Les meilleurs et les pires aliments pour votre thyroïde

Votre glande thyroïde est un acteur essentiel de votre système endocrinien et elle est responsable de la régulation d’un certain nombre de fonctions de votre corps. Située dans le cou, elle aide à maintenir le bon fonctionnement de vos fonctions corporelles : il n’est donc pas surprenant que ce que vous mettez dans votre corps ait un impact sur sa santé (et la vôtre).

Health.com appelle la thyroïde « la bête de somme silencieuse de votre corps… la plupart du temps, elle fonctionne si bien qu’on oublie qu’elle est là ». Mais quand elle ne fonctionne pas bien, vous le ressentirez presque certainement à travers une variété de symptômes. Bien qu’il existe d’autres facteurs qui peuvent affecter votre thyroïde, une alimentation saine est l’un des éléments de son fonctionnement : voici donc 13 aliments qui sont particulièrement favorables à la thyroïde, et d’autres qui… ne le sont pas tellement.

Bon : les algues

Oui, cette herbe de la mer peut ne pas plaire à tout le monde, mais votre thyroïde l’adore. Health.com explique que les algues sont « pleines d’iode », ce dont la glande a besoin pour fonctionner correctement.

Selon le type d’algue, un seul gramme peut fournir entre 11% et 1989% de votre apport quotidien requis, explique la source. Cependant, elle conseille d’être prudent, car trop d’iode dans votre alimentation peut déclencher une hypothyroïdie (une thyroïde sous-active). Elle suggère de manger une salade d’algues fraîches par semaine avec vos sushis enveloppés d’algues, sans aucun supplément.

Avertissement : le chou frisé

Ceci peut être un peu surprenant pour certains, étant donné que le chou frisé est souvent présenté comme un super aliment qui ne peut pas faire de mal. Cependant, selon WebMD, « dans de rares cas, il empêche la thyroïde d’obtenir suffisamment d’iode », explique-t-il.

Cependant, la source dit que le chou frisé (qui fait partie de la famille des choux) ne devrait pas être un problème à moins que vous ne receviez déjà trop peu d’iode dans votre alimentation et que vous mangiez également beaucoup de chou frisé. D’autres types de choux, ainsi que le brocoli, le chou-fleur et les choux de Bruxelles peuvent également avoir un impact négatif de la même manière, prévient WebMD.

Bon : les produits laitiers

Selon Health.com, de nombreux Américains comptent sur les produits laitiers pour satisfaire leurs besoins réguliers en iode, mais le problème est que les Américains ne consomment plus autant de produits laitiers qu’avant (le lait en particulier).

Il note qu’une seule tasse de lait écrémé équivaut à environ 33% de vos besoins quotidiens en iode. Le fromage est également une bonne option, car une tranche fournira une combinaison importante d’iode et de vitamine D, ajoute-t-il. Si vous n’aimez pas le fromage ou le lait, essayez du yaourt nature allégé ou du fromage blanc, dit la source.

Avertissement : le soja

Qu’y a-t-il de si mauvais chez le soja, un aliment populaire parmi les personnes qui ont choisi de renoncer à la viande ? Eh bien, il se trouve que l’edamame (l’un des composants des produits à base de soja) peut bloquer la capacité de votre thyroïde à produire des hormones clés, explique-t-elle.

Comme l’avertissement sur le chou frisé, la source fait une remarque sur le soja, à savoir, si vos niveaux d’iode sont sous contrôle, alors vous devriez pouvoir consommer une grande quantité de soja sans problème.

Bon : les noix du Brésil

Selon EatThis.com, les noix du Brésil sont folles de votre thyroïde, et vous n’avez pas besoin d’aller en Amérique du Sud pour en trouver. Le composant clé de ces noix bonnes pour la santé est le sélénium, un élément qui est la « mise en mode marche, essentielle au bon fonctionnement de la thyroïde », explique-t-il.

La source dit qu’il convertit les hormones thyroïdiennes T4 en hormones T3 actives, tout en agissant comme un bouclier pour la thyroïde contre les « sous-produits inflammatoires de la production d’hormones thyroïdiennes ». En fait, de nombreuses personnes atteintes d’une maladie thyroïdienne présentent un faible taux de sélénium, ajoute la source. Une seule noix par jour peut apparemment aider les personnes atteintes de thyroïdite auto-immune.

Avertissement : le gluten

En fait, ceci n’affecte négativement que les personnes atteintes de la maladie cœliaque qui est une intolérance au gluten contenu dans les produits à base de blé, explique Health.com. Ceci dit, si vous savez déjà que vous avez cette maladie, vous évitez probablement déjà le gluten sur les conseils de votre médecin.

Cependant, la source précise également que si vous n’avez pas reçu le diagnostic de la maladie cœliaque, vous ne devriez pas éviter arbitrairement des articles comme le pain. « En fait, grâce à certains processus de cuisson, il se peut que le pain contienne de l’iode », ajoute-t-elle.

