Le Corps FRA

N’est-ce pas romantique ? Découvrez la chimie de l’acte de tomber amoureux

Tomber amoureux, c’est suivre son cœur plutôt que d’écouter sa conscience en ce qui concerne trouver un partenaire. Mais le fait de tomber amoureux a bien plus à voir avec le cerveau qu’avec le cœur. Après tout, le sentiment d’amour, l’excitation et l’attraction vers une autre personne sont une réponse chimique initialement déclenchée par le cerveau.

A l’approche de la Saint-Valentin, la fête des amoureux, donnons au cerveau sa juste part dans les affaires de l’amour…

1. Tomber amoureux : la réponse chimique

Vous avez peut-être ressenti la sueur au front, un chatouillement dans l’aine, une rougeur au visage ou un lancement au cœur en posant le premier regard sur votre amoureux, mais le sentiment initial ‘d’amour au premier regard’ est en réalité une réponse chimique déclenchée par le cerveau.

Selon des psychologues de l’école de Médecine de l’Université d’Emory à Atlanta en Géorgie, lorsque vous rencontrez pour la première fois l’homme ou la femme de vos rêves dans une pièce bondée, le cerveau émet trois produits chimiques essentiels – la dopamine, l’ocytocine et les opiacés, ainsi que plusieurs autres qui vous font sentir percé par le flèche de Cupidon.

2. Dopamine : le produit chimique de l’excitation

La célèbre chercheuse en neurosciences Helen Fisher a voué sa carrière académique à examiner ce qui se passe dans le cerveau des humains lorsqu’ils tombent amoureux. Elle a découvert que le premier ingrédient dans l’élixir de l’amour est la dopamine, un produit chimique du cerveau qui déclenche des sentiments d’exaltation, de plaisir et d’excitation (et est aussi émis après l’acte sexuel et lors de la prise de drogues comme la cocaïne).

Une étude publiée par les instituts nationaux de santé et conduite sur des mammifères et des oiseaux a déterminé que l’attraction romantique est guidée par un système de récompense dopaminergique. En utilisant de l’imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle (IRM), les scientifiques ont surveillé l’excitation, la libido et les motivations romantiques de 17 personnes amoureuses, et ont découvert que l’attraction envers l’objet d’affection est expérimentée initialement dans l’aire tegmentale ventrale et dans le noyau caudé droit, des zones riches en dopamine associée à la récompense et la motivation chez les mammifères.

3. Ocytocine : le produit chimique des câlins

L’ocytocine – et pas l’oxycodone (l’antidouleur) – est surnommée l’hormone des câlins et le secret de l’amour continu par les psychologues de l’Université Bar-Ilan d’Israël pour des raisons adorables. L’ocytocine est le même produit chimique émis par la mère vers son enfant durant la période initiale de création des liens affectifs.

Mais l’ocytocine est aussi libérée entre les partenaires amoureux. La recherche, publiée par le professeur de psychologie Ruth Feldman de l’Université Bar-Ilan dans le journal Psychoneuroendocrinology, note que ‘lorsque les couples tombent amoureux, l’augmentation d’ocytocine est à son point le plus élevé connu’. Dr. Feldmen affirme que les amants qui se retrouvent libèrent 50% d’ocytocine de plus en comparaison aux femmes enceintes.

4. Opiacés : le produit chimique qui réchauffe le cœur

Les opiacés – les mêmes produits chimiques libérés lors de l’acte sexuel et de la prise de drogues (p.ex. héroïne) – entrainent un sentiment confortable et sécurisant qui réchauffe le cœur, selon des études psychologiques de l’école de médecine de l’Université d’Emory à Atlanta en Géorgie.

Avec l’ocytocine (l’ingrédient des liens affectifs) et la dopamine (qui suscite l’excitation), les opiacés sont l’élément final qui déclenche le système de récompense du cerveau et nous concentre sur notre intérêt amoureux – avec une série de signaux visuels, auditifs et olfactifs.

5. Adrénaline : le produit chimique du coup de foudre

Le terme ‘coup de foudre’ peut être expliqué facilement par le neurotransmetteur adrénaline, selon le Dr. Reginald Ho, un psychologue électro-cardiaque de l’hôpital universitaire Thomas Jefferson à Philadelphie. Les sentiments d’amour déclenchent une réponse au stress – causant un pic dans les niveaux d’adrénaline et de cortisol.

Par exemple, l’attente d’un rendez-vous avec un nouvel amant cause le battement accéléré du cœur, la transpiration des paumes des mains, l’assèchement de la bouche et le rougissement du visage. Ou le premier aperçu d’un nouvel amoureux peut faire votre cœur battre la chamade, car le cerveau déclenche la sécrétion d’adrénaline (et d’épinéphrine et de norépinéphrine) par les glandes surrénales dans la circulation sanguine.

6. Sérotonine : le produit chimique de l’épris

Vous ne pouvez oublier le rôle de la sérotonine lors d’une connexion amoureuse réfléchie, affirme Helen Fisher, professeure à l’Université Rutgers, qui a étudié les voies biochimiques de l’amour dans toutes ses manifestations (romance, désir, attachement, etc.).

Fisher met en évidence que cet important produit chimique vous fait penser à votre amoureux sans cesse – et vous fait souvent négliger tout le reste. Une étude italienne similaire, publiée par les instituts nationaux de santé, affirme que l’amour affecte le système de la sérotonine en causant une diminution des niveaux de sérotonine (5-HT) et l’arrivée de pensées obsessives, névrotiques et compulsives envers votre amant.

7. La loi de l’attraction

Bien sûr, la loi de l’attraction parait certainement romantique, mais les biochimistes du centre Monell de l’Université de Pennsylvanie préfèrent mesurer l’amour de manière quantitative – liant le rare sentiment de l’amour à un système de récompense dans le cerveau, un système spécifiquement câblé pour attirer des partenaires potentiels.

Tandis que les animaux dépendent de phéromones pour sélectionner un partenaire – les scientifiques affirment que l’être humain dépend d’une libération de produits chimiques (d’ocytocine, de dopamine et d’opiacés) entrant dans le corps via le nez et activant les zones des amygdales et de l’hypothalamus dans le cerveau, pour stimuler des sentiments d’émotion, d’attraction et d’excitation sexuelle chez un autre être humain.

8. L’amour est une drogue

Il s’avère que comparer l’amour à une drogue ou à une dépendance n’est pas loin de la vérité, selon le Dr. Stéphanie Ortigue, neuroscientifique et co-auteure d’une étude de 2010 sur la neuroscience de l’amour, qui a déterminé que l’amour peut survenir en 1/5ème de seconde.

L’amour au premier regard est en réalité un mélange de produits chimiques euphorisants (ocytocine, dopamine, opiacés et adrénaline) dans le cerveau qui nous frappe comme la flèche de Cupidon ou comme une drogue (comme la cocaïne).

Share This Article

X