Douleurs FRA

11 causes courantes de maux de ventre

Vous êtes douloureusement conscient de son arrivée – l’inconfort gazeux, ballonné et turbulent d’un mal de ventre. Mais déterminer la source directe peut être un tout autre problème, puisque presque tous les organes de l’abdomen peuvent être coupables (petit et gros intestin, foie, pancréas, reins, rate et vésicule biliaire).

Voici 11 des causes médicales les plus communes des maux de ventre…

1. Intolérance au lactose

Selon l’Institut National du diabète et des maladies digestives et rénales, environ 65% de la population mondiale souffrirait d’intolérance au lactose, un type d’intolérance alimentaire qui entraine des gaz, des ballonnements, renvois, indigestions, diarrhée/constipation et crampes abdominales après la consommation de lait ou de produits laitiers.

L’intolérance au lactose est généralement causée soit par une carence en lactase (l’intestin grêle produit de faibles niveaux de lactase qui aident à digérer) ou par une mauvaise absorption du lactose (le lactose non digéré est anormalement absorbé par le côlon). Le meilleur moyen de réduire ces symptômes est d’éviter les produits laitiers (fromages, lait, beurre).

2. Intolérance au gluten

Une sensibilité au gluten est une intolérance envers la protéine présente dans le seigle, le blé et l’orge. Elle n’est pas à confondre avec la maladie cœliaque (ou allergie au gluten), qui est une réaction du système immunitaire envers le gluten qui peut endommager les parois de l’intestin grêle et empêcher l’absorption de nutriments. Il suffit d’une petite quantité de gluten pour causer d’extrêmes douleurs et des dégâts de l’intestin chez les victimes de maladie cœliaque.

Si vous êtes intolérant au gluten, par contre, consommer du gluten peut entrainer des crampes abdominales douloureuses, des ballonnements, gaz, diarrhée/constipation et épuisement suite à la consommation de produits contenant du seigle, du blé ou de l’orge.

3. Pancréatite

L’inflammation du pancréas (la glande aplatie située derrière l’estomac, dans l’abdomen supérieur) entraine sans aucun doute une douleur abdominale, des brûlures ou des lancements résonants dans l’abdomen et vers le dos, causant des nausées sévères et même des vomissements.

Les gastroentérologues de l’hôpital Henry Ford de Détroit affirment que l’excès d’alcool est la cause principale de pancréatite aigüe (soudaine) et chronique (à long terme). Les deux maladies peuvent être fatales et perturber la manière dont le corps transforme le glucose (sucre).

4. Endométriose

L’endométriose est une maladie utérine douloureuse qui touche les femmes. Elle survient lorsque les cellules de la paroi utérine migrent vers d’autres zones du bassin, entrainant des crampes abdominales douloureuses, des périodes irrégulières, des pertes sanguines et même la stérilité.

Une échographie pelvienne est nécessaire pour diagnostiquer l’endométriose. Si la maladie est confirmée, suivant la sévérité, différents traitements incluent antidouleurs, thérapie hormonale et chirurgie.

5. Ulcères

Selon les experts médicaux de Web MD, environ 10% des Américains développeront un ulcère gastro-duodénal ou gastrique durant leur vie. Et la douleur brûlante qui prend racine dans l’estomac ou dans le duodénum (ouverture vers l’intestin grêle) est impossible à ignorer.

Les ulcères causent généralement de vives et tenaillantes douleurs dans l’abdomen moyen et supérieur. La douleur est habituellement plus sévère après les repas et lorsque vous êtes couché et faites pression sur l’estomac. Bien que la production d’un excès d’acide gastrique soit la cause principale, une infection bactérienne, la prise de certains médicaments (AINS, aspirine), l’excès d’alcool et le tabagisme sont considérés comme des causes d’ulcères.

6. Calculs biliaires

Les calculs biliaires peuvent causer des inflammations abdominales douloureuses, car des calculs (des pierres dures et solides constituées de cholestérol et de pigments) se développent dans la vésicule biliaire – l’organe abdominal situé sous le foie qui est responsable du stockage et de la sécrétion de bile pour la digestion des matières grasses – et bloquent les voies intestinales.