Bon : le poulet et le bœuf

L’élément clé de ces deux viandes est qu’elles sont remplies de zinc, ce qui peut contribuer à accélérer la fonction thyroïdienne, selon Health.com. Il dit que votre corps en a besoin pour produire des hormones thyroïdiennes. Si vous ne consommez pas assez de zinc, vous pouvez vous retrouver avec une hypothyroïdie, ajoute-t-il.

D’un autre côté, si vous développez une hypothyroïdie, vous pouvez devenir déficient en zinc car les hormones thyroïdiennes sont nécessaires pour l’absorber, note la source. Ces viandes sont toutes deux une bonne source de zinc, mais si vous ne mangez pas de viande, vous pouvez trouver du zinc dans les haricots, les légumineuses, les noix, les graines, les produits laitiers et les céréales complètes.

Mauvais : le fast-food

Nous allons directement dire que ceci est mauvais, car manger régulièrement du fast-food est mauvais pour vous à plus d’un titre (pensez au sodium, aux graisses saturées et au cholestérol).

Toutefois, la principale raison pour laquelle Health.com n’aime pas le fast-food en ce qui concerne votre fonction thyroïdienne est que les chaînes de fast-food ne sont pas tenues d’ajouter du sel iodé à leurs menus. « Et même quand elles le font, cela pourrait ne pas vraiment augmenter la teneur en iode », ajoute-t-il, en citant un commentaire dans la revue intitulée Endocrine Practice.

Bon : les poissons et les crustacés

Selon EatThis.com, manger des choses qui vivent dans l’eau est apparemment un bon choix pour la santé de votre thyroïde. Dans sa liste de favoris figurent les huîtres, dont il dit qu’elles sont « l’une des meilleures sources alimentaires de zinc », nous avons dit précédemment que cela est bon pour la production d’hormones thyroïdiennes.

Par ailleurs, dans la catégorie des poissons, la source mentionne notamment le saumon, principalement en raison de ses bienfaits pour votre métabolisme (qui est lié à votre thyroïde). Elle dit que ce poisson délicieux peut réduire l’inflammation de la glande grâce à ses acides gras oméga-3. « Les acides gras de poisson peuvent également signaler aux cellules thyroïdiennes du foie qu’il faut brûler plus de graisse », note-t-elle, en citant une étude publiée dans le Journal of Nutritional Biochemistry.

Avertissement : le café

Nous disons que ceci est mauvais, mais seulement si vous avez déjà reçu un diagnostic d’hypothyroïdie et que vous prenez des médicaments pour la thyroïde pour le gérer. EveryDay Health dit qu’il s’avère qu’une tasse de café « bloque l’absorption du remplacement de l’hormone thyroïdienne ».

Il y a un problème, en particulier, lorsque les gens prennent leurs médicaments du matin avec une tasse de café. La source cite un médecin qui conseille de ne prendre ses médicaments qu’avec de l’eau au lieu de les mélanger avec du café. Vous devriez également attendre au moins 30 minutes après avoir pris le médicament avant de siroter cette délicieuse tasse de café, ce qui signifie qu’il faudrait peut-être vous lever un peu plus tôt.

Avertissement : les abats

Certaines personnes ont peut-être arrêté de lire après avoir vu le mot « abats », mais nous sommes nombreux aux États-Unis à aimer manger des reins, du foie et d’autres organes essentiels.

Ces organes contiennent un acide gras nommé acide lipoïque, qui est en fait disponible sous forme de supplément. Toutefois, « si vous en consommez trop, cela pourrait perturber le fonctionnement de votre thyroïde », explique WebMD. Apparemment, cela peut également nuire à l’efficacité de vos médicaments pour la thyroïde si vous en prenez, ajoute-t-il.

Bon : les baies

Health.com dit que bien que toutes les choses que nous avons mentionnées telles que l’iode, le sélénium et la vitamine D soient bonnes pour la thyroïde, ce ne sont pas les seuls bienfaits. Les antioxydants sont également importants, et les baies en fournissent beaucoup, ajoute-t-il.

Il cite une étude menée par des chercheurs turcs qui a conclu qu’il se peut que les personnes atteintes d’hypothyroïdie (thyroïde sous-active) aient des niveaux plus élevés de radicaux libres qui endommagent les cellules dans leur corps, chose que les antioxydants atténuent. Les meilleures baies pour les antioxydants sont les fraises des bois, les mûres, les baies de goji et les canneberges, dit la source.

Bon : les pommes

Nous terminerons en beauté avec un autre aliment « bon » pour la thyroïde. Selon EatThis.com, une pomme par jour peut éloigner les problèmes de thyroïde.

La source explique que le mercure est chimiquement similaire à l’iode, mais lorsque le corps essaie de l’absorber, « la production d’hormones thyroïdiennes s’arrête ». Les pommes sont riches en une fibre nommée pectine qui apparemment « se colle aux composés toxiques » et les évacue naturellement de votre système via votre urine, ajoute-t-elle.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X