anime l’industrie du régime et de l’exercice et la fait fructifier. L’espoir est ce qui pousse le candidat à la perte de poids à revenir pour plus d’abus. L’espoir est ce qui anime toutes les compétitions de perte de poids.

Même après avoir testé et re-testé sans succès les nombreux régimes de perte de poids, nous approchons la dernière tendance en réduction de la graisse corporelle comme l’ultime panacée dont nous attendions l’arrivée. C’est celle qui nous permettra de rester motivé et de perdre notre gras pour de bon. C’est le programme de régime et d’exercice qui nous conviendra ! Malheureusement, la réalité n’est pas aussi rose que ça . Ce qui nous amène au « contre » final et le plus important de tous….

shutterstock_197620115

10. Contre : reprendre tout le poids perdu

Le contre le plus important et le plus notable suite aux d participons à des compétitions de perte de poids est la détermination du corps à remplir toutes les cellules adipeuses vidées durant la course. Après une perte de poids importante, le cerveau commence à concevoir des plans pour réclamer la graisse perdue (façon de parler). De renforcer notre faim à l’envie de ces aliments qui nous feront certainement grossir, le cerveau est intelligent (et très sournois).

Une étude de l’Université de Melbourne a découvert une augmentation des concentrations des hormones régulant l’appétit après la perte importante de poids. Pour cette raison et beaucoup d’autres, nous devons considérer la biologie, la psychologie et la sociologie de la perte de poids permanente à la suite de la perte de poids initiale. En comprenant les facteurs déterminants variés associés à la reprise de poids, nous pourrions être capable de perdre notre graisse corporelle pour de bon (et non pour quelques mois).

shutterstock_8987998
X