7 choses qui empêchent vos enfants de dormir la nuit

Pour certains d’entre nous, adultes, penser à des factures impayées ou à une réunion importante le lendemain peut nous réveiller en sueur au milieu de la nuit. Dans le même temps, vos enfants peuvent également avoir un sommeil agité, mais pour des raisons (espérons-le) totalement différentes.

Heureusement, la plupart des raisons pour lesquelles votre enfant se réveille brusquement peuvent être facilement résolues (et il se peut qu’il traverse simplement une phase qui se corrigera d’elle-même). Voici sept raisons pour lesquelles votre enfant ne fait pas ses nuits, afin que vous puissiez l’aider à mieux se reposer (et, espérons-le, à vous reposer aussi).

1. La température de la pièce est inadaptée

Vous aimez peut-être faire monter le chauffage ou vous recouvrir de couvertures, mais ce n’est pas forcément la situation idéale pour le sommeil de votre enfant. BabyCenter.com explique que le corps a besoin d’abaisser naturellement sa température centrale pour s’endormir, et qu’il n’est donc pas toujours bon d’allumer le chauffage.

D’un autre côté, vous ne voulez pas non plus que votre enfant se réveille en frissonnant, ajoute-t-il. Utilisez un thermomètre dans la chambre et visez une température de sommeil de 65 à 70 degrés Fahrenheit, suggère la source. Dans ce climat, “habillez votre tout-petit d’une seule couche de pantalons longs et de manches longues”, ajoute le site.

2. Trop d’activité avant de se coucher

Si l’on stimule beaucoup un enfant avant le coucher, il peut avoir du mal à se calmer, note MommyCrusader.com. Ces activités peuvent consister à regarder la télévision ou à faire quelque chose de plus physique comme courir dans la maison ou jouer “de manière tapageuse”, ajoute le site.

Si vous pouvez éviter la surstimulation à l’approche de l’heure du coucher (pensez à des jeux calmes ou même à des câlins ou à un bain), la source parle d’utiliser “l’imagerie guidée” pour résoudre ce problème. Il s’agit de montrer chaque partie du corps de votre enfant, par exemple son bras gauche, et de lui dire de la détendre. Allez-y dans l’ordre, des pieds à la tête, ajoute la source.

3. Terreurs nocturnes

C’est bien plus qu’un cauchemar, et vous devrez peut-être attendre que votre enfant se calme de lui-même. KidsHealth.org explique que, bien que “les terreurs nocturnes puissent être alarmantes pour les parents qui en sont témoins, elles ne sont généralement pas une cause d’inquiétude ou le signe d’un problème médical plus profond”.

Une terreur nocturne n’est pas “techniquement un rêve” car elle survient au cours d’un cycle de sommeil différent de celui des cauchemars, ajoute le site. En gardant cela à l’esprit, il se peut qu’il ne soit pas réveillé ou qu’il soit complètement éveillé, alors essayez simplement d’être là pour le réconforter s’il en a besoin. Les cauchemars ne sont pas très courants (environ 6 % seulement des enfants âgés de 4 à 12 ans en font), mais ils sont plus susceptibles de se produire chez les enfants malades, stressés, trop fatigués ou qui prennent un nouveau médicament, note la source.

4. Faim nocturne

Avez-vous déjà dormi et marché jusqu’au réfrigérateur au milieu de la nuit pour prendre un morceau de tarte ? Eh bien, même si ce n’est pas le cas, les tout-petits peuvent avoir les mêmes envies de minuit que les adultes, après s’être couchés.

Si cette habitude de se réveiller et de vagabonder se répète régulièrement chez votre enfant, vous voudrez peut-être vous concentrer un peu plus sur ce qu’il mange au dîner. Bien qu’il soit parfois difficile de faire manger les tout-petits, un peu de patience et le fait de leur donner des aliments que vous savez qu’ils vont aimer peuvent être très utiles, note Livestrong.com. N’essayez pas trop de nouveaux aliments si votre enfant ne mange pas le soir. “Gardez les nouvelles saveurs pour l’heure du déjeuner, lorsque votre enfant n’aura pas besoin d’avoir le ventre plein pendant les 10 à 12 heures suivantes”, note la source.

5. Pyjama ou literie mouillés

Les enfants mouillent leur lit ou font pipi dans leur sommeil à un moment ou à un autre – admettez-le, vous l’avez probablement fait aussi, même si cela semble si loin. Cependant, si cela arrive régulièrement à votre enfant, il peut perdre beaucoup de sommeil (sans parler du fait que votre propre repos est perturbé), ce qui peut conduire à une mauvaise humeur générale et à un manque de vigilance le matin.

Le magazine Today’s Parent suggère d’augmenter la taille de la couche pour qu’elle puisse contenir plus de liquide pendant la nuit, ou d’essayer une autre marque qui pourrait être plus absorbante. Si vous préférez les couches lavables, ajoutez “un ou deux inserts en chanvre ou en coton” pour qu’ils retiennent l’humidité, ajoute-t-il. Parallèlement, veillez à ce que votre enfant ne boive pas beaucoup d’eau, de jus de fruits ou de lait après 17 h. Habituez-le à se désaltérer plus tôt dans la journée.

6. Les dents qui poussent

Il s’agit d’une autre de ces phases de développement que vous devrez attendre, mais il y a des choses que vous pouvez faire pour aider votre petit à supporter la douleur associée qui le réveille. Si vous ne voyez pas encore de dents percer, des joues rouges, une bave abondante, une succion ou une morsure excessive et une fièvre légère sont autant de signes de l’arrivée des dents, explique BabyCentre UK.

Avant de recourir aux gels antidouleur pour enfants, vous pouvez essayer d’utiliser un anneau de dentition en silicone (mettez-le d’abord au réfrigérateur pour qu’il soit plus frais et plus apaisant), ou même masser doucement ses gencives avec votre doigt, ajoute-t-il.

7. Les ronflements

Si nous associons généralement le “sciage de bûche” aux adultes, le même problème peut se produire chez les jeunes enfants et les réveiller d’un sommeil paisible. En fait, “beaucoup d’enfants, sinon la plupart, ronflent à l’occasion, et environ 10 % ou plus ronflent la plupart des nuits”, selon The Sleep Foundation.

Ce problème survient généralement chez les enfants âgés de 3 ans ou plus, ajoute-t-elle. Faites attention à ce que le ronflement semble anormalement fort ou prolongé, car cela pourrait être le signe d’une infection respiratoire ou même d’une apnée du sommeil, qui peut affecter le comportement et les capacités d’apprentissage de l’enfant (certaines sources soulignent que certains enfants souffrant de TDAH pourraient en fait souffrir d’apnée du sommeil).

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X