Les patients ressentent une douleur vive sur le côté droit de l’abdomen supérieur, souvent après un repas riche ou gras. L’alimentation et l’obésité sont les plus grands facteurs de risque de développement de calculs biliaires. Mais l’héritage génétique, la production d’œstrogènes, le diabète et la perte rapide de poids peuvent également être des facteurs à risque.

7. Diverticulite sigmoïdienne

La diverticulite sigmoïdienne est caractérisée par le développement d’une inflammation douloureuse des diverticules, qui sont de petites hernies présentes dans la paroi du côlon. Tandis que des matériaux étrangers (p.ex. fèces) passent dans le côlon, les petits sacs peuvent se bloquer et gonfler.

Les symptômes ne sont pas jolis : crampes stomacales sévères, saignements rectaux, fèces sanguinolentes et abcès. Dans les cas sévères, de petits déchirements ou perforations peuvent survenir dans les intestins et nécessiter une intervention chirurgicale.

8. Parasites

Si vous avez l’habitude de nager dans des eaux douteuses de lacs, d’étangs ou de piscines, vous pourriez risquer d’attraper des parasites qui peuvent entrainer des tas de maux de ventre, telles des crampes douloureuses, ballonnements, diarrhée, nausées, gaz et troubles digestifs.

Selon les centres de prévention et de contrôle des maladies (CDC), les parasites, comme les vers Cryptosporidium et Giardia en Amérique du Nord, s’installent dans les voies digestives quelques jours à une semaine après l’exposition. Gardez à l’esprit que boire des sources d’eau contaminées, des boissons non pasteurisées (p.ex. cidre de pomme) ou consommer des aliments contaminés ou mal cuits peuvent vous offrir un souvenir parasitique.

9. Syndrome de l’intestin irritable

Le syndrome de l’intestin irritable cause fréquemment des crampes stomacales, alterne de la constipation avec de la diarrhée explosive et entraine des gaz et des ballonnements extrêmes. Les professionnels médicaux peuvent diagnostiquer la maladie après dépistage afin d’éliminer une série de maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI, comme la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn), qui peuvent entrainer des inflammations, ulcères, cicatrices et blocages douloureux des voies digestives.

Les MICI diffèrent du syndrome de l’intestin irritable. La Mayo Clinic stipule que celui-ci peut être géré en éliminant certains aliments et en prenant des antidouleurs, mais que les MICI peuvent entrainer fatigue, malnutrition, perte excessive de poids, saignements rectaux, infection, et dans certains cas extrêmes, des cancers (p.ex. cancer du côlon).

10. Reflux gastro-œsophagien

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) touche la valve qui empêche l’acide stomacal de revenir dans l’œsophage. Tandis que le sphincter se relaxe, le contenu stomacal revient dans l’œsophage et entraine des brûlures d’estomac et de poitrine et des gênes abdominales.

Le RGO est exacerbé par l’alimentation, particulièrement par la consommation d’aliments riches et gras. Mais les symptômes peuvent être contrôlés grâce à des antiacides et des antihistaminiques H2 ainsi que par la perte de poids, l’alimentation et en évitant la surconsommation.

11. Intoxication alimentaire

L’intoxication alimentaire entraine vite un système digestif mécontent. Causée par la présence de mauvaises bactéries (comme la salmonelle) ou de virus, l’intoxication alimentaire entraine rapidement et de manière explosive des symptômes tels des gaz, ballonnements, crampes, nausées, diarrhées et vomissements.

Les symptômes de l’intoxication alimentaire sont souvent confondus avec ceux de la gastroentérite (grippe intestinale), mais l’intoxication alimentaire disparait généralement après quelques jours, une fois que la nourriture est éliminée par le tube digestif. Mais chez les personnes âgées, les enfants en bas âge et les personnes immunodéprimées, une intoxication alimentaire peut être mortelle et nécessite une attention médicale immédiate.

Share This Article

X