Le régime alimentaire de l’hypothyroïdie : les aliments à consommer et ceux à éviter

L’hypothyroïdie est une condition dans laquelle le corps produit une quantité insuffisante d’hormones thyroïdiennes, qui “… aident à contrôler votre croissance, votre réparation et votre métabolisme”, selon Healthline.

La thyroïde est alors sous-active et engendre des symptômes tels que la fatigue, la dépression, la prise de poids et la perte de cheveux. Si le régime alimentaire ne peut à lui seul guérir la maladie, certains aliments contenant des nutriments peuvent contribuer à améliorer la fonction thyroïdienne. En revanche, d’autres peuvent faire plus de mal que de bien. Lisez la suite et découvrez quels sont les aliments à consommer et ceux à éviter si vous souffrez d’hypothyroïdie…

Mangez

Le poisson

Le poisson, plus particulièrement celui pêché à l’état sauvage, est une excellente source d’acides gras oméga-3, qui, comme le dit le Dr Axe, sont “essentiels à l’équilibre hormonal et à la fonction thyroïdienne”.

En outre, la source indique que, équilibrés par rapport aux niveaux d’oméga-6 dans votre alimentation, les oméga-3 peuvent également “réduire l’inflammation et soutenir une fonction neurologique saine”. Essayez de manger des poissons gras comme le saumon d’Alaska, les sardines du Pacifique et le maquereau de l’Atlantique une ou deux fois par semaine pour profiter pleinement de leurs bienfaits.

Des algues marines

Il est important de manger ses légumes verts, et particulièrement les algues marines, comme le varech, le nori, le kombu et le wakame, qui sont de riches sources naturelles d’iode.

L’iode est un élément essentiel dans notre régime alimentaire, plus particulièrement dans  celui des personnes ayant une thyroïde inactive. Pourquoi ? Parce que, comme l’explique Mindbody Green, “si les niveaux d’iode sont insuffisants, ils deviennent une étape limitant le taux de production des hormones thyroïdiennes et le fonctionnement de la thyroïde en sera entravé”.

Des aliments riches en fibres

Un régime riche en fibres – environ 30 à 40 grammes par jour – est souvent recommandé aux personnes souffrant d’hypothyroïdie car il “améliore la régularité et peut vous aider à maintenir un poids sain”, indique LiveStrong.

Si les aliments à base de céréales complètes, tels que le pain et les céréales, sont les plus connus pour augmenter votre consommation de fibres, il en existe également beaucoup dans les haricots, les lentilles, les graines et de nombreux fruits et légumes.

Des fruits et légumes

Non seulement les fruits et les légumes sont de bonnes sources de fibres pour les personnes souffrant d’insuffisance thyroïdienne, ils sont également riches en divers antioxydants, vitamines et minéraux qui, selon le Dr Axe, “sont nécessaires pour combattre les dommages causés par les radicaux libres et réduire l’inflammation.”

En outre, les fruits et légumes sont bénéfiques pour “soutenir la santé digestive, la fonction cérébrale, la santé cardiaque, l’équilibre hormonal et un poids sain”, selon la même source. Bien que la plupart des variétés soient sans danger, les légumes crucifères et certains fruits comme les pêches, les poires et les fraises doivent être consommés avec modération.

Des graines germées

Si les graines constituent une excellente source de fibres pour les personnes souffrant d’hypothyroïdie, elles offrent en plus un type d’acide gras oméga-3 appelé ALA, qui selon DavidWolfe.com “joue un rôle essentiel dans l’équilibre hormonal et le bon fonctionnement de la thyroïde”.

En outre, avoir suffisamment de ces graisses dans votre alimentation contribue au fonctionnement du cerveau, à la gestion de l’humeur et à la stabilisation de la glycémie afin de maintenir un poids sain. Essayez d’ajouter des graines de chia, de chanvre ou de lin dans vos smoothies, vos flocons d’avoine ou vos pâtisseries pour en optimiser l’apport.

Des aliments riches en probiotiques

Nous devrions tous avoir un régime alimentaire riche en probiotiques, qui sont excellents pour notre intestin, lequel joue un rôle étonnamment important dans notre santé globale. Le Dr Axe encourage les personnes qui luttent contre l’hypothyroïdie à consommer des aliments comme “le kéfir, le yaourt au lait de chèvre biologique, le kimchi, le kombucha, le natto, la choucroute et d’autres légumes fermentés.”

