Enfants FRA

8 bienfaits uniques de la rivalité entre frères et sœurs

La rivalité fraternelle remonte aux temps bibliques avec l’histoire de Caïn et d’Abel, deux frères en compétition pour l’attention de leur père. Leur histoire regorge d’émotions, d’amour, de haine et de jalousie. Et elle se termine par la tragédie et la douleur. L’histoire de Caïn et d’Abel met en évidence certains aspects uniques qui démarquent les relations entre frères et sœurs des autres relations. C’est un lien forgé par la biologie et les circonstances. Les frères et sœurs peuvent être amis ou ennemis, confidents ou concurrents. Les frères et sœurs partagent les mêmes liens biologiques et le même environnement lorsqu’ils grandissent.

Jetons un œil à ce qui rend les relations entre frères et sœurs si uniques et bonnes pour nous…

1. Avoir un frère/sœur est bon pour vous

Avez-vous déjà entendu dire que « le sang est plus épais que l’eau » ? Ce proverbe populaire implique que les relations familiales sont plus importantes que les amitiés et devraient être traitées comme telles. Avoir un frère ou une sœur peut être bon pour votre santé. La recherche a montré que les gens qui grandissent avec des frères et sœurs sont plus altruistes.

Avoir un frère/sœur peut améliorer votre santé mentale, vous rendre plus heureux et vous faire vivre plus longtemps. Une étude publiée dans le journal PLoS Medicine montre que les personnes sans liens familiaux forts mouraient en moyenne 7,5 ans plus tôt que ceux qui avaient des liens solides.

shutterstock_325548059

2. Les frères/sœurs sont la plus longue relation de la vie

Les frères/sœurs sont la plus longue relation que vous connaissez dans votre vie après vos parents. Vous partagez les jeunes années de votre développement et l’intimité de votre relation parent-enfant avec vos frères et sœurs avec des degrés variés. Vous partagez vos vulnérabilités, vos peurs, vos triomphes et votre apprentissage avec eux.

Les frères/sœurs connaissent également vos forces et vos faiblesses, et vice versa. Ils vous ont vus tristes et heureux, partagé les bons et les mauvais moments. Vous vous êtes chacun vus à votre pire et à votre meilleur. Vous avez témoigné de votre développement en adultes matures. Aucune autre relation, même celle entre vous et votre partenaire, ne durera aussi longtemps. Cette relation que nous avons avec nos frères/sœurs a tendance à être la plus longue dans notre vie.

shutterstock_90285622

3. L’empathie grandit avec les frères/sœurs

Les enfants qui grandissent avec des frères ou sœurs ont tendance à développer plus d’empathie pour les autres. Ils doivent apprendre très tôt à partager leurs jouets, le temps et l’affection de leurs parents, la nourriture, les vêtements, etc. Les enfants qui grandissent avec des frères et sœurs apprennent à contrôler leurs émotions. Les jeunes enfants ont souvent un spectre complet d’émotions, de la colère à la jalousie, à l’amour et à l’affection.

Les frères et sœurs, quel que soit leur âge, ont tendance à en apprendre l’un de l’autre. Les frères et sœurs plus âgés peuvent avoir un rôle d’aide, ce qui peut encourager le développement d’estime de soi et de responsabilité sociale. Les frères et sœurs plus jeunes tentent souvent d’imiter leurs frères et sœurs plus âgés, ce qui les motive à tenter de nouvelles choses.

shutterstock_116101924

4. Rivalité fraternelle

La rivalité fraternelle peut commencer avant même la naissance du deuxième enfant. C’est un état dans lequel un ou plusieurs enfants sont en compétition ou montrent de l’animosité envers leur frère/sœur. Les frères et sœurs passent souvent plus de temps ensemble qu’avec leurs parents lorsqu’ils grandissent. Durant ce temps, ils luttent et entrent en compétition avec l’un l’autre pour obtenir du temps, de l’attention, des jouets, de la nourriture et des tas d’autres choses.

Une recherche conduite par Judy Dunn a révélé que les enfants dès leur première année sont très sensibles au traitement qu’ils reçoivent de leurs parents par rapport à celui des autres frères et sœurs. Cela peut avoir un effet profond sur le conflit entre frères et sœurs dans le futur.

shutterstock_276475364

5. Ordre de naissance

Selon le psychologue Dr Kevin Leman, les différences de personnalités entre les frères et sœurs peuvent être attribuées à l’ordre de naissance et aux réactions des parents. Les nouveaux parents ont tendance à expérimenter par essai-erreur en élevant leur premier enfant. Ils sont souvent stricts et nerveux. C’est pourquoi le premier enfant a tendance à montrer des tendances au perfectionnisme pour répondre aux attentes élevées de leurs parents.

D’un autre côté, les enfants nés en second sont souvent élevés d’une manière plus détendue par les parents qui ont plus confiance en eux-mêmes. Ces enfants peuvent recevoir moins d’attention de leurs parents que le frère/sœur plus âgé puisqu’ils sont à présent deux. Le deuxième enfant peut alors avoir plus tendance à faire plaisir aux autres et à être moins perfectionniste.

shutterstock_156270413

6. Ce que les parents peuvent faire pour réduire la rivalité

Les parents devraient tenter d’inclure l’enfant plus âgé dans la grossesse avant la naissance. Montrez-lui les échographies du nouveau bébé qui grandit dans le ventre de maman, laissez-le toucher le bébé et le sentir bouger. Revisitez la petite enfance de votre enfant plus âgé.

Tout cela devrait être fait en tentant d’intégrer le frère/sœur plus âgé et de le faire se sentir important. Vous pouvez donner à l’enfant plus âgé le rôle d’aider maman. Une autre étape essentielle est de vous assurer de passer du temps « spécial » avec votre premier enfant de manière régulière. N’oubliez pas de poser des limites lorsque c’est nécessaire, de rester positif et de maintenir un sens de l’humour.

shutterstock_303055904

7. Rivalité fraternelle entre adultes

La recherche a montré que pour 33 % d’entre nous, les conflits qui se déclenchent tôt dans la vie des frères et sœurs peuvent durer toute la vie. Pour ces adultes, le contact avec leur frère/sœur entraîne inévitablement des conflits et la reprise des rôles de l’enfance.

Une recherche conduite par Judy Dunn, pionnière dans les études sur les frères et sœurs aux États-Unis et au Royaume-Uni, a conclu que le favoritisme parental ou le manque de surveillance des interactions entre frères et sœur pouvait avoir un effet sur le développement de la rivalité entre frères et sœurs durant l’enfance. Ces modes d’interaction sont si profondément ancrés dans l’enfance que les adultes ne peuvent pas précisément définir le début de l’animosité et ce qui l’a créée.

shutterstock_40665019

8. Encourager les relations entre frères et sœurs adultes

Les relations entre frères et sœurs peuvent drastiquement changer avec le temps. Des évènements de vie importants à toute étape peuvent rapprocher ou éloigner des frères/sœurs. La mort, la maladie, l’abus ou la précarité sont des exemples d’évènements partagés qui peuvent affecter une relation entre frères/sœurs de manière importante.

Le mariage peut également entraîner une rupture. Dans une étude présentée dans Psychology Today, 66 % des personnes interviewées affirment que lorsque leur frère/sœur s’est marié, une fracture s’est développée dans leur relation. Un conflit avec le nouveau beau-frère/belle-sœur était souvent à blâmer. La bonne nouvelle c’est que malgré ça, plus de 80 % des frères/sœurs de plus de 60 ans avaient une relation proche.

shutterstock_45612637

Share This Article

X