Phobias FRA

Êtes-vous un cybercondriaque ?

Avec la menace d’Ebola, de l’entérovirus 68 dans les écoles, de la grippe porcine proliférant dans le bétail, et de l’arrivée de la grippe saisonnière – un autre virus se propage dans la vaste population du monde occidental : la cybercondrie. Selon les experts de la santé mentale de l’Université de Baylor, la cybercondrie caractérise les individus qui comptent uniquement sur internet pour effectuer un diagnostic et plutôt que de se rassurer, se persuadent qu’ils souffrent d’une maladie horrible.

Bien sûr, nous avons tous utilisé internet pour trouver la cause d’une éruption étrange ou de symptômes inconnus. Mais pour les cybercondriaques, la recherche médicale sur internet alimente la peur et l’anxiété sans fondement, et ils acceptent souvent un diagnostic sans condition et sans rechercher l’aide de professionnels.

Si vous souffrez des symptômes suivants après avoir fait des recherches médicales en ligne, déposez votre tablette et consultez un médecin immédiatement. Voici neuf signes que vous pourriez être cybercondriaque…

1. Cybercondriaques contre le reste du monde

Au cours d’une étude de 2009, Microsoft a examiné les recherches internet liées à la santé et à découvert qu’environ 40% des personnes qui ne sont pas formées médicalement et utilisent internet pour faire un diagnostic médical finissent par se sentir plus mal, terrifiées et paranoïaques au lieu d’être rassuré.

2. La recherche augmente l’inquiétude

Comme mentionné précédemment, les cybercondriaques sont alimentés, pas rassurés, par l’information qu’ils lisent en ligne. Par exemple, un cybercondriaque lit un article à propos d’un ou de plusieurs vagues symptômes ; durant ce temps, son niveau d’anxiété, son rythme cardiaque et sa respiration augmentent graduellement, créant un tout nouveau groupe de symptômes, encore plus amplifiés par la recherche obsessive et l’augmentation de la panique.

3. Recherches obsessives

La plupart d’entre nous, nous rendons compte lorsque quelque chose que nous lisons en ligne nous inquiète, et nous reconnaissons cet effet. Mais chez les cybercondriaques, plus ils font de recherches, pire ils se sentent et le plus inquiet ils deviennent, et plus ils continuent à faire de recherches ! Là où la personne normale se déconnecte lorsqu’elle se rend compte que cette recherche est la source de son anxiété, les cybercondriaques continueront à effectuer des recherches jusqu’à ce que leurs pires craintes soient confirmées.

4. Vos recherches sont vagues

Vous devez comprendre que les engins de recherche aiment les mots-clés ciblés, ce qui veut dire que plus vos termes de recherche sont précis, plus les résultats seront pertinents. Les cybercondriaques ont tendance à taper des mots-clés ayant trait à des symptômes vagues (p.ex. mal de tête, vertige, fatigue, palpitations, douleurs thoraciques, stomacales, éruption), qui sont en fait des symptômes associés à de nombreuses maladies, bénignes ou malignes.

5. La recherche entraine la maladie

Quand je lis des recettes succulentes, je commence généralement à avoir faim. Pour les cybercondriaques, la même chose se passe lorsqu’ils commencent à se sentir mal en lisant un article sur une maladie, tant et si bien que les symptômes les plus inoffensifs (p.ex. crampes stomacales, nausées) sont interprétés en maladies mortelles (p.ex. cancer de l’intestin).

6. Vous sautez aux conclusions

Si vous tapez un symptôme léger (p.ex. nausée) dans un moteur de recherche, il sera associé à des maladies inoffensives (p.ex. indigestion) et catastrophiques (p.ex. Ebola). Même si les chances de contracter l`Ebola sont relativement faibles (selon les organisations de santé principales comme les centres de contrôle des maladies) sauf si vous avez récemment visité un pays à risque ou été en contact direct avec une personne infectée, les cybercondriaques sauteront toujours aux pires conclusions en ce qui concerne leur santé personnelle.

7. Vous êtes alimenté par les tendances médicales

La plupart des médias couvrant le virus Ebola en occident ne font que répandre de la terreur, tout comme lors de l’épidémie du SRAS et du virus du Nil occidental. Mais lorsque les fils d’actualités Facebook ou Twitter d’un cybercondriaque sont submergés d’histoires et de mises à jour sur l`Ebola, celui-ci aura automatiquement peur d’être contaminé.

8. Les recherches interfèrent avec votre vie et votre santé

Le signe le plus symptomatique de la cybercondrie est sans doute la quantité de temps passé à faire des recherches en ligne sur des maladies. L’obsession commencera graduellement à prendre toute votre attention jusqu’à ce que tout votre temps en ligne y soit consacré, voire même votre temps hors ligne – remplaçant votre travail, votre vie sociale et vos loisirs.

9. Vous croyez tout ce que vous lisez sur internet

L`internet connecte les gens et l’information autour du monde de manière incroyable, mais ce dernier ne devrait jamais remplacer le conseil avisé d’un médecin professionnel (y compris l’information que vous lisez sur ce site web). Le problème, c’est que si un cybercondriaque n’est pas satisfait par le diagnostic donné par un docteur, il se tournera souvent vers une source en ligne (p.ex. Wikipédia) et croira que l’information est l’absolue vérité, ce qui peut être assez dangereux si vous faites vos diagnostics et traitements par vous-même.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X