Ces aliments, selon la source, contribueront à améliorer notre intestin et à créer un environnement sain permettant d’équilibrer les bactéries de notre microflore. “Cela réduit le syndrome de l’intestin qui fuit (hyperperméabilité intestinale), les carences en nutriments, les inflammations et les réactions auto-immunes.”

Des noix du Brésil

Les noix font partie de ces aliments qui sont en fait très sains pour nous, tant que nous les consommons avec modération, et non salées bien sûr. Par exemple, les noix du Brésil sont un excellent moyen pour obtenir la dose quotidienne recommandée de sélénium, “un oligo-élément fortement concentré dans la thyroïde et qui joue un rôle essentiel dans la production d’hormones thyroïdiennes”, écrit Prevention. Pour avoir l’apport journalier suffisant en sélénium, il suffit de manger deux noix brésiliennes !

“Les conditions auto-immunes comme la maladie de Hashimoto peuvent entraîner une augmentation de l’inflammation”, explique Lisa Markley, RDN, co-auteur de The Essential Thyroid Cookbook à Prevention. “Le sélénium peut aider à calmer ou à supprimer une de ces inflammations grâce à ses capacités antioxydantes”.

Pensez simplement à ne pas abuser du sélénium. Il ne faut jamais dépasser 400 microgrammes par jour. Health.com souligne qu’une trop grande quantité de ce nutriment peut entraîner une mauvaise haleine, une perte de cheveux, une décoloration des ongles et même une insuffisance cardiaque.

Des haricots

Les haricots et les légumineuses sont une excellente source de protéines, de même que de nombreux autres nutriments et minéraux importants. Ils peuvent également stimuler nos niveaux d’énergie, ce qui est important pour une personne atteinte d’hypothyroïdie se sentant souvent en manque d’énergie. 

Évitez

Les légumes crucifères

Comme nous l’avons déjà mentionné, il est préférable de consommer certains légumes appelés “légumes crucifères” avec modération, voire les éviter carrément dans certains cas. Il s’agit de légumes verts comme le brocoli, le chou frisé et les choux de Bruxelles, ainsi que d’autres légumes comme le chou-fleur, les radis et les navets.

Pourquoi ? Parce que, selon Everyday Health, “ils peuvent interférer avec la production d’hormones thyroïdiennes si vous avez une carence en iode”. Et WholeNewMom.com ajoute qu’ils sont souvent appelés “aliments goitrogènes”, car ils sont susceptibles de “provoquer une hypertrophie ou un goitre de votre thyroïde”.

Le gluten

La sensibilité au gluten est fréquente chez les personnes atteintes d’hypothyroïdie, mais les gens n’ont souvent pas conscience de ce problème. Par conséquent, elle n’est généralement pas diagnostiquée et comme l’explique DavidWolfe.com, “une sensibilité au gluten non diagnostiquée peut provoquer une inflammation, des carences en nutriments et des problèmes hormonaux”. Julie Ching, diététicienne diplômée, recommande de tester son intolérance au gluten avant de procéder à sa suppression du régime alimentaire.

Si vous souffrez d’une hypothyroïdie, il serait peut-être préférable d’éviter complètement le gluten. Cela signifie qu’il vous faut éviter les aliments fabriqués à partir de blé, d’orge et de seigle. Aussi, pour être sûr, lisez attentivement les étiquettes des produits et recherchez les articles qui indiquent clairement qu’ils sont sans gluten.

Le sucre

Les aliments sucrés comme le chocolat, les bonbons et les beignets sont certes délicieux, mais leur consommation doit être modérée, voire totalement évitée, surtout chez les personnes souffrant d’hypothyroïdie.

Everyday Health explique que cela est dû au fait qu’une thyroïde inactive peut ralentir le métabolisme, ce qui permet de “prendre facilement des kilos si l’on ne fait pas attention”. De plus, le sucre peut également “contribuer à des perturbations hormonales, à la fatigue, à des changements d’humeur et à l’aggravation de la dépression”, précise le Dr Axe.

Le soja

Selon Everyday Health, “on s’inquiète depuis longtemps des effets négatifs potentiels que certains composés du soja – appelés isoflavones – auraient sur la thyroïde.” En particulier, parce que certaines recherches ont révélé qu’une consommation excessive était susceptible d’augmenter les chances d’une personne de développer une hypothyroïdie.

D’autres études ont révélé que, si vous avez déjà un problème de thyroïde, la consommation de soja “peut interférer avec la capacité de votre corps à absorber les médicaments pour la thyroïde”. Par conséquent, il peut être préférable de modérer votre consommation, ou d’éviter complètement les produits à base de soja – y compris le tofu, l’edamame, le miso et les aliments fabriqués avec de l’isolat de protéines de soja.

