Le Corps FRA

La science derrière le hoquet, le bâillement et d’autres curiosités du corps

Un bâillement soudain, un hoquet embarrassant, un spasme musculaire involontaire… nous avons tous expérimenté notre part de curiosités corporelles. Vous savez, lorsque votre corps fait un mouvement à l’improviste et inconsciemment ? Les hoquets, bâillements, spasmes musculaires, crises de somnambulisme, éternuements ou saignements de nez spontanés peuvent vous prendre au dépourvu, mais croyez-le ou non, il existe une explication raisonnable et scientifique derrière ces comportements corporels farfelus…

1. Bâillements contagieux

Vous savez très bien que vous allez vous mettre à bâiller si quelqu’un d’autre bâille près de vous… c’est inévitable. Mais vous ne savez sans doute pas ce qui déclenche cet effet domino. Et non, ce n’est pas une loi de l’univers ou une réaction empathique comme on l’a cru, selon une étude conduite par l’école de médecine de l’Université Duke en Caroline du Nord.

L’étude, publiée dans le journal PLOS ONE, a surveillé la susceptibilité de bâillement chez 328 participants sains, et a découvert que 222 participants bâillaient après avoir vu une autre personne bâiller. Les résultats montrent que ce type de bâillement contagieux (qui exclut les bâillements dus au manque de sommeil ou d’énergie) est fortement lié à l’âge. Tandis que les participants plus âgés étaient moins susceptibles de bâiller de manière contagieuse, les participants plus jeunes étaient bien plus atteints par le bâillement contagieux.

2. Somnambulisme

Marcher en dormant survient chez environ 15% des individus, selon la National Sleep Foundation, surtout chez les enfants de moins de 7 ans. Mis à part le fait de marcher, le somnambulisme peut impliquer des comportements étranges durant le sommeil profond ; comme s’asseoir dans son lit, regarder/bouger dans la chambre, marcher, quitter la maison et même conduire.

Heureusement, le somnambulisme n’est pas lié à un problème psychologique sous-jacent. Mais il peut être déclenché par le manque de sommeil, les sédatifs, la consommation d’alcool, la fébrilité (fièvre) et l’apnée du sommeil enfantine. Le somnambulisme, comme les terreurs nocturnes, a une implication génétique. Le mythe que vous ne devriez pas réveiller un somnambule est faux. En réalité, le somnambulisme est la cause la plus importante de blessures liées au sommeil.

3. Saignements de nez spontanés

Salissant, gênant et terrifiant sont trois émotions associées aux épistaxis. Heureusement, selon les experts de WebMD, le saignement est souvent plus redoutable que la raison qui le cause.

La première cause d’une épistaxis est des voies nasales sèches à cause d’allergies, d’un rhume, de l’utilisation excessive de vaporisateurs nasaux ou de se gratter le nez, ce qui peut irriter et endommager les vaisseaux sanguins nasaux. Pour arrêter le saignement, inclinez la tête vers l’avant et compressez les ailes du nez pendant 5 à 10 minutes. Si le saignement dure plus d’une heure, allez à l’hôpital.

4. Sursauts du sommeil

De nombreuses personnes décrivent ces sursauts comme une sensation de chute qui vous réveillent violemment juste quand vous alliez vous endormir. Et il est souvent difficile de se rendormir par après. Référés sous le terme médical de myoclonies d’endormissement ou myoclonies hypnagogiques, les médecins de la clinique de neurologie et de médecine du sommeil de New York rassurent que les sursauts du sommeil ne sont causés que par des contractions musculaires spontanées.

Ces sursauts musculaires soudains et surprenants sont assez communs, affectant environ 70% de tous les individus. Ils surviennent juste après que le cerveau ait fait passer le corps d’un état d’alerte à un état de sommeil. Heureusement, il n’y a rien de grave du fait de sursauter durant votre sommeil.

5. Spasmes musculaires

Un muscle qui se contracte de manière répétée dans votre jambe, votre bras ou plus souvent, dans votre paupière, semble assez étrange. Mais ces spasmes ne sont causés que par une série de petites contractions musculaires concentrées dans une zone du corps. Ils sont souvent causés par du stress, un manque d’activité physique ou une privation de sommeil.

Le tremblement subtil de votre paupière ou de votre bras se dissipera normalement en quelques heures ou quelques jours. Mais selon une recherche du National Institute of Neurological Disorders and Stroke, si un spasme persistant est accompagné de faiblesse musculaire, il pourrait résulter de la prise de médicaments (surtout des antidépresseurs) ou d’une maladie auto-immune.

6. Ho… hoquet

Les hoquets sont vraiment gênants et surviennent souvent au pire moment… avant une interview ou une grosse présentation. Selon WebMD, les hoquets qui ne se dissipent pas sont le résultat d’une prise excessive d’air tandis que votre poitrine se contracte et que votre boite vocale se ferme… entrainant le ‘hic’ haletant.

Heureusement, les hoquets sont inoffensifs, mais sont le résultat gênant de manger, mâcher ou boire des boissons pétillantes trop rapidement. Respirer profondément et boire lentement un verre d’eau aide habituellement à détendre les muscles du diaphragme et faire disparaitre le hoquet.

7. Éternuements

Lorsque ma meilleure amie d’enfance sortait de chez elle un froid matin d’hiver, elle éternuait tout le chemin jusqu’à l’école. Si vous souffrez de réflexe photo-sternutatoire (vous éternuez lorsque vous êtes exposé à une forte lumière, la lumière du soleil, un flash, la lumière réfléchie sur la neige…), vous n’êtes pas seul.

Selon le Dr Nicolas Langer, un chercheur en neuropsychologie de l’Université de Zurich, environ 18 à 35% des humains expérimentent le phénomène de réflexe photo-sternutatoire en face de fortes lumières. Cela survient lorsque le cerveau prend la lumière pour un irritant nasal. Ce réflexe est également un trait génétique.

Share This Article

X