éducation familiale FRA

6 pratiques parentales positives qui évitent de crier

De nos jours, il est de plus en plus mal vu de crier sur les enfants (en particulier dans un environnement public). Cependant, bien que la tolérance envers le fait de crier sur les enfants soit en baisse, le nombre de fois où votre enfant désobéit ne l’est probablement pas.

Lorsqu’un enfant pique une colère au supermarché, ce peut être épuisant et gênant, donc comment gérer un enfant qui ne semble pas parvenir à se contrôler malgré vos efforts ? L’important est plutôt d’agir en tant que modèle du comportement que vous aimeriez que votre enfant montre, tout en restant positif durant les moments difficiles, selon les experts. Voici six alternatives pour ne pas perdre votre sang-froid lorsque vous disciplinez vos enfants…

1. Choisissez vos batailles sagement

Tous les enfants ont leurs mauvais moments lorsqu’ils sont fatigués, stressés ou veulent simplement repousser vos limites. Ce peut devenir un échange fatiguant pour tenter de calmer junior. Mais si vous réagissez à chaque fois que votre enfant est difficile, vous finirez par vous sentir épuisé.

Le magazine Parenting affirme que vous devriez concentrer davantage votre énergie sur les moments qui feront vraiment une différence. Par exemple, si votre enfant refuse de porter un certain t-shirt pour l’école ou le camp, vous pourriez simplement lui laisser prendre la décision (tant qu’il n’est pas trop incommode ou outrancier). Mais si l’enfant fait face à un danger dû à ses actions, il est temps d’agir, dit l’article. De plus, si l’enfant vous frappe ou frappe un autre enfant, vous devriez lui expliquer pourquoi ce n’est pas bien. Si votre enfant décide d’envoyer de la nourriture sur le visage de ses grands-parents, vous voudrez probablement intervenir également.

Scolding Child

2. Remplacez les ‘temps de retrait’ par des discussions

De nombreux parents utilisent la méthode traditionnelle qui consiste à envoyer leur enfant au coin lorsqu’il se comporte mal pour réfléchir à ses actions. Mais selon le magazine Time, le problème est que de nombreux enfants voient ces temps de retrait comme des rejets. Cela laisse entendre que vous ne voulez les voir que lorsqu’ils se comportent bien – et ce n’est pas vraiment réaliste.

L’article suggère de remplacer les temps de retrait par des discussions, des temps où vous vous asseyez avec votre enfant en l’éloignant de la situation tout en discutant de ce qui est arrivé. Cela lui montrera que vous ne le rejetez pas même s’il ne savait pas qu’il ne pouvait pas dessiner de fleurs sur l’armoire de la cuisine. Lorsqu’il est envoyé au coin, l’enfant ne connaît pas toujours la raison de sa punition.

Time Out

3. N’exagérez pas vos réactions pour des bêtises

Votre enfant pourrait avoir un âge où il/elle sait qu’il est vilain, mais veut savoir jusqu’où il/elle peut pousser les limites avant que maman ou papa ne se fâche. Un article publié dans American Academy of Pediatrics note que les parents qui restent calmes durant une crise parviennent parfois à réduire le nombre de fois où leur enfant les teste.

Aha! Parenting affirme également qu’il est normal que les enfants expriment leurs sentiments en piquant une crise, et que vous ne devriez pas les ‘récompenser’ en vous mettant vous-même en colère. Si vous froncez les sourcils sur toutes ses actions et finissez par lui crier dessus, votre enfant finira par se déconnecter et vous aurez plus de mal à l’atteindre, notent les experts.

Parent Child Tantrum

4. Prenez le temps de vous calmer

Crier est souvent une réaction instinctive à la colère (sauf quand l’enfant est en danger ; dans ce cas, il est conseillé de hausser le ton). C’est parce que vous réagissez immédiatement à la situation au lieu de laisser votre tension retomber, ce que vous ne feriez pas dans votre relation – vous iriez marcher et réfléchir en premier, non ?

C’est pareil avec votre enfant, explique Empowering Parents. Vous pourriez finir par réagir de manière exagérée et donner une punition qui est hors de proportion par rapport à l’infraction. Au lieu de piquer votre crise, prenez le temps de respirer et parlez à votre enfant plus tard de manière rationnelle, suggère l’article.

Parenting - Tantrum

5. Soyez un modèle positif

Selon un article du Huffington Post, en restant positif même durant les périodes difficiles, vous offrez un renforcement positif à votre enfant. Les enfants admirent et suivent les actions de leurs parents, donc être constamment stressé et en colère finira par déteindre sur leur comportement.

Les traits d’un bon modèle incluent d’être fiable, dit l’article. Si vous avez promis à votre enfant que vous passeriez du temps avec lui à un certain moment, faites-le. L’abandonner pourrait le pousser à « laisser tomber » ses obligations dans le futur. D’autres actions positives d’un modèle sont d’être attentif à votre enfant (débranchez parfois le téléphone), d’être fidèle à vos proches et aussi de prendre soin de vous !

Parent - Role Model

6. Récompensez les bons comportements

Bien que de nombreux parents choisissent de punir en retirant (la télévision ou la tablette) lorsque leur enfant n’écoute pas, vous pouvez aussi retourner la situation pour offrir quelque chose de positif. Le magazine Parents note qu’au lieu de priver votre enfant de quelque chose, vous pourriez choisir de le récompenser d’avoir suivi votre exemple.

Il existe des tas de récompenses que vous pouvez offrir pour un bon comportement, note le magazine Parents. Ce peut aller d’un simple merci pour avoir placé un linge sale dans le panier à un câlin. Mais le magazine souligne également que vous ne devriez pas exagérer les louanges afin que votre enfant sache que vous restez sincère.

Parent - Reward Child
X