Les produits à base de farine raffinée

Il n’est pas surprenant que les produits à base de farine de blé enrichie, comme les pains blancs, les pâtes et les céréales, soient à éviter, en particulier par les personnes ayant une thyroïde inactive.

Non seulement ils manquent de valeur nutritionnelle, mais le Dr Axe affirme qu’ils “ont un impact négatif sur les niveaux d’hormones et peuvent contribuer à la prise de poids”. Si vous décidez de manger du blé, la source recommande de choisir plutôt “des céréales anciennes 100 % complètes (comme le quinoa, le sarrasin, etc.)”.

Les aliments gras

Les aliments gras ne sont jamais un choix sain ou judicieux lorsqu’il s’agit de notre santé, mais reconnaissons-le, nous nous laissons tous aller de temps à autre (certains plus que d’autres). Pour les personnes souffrant d’hypothyroïdie, il est souhaitable de se tenir toujours à l’écart de ces aliments.

Everyday Health s’est entretenu avec Stephanie Lee, MD, PhD, chef adjoint du service d’endocrinologie, de nutrition et de diabète du Boston Medical Center et professeur associé à la faculté de médecine de l’Université de Boston, dans le Massachusetts, qui met en garde contre le fait que les graisses peuvent perturber la capacité de l’organisme à absorber les hormones thyroïdiennes de substitution ainsi que la capacité de la thyroïde à produire ces hormones.

Il est préférable de se tenir à l’écart des aliments gras comme le beurre, la viande et, bien sûr, tout ce qui est frit, conseille la même source.

Les aliments transformés

Nous avons tous été victimes de la commodité des aliments transformés. Malgré toutes nos connaissances sur les effets néfastes de ces derniers, nombreux sont les Français qui continuent de consommer ces aliments transformés et emballés au quotidien. Souvent c’est parce qu’ils sont assez pratiques. Nous menons tous des vies tellement chargées qu’il est parfois plus facile de servir des aliments congelés cuits au four au dîner, ou de préparer le déjeuner de nos enfants avec des aliments préemballés. Malheureusement, ces aliments sont vraiment mauvais pour nous, en particulier pour les personnes atteintes d’hypothyroïdie.

“Les aliments transformés ont tendance à contenir beaucoup de sodium, et les personnes atteintes d’hypothyroïdie doivent éviter le sodium”, explique Ruth Frechman, RDN, diététicienne dans la région de Los Angeles et porte-parole de l’Academy of Nutrition and Dietetics. Les personnes qui souffrent d’une hypothyroïdie sont déjà exposées à l’hypertension artérielle, et un régime riche en sodium augmente ce risque.

Afin d’éviter de consommer des aliments fortement transformés ou des aliments riches en sodium, lisez attentivement l’étiquette nutritionnelle. Choisissez toujours les produits les moins riches en sodium. “Les personnes présentant un risque accru d’hypertension artérielle devraient limiter leur consommation de sodium à 1 500 milligrammes par jour, selon l’American Heart Association”, écrit Everyday Health.

Le café

La tasse de café chaud est un moment important de la routine matinale de nombreuses personnes. Nous l’utilisons pour nous réveiller, pour nous calmer lors d’une matinée froide, ou même comme un plaisir à déguster autour d’une bonne conversation. Malheureusement, si cela semble vrai, c’est probablement le cas ! Le café n’est pas bon pour notre thyroïde, en particulier pour les personnes souffrant d’hypothyroïdie, du fait qu’il bloque la capacité de l’organisme à absorber les hormones de substitution.

“Les personnes qui prenaient leurs médicaments traitant la thyroïde avec leur café du matin présentaient des niveaux de thyroïde inconfortables, et nous ne parvenions pas à expliquer pourquoi”, indique Stephanie Lee, MD, PhD, à Everyday Health.

L’alcool

La plupart d’entre nous aiment s’adonner à l’alcool de temps à autre, lors de rencontres sociales notamment, mais cela peut faire des ravages sur nos niveaux d’hormones thyroïdiennes et peut même nuire à la capacité de l’organisme à produire ces hormones. “L’alcool semble avoir un effet toxique sur la glande thyroïde et supprime la capacité de l’organisme à utiliser les hormones thyroïdiennes”, écrit Everyday Health. “Idéalement, les personnes souffrant d’hypothyroïdie devraient arrêter complètement l’alcool ou boire modérément avec prudence”.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X