Causes médicales de l’essoufflement

L’essoufflement, connu médicalement sous le nom de dyspnée, désigne une difficulté à respirer et constitue une plainte fréquente auprès de nombreux médecins. Il peut être aigu ou chronique. Différentes personnes décrivent l’essoufflement de diverses manières. Il peut s’agir d’un serrement dans la poitrine, d’une sensation d’étouffement ou de la sensation d’un éléphant assis sur la poitrine. De nombreuses causes d’essoufflement sont anodines: l’exercice physique intense, les hautes altitudes, les températures extrêmes et le déconditionnement (manque de forme). À l’exception des exemples précédents, l’essoufflement représente très probablement un problème médical et doit être évalué par un médecin.

Voici douze causes d’essoufflement…

1. Pneumonie

La pneumonie représente une infection du poumon. Des micro-organismes tels que des bactéries, des virus ou des champignons peuvent être à l’origine de la pneumonie. Son impact sur l’homme peut être mineur ou potentiellement mortel. La pneumonie tend à être plus grave aux extrêmes de l’âge, c’est-à-dire chez les enfants de moins de 2 ans et les adultes de plus de 65 ans. Elle a également tendance à être plus dévastatrice chez les personnes ayant des problèmes de santé préexistants ou un système immunitaire affaibli. Les personnes qui fument ou consomment de l’alcool de façon abusive sont plus susceptibles de développer une pneumonie.

Les symptômes de la pneumonie peuvent comprendre la toux, la fièvre, l’essoufflement, la fatigue, les douleurs thoraciques, les nausées, les vomissements et la diarrhée. Le diagnostic de pneumonie peut être posé à l’aide d’une radiographie pulmonaire. L’agent causal peut être déterminé par des tests sanguins ou l’analyse du flegme. La pneumonie peut être limitée à une partie du poumon (pneumonie lobaire) ou s’étendre de façon diffuse dans tout le poumon (broncho-pneumonie). Les complications de la pneumonie peuvent inclure un abcès pulmonaire, la présence de bactéries dans le sang ou l’accumulation de liquide autour des poumons.

2. Asthme

L’asthme est une maladie pulmonaire chronique caractérisée par une inflammation et un rétrécissement intermittent des voies respiratoires. L’inflammation des voies respiratoires déclenche la production d’un excès de mucus. Le resserrement des muscles entourant les voies respiratoires provoque un rétrécissement des voies respiratoires, ou bronchoconstriction. Ces deux mécanismes entraînent une diminution du débit d’air dans les poumons. La gravité de l’asthme peut être classée en trois catégories: intermittent, persistant léger, persistant modéré ou persistant grave. Les personnes appartenant à l’une de ces catégories peuvent connaître des crises qui peuvent être légères, modérées ou graves.

Les symptômes de l’asthme peuvent inclure la toux, une respiration sifflante, un essoufflement et une oppression thoracique. Le diagnostic de l’asthme peut être établi par des tests de mesure de la fonction pulmonaire. Ces tests sont effectués avant et après l’administration d’un médicament destiné à ouvrir les voies respiratoires (bronchodilatateur). L’asthme est incurable, mais il peut être pris en charge efficacement par des médicaments. La plupart des personnes asthmatiques se voient prescrire des médicaments pour un soulagement rapide et des médicaments pour un contrôle à long terme de leurs symptômes.

3. La bronchopneumopathie chronique obstructive

La bronchopneumopathie chronique obstructive, ou BPCO, est une maladie pulmonaire progressive qui rend difficile l’entrée et la sortie de l’air dans les poumons. Le terme “progressif” fait référence à l’apparition graduelle de symptômes qui ont tendance à s’aggraver avec le temps. Le tabagisme est la principale cause de la BPCO. La maladie englobe deux diagnostics principaux: l’hémophilie et la bronchite chronique. La plupart des personnes présentent des éléments des deux diagnostics, c’est pourquoi on utilise le terme général de BPCO. Les poussées de BPCO peuvent être occasionnelles ou fréquentes.

Les symptômes de la BPCO peuvent inclure une toux avec de grandes quantités de mucus, une oppression thoracique, un essoufflement, une respiration sifflante, une fatigue et une perte de poids. La maladie peut être diagnostiquée par des tests visant à mesurer la fonction pulmonaire, une radiographie pulmonaire et une analyse des gaz du sang artériel. Il n’existe pas de remède pour la BPCO, mais les symptômes peuvent être gérés efficacement par l’arrêt du tabac et la prise de médicaments. Les personnes atteintes d’une maladie grave peuvent être candidates à une intervention chirurgicale visant à réduire le volume des poumons ou à une transplantation pulmonaire.

4. Le cancer du poumon

Le cancer du poumon est la croissance incontrôlée de cellules anormales dans le tissu pulmonaire. Il s’agit de la principale cause de décès par cancer aux États-Unis. Le tabagisme est à l’origine de la majorité des cancers du poumon. Il existe deux grands types de cancer du poumon: le cancer non à petites cellules(CPNPC)  et le cancer à petites cellules(CPPC). La majorité des cancers du poumon (85 %) sont à petites cellules et comprennent l’adénocarcinome, le carcinome spinocellulaire et le carcinome à grandes cellules. L’adénocarcinome est la forme la plus courante de cancer du poumon.

Les symptômes du cancer du poumon peuvent être les suivants: essoufflement, toux persistante, respiration sifflante, douleurs thoraciques, enrouement, crachats de sang, douleurs osseuses et perte de poids. Le diagnostic du cancer du poumon peut être établi à l’aide d’examens d’imagerie (radiographie du thorax, tomodensitométrie) et de prélèvements de tissus par bronchoscopie (à l’aide d’un tube lumineux passant dans la gorge et dans les poumons). Le traitement peut comprendre une ou plusieurs options, dont la chirurgie, la chimiothérapie ou la radiothérapie.

5. Pneumothorax

Le pneumothorax désigne la présence anormale d’air dans l’espace situé entre le poumon et la paroi thoracique. Cette affection entraîne l’affaissement partiel ou complet du poumon. Le pneumothorax peut être causé par une blessure à la poitrine (contondante ou pénétrante), la rupture de bulles d’air, une maladie pulmonaire ou une ventilation mécanique (besoin d’aide pour respirer). Les personnes qui fument des cigarettes et celles chez qui on a diagnostiqué une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou un syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA) ont un risque accru de développer un pneumothorax.

Les symptômes du pneumothorax peuvent inclure un essoufflement, une transpiration excessive et une douleur thoracique soudaine. Le diagnostic de l’affection peut être établi à l’aide d’une radiographie ou d’un scanner thoracique. Le traitement peut comprendre l’observation, l’insertion d’un tube thoracique pour évacuer l’air, ou une intervention chirurgicale pour colmater la fuite d’air. Les personnes chez qui on a diagnostiqué un pneumothorax doivent éviter les voyages en avion ou la plongée en eau profonde jusqu’à la guérison complète. La prévention peut être assurée par l’arrêt du tabac chez les personnes concernées.

6. Embolie pulmonaire

L’embolie pulmonaire se définit comme un caillot de sang dans les poumons. Le caillot sanguin provoque un blocage de l’une des artères pulmonaires qui alimentent le tissu pulmonaire. La principale cause d’embolie pulmonaire est la thrombose veineuse profonde (TVP), qui est un caillot de sang se développant dans les membres inférieurs. Les facteurs de risque pour le développement d’une TVP et donc d’une embolie pulmonaire sont le cancer, les interventions chirurgicales importantes, les fractures de la hanche ou de la jambe, l’obésité et l’immobilité prolongée.

Les symptômes de l’embolie pulmonaire peuvent être les suivants: essoufflement, anxiété, douleurs thoraciques, peau moite, crachats de sang et gonflement du mollet. L’embolie pulmonaire peut constituer un danger de mort et est considérée comme une urgence médicale. Le diagnostic de la maladie est souvent difficile et peut comprendre une série d’examens tels qu’une prise de sang, une radiographie pulmonaire, un scanner ou une IRM, et une angiographie pulmonaire (injection de colorant dans les artères des poumons). Le traitement comprend des anticoagulants pour empêcher la formation de nouveaux caillots, tandis que l’organisme décompose le caillot d’origine.

7. Anémie

L’anémie est définie comme une carence en globules rouges normaux dans le sang. Une hémorragie, une diminution de la production ou une augmentation de la destruction peuvent être à l’origine de cette carence en globules rouges. La fonction des globules rouges est de transporter l’oxygène vers les cellules et les tissus de l’organisme. Les effets de l’anémie peuvent être légers ou graves et sa durée peut être temporaire ou à long terme. L’anémie ferriprive est le type d’anémie le plus courant.

Les symptômes de l’anémie peuvent comprendre l’essoufflement, la fatigue, les étourdissements, la pâleur de la peau et les douleurs thoraciques. Certaines personnes anémiques ont des envies inhabituelles de manger de la glace, de la terre ou de l’argile, ce que l’on appelle le pica. L’anémie peut être diagnostiquée par de simples analyses de sang. Les causes de l’anémie sont diverses et peuvent inclure les hémorragies, la malnutrition, la carence en fer, les maladies rénales et les troubles génétiques. Chaque cause a son propre traitement spécifique. L’anémie se traite très bien, mais peut être fatale si elle n’est pas traitée.

8. Insuffisance cardiaque congestive

L’insuffisance cardiaque congestive (ICC) désigne l’incapacité du cœur à pomper une quantité suffisante de sang pour assurer le bon fonctionnement de l’organisme. Elle peut être aiguë (de courte durée) ou chronique (de longue durée). La cause la plus fréquente de l’ICC est la maladie coronarienne, qui est due au rétrécissement et au durcissement des artères qui fournissent le sang au muscle cardiaque. Les autres causes peuvent être les crises cardiaques, l’hypertension artérielle, les valves cardiaques endommagées, les maladies pulmonaires, le diabète et les anomalies du rythme cardiaque.

Les symptômes de l’ICC peuvent être les suivants: essoufflement, fatigue, gonflement des extrémités inférieures, toux, douleurs thoraciques, prise de poids soudaine et rythme cardiaque rapide. Le diagnostic peut être établi à l’aide d’une échocardiographie, qui utilise des ondes sonores pour produire une image du cœur. Il s’agit d’un test important qui peut révéler des informations cruciales sur le cœur, telles que sa taille, la santé des valves et la fraction d’éjection (un indicateur de la capacité de pompage). L’ICC peut être gérée de manière adéquate à l’aide de médicaments et d’une chirurgie ou de dispositifs médicaux si nécessaire.

9. Trouble d’anxiété généralisée

Le trouble d’anxiété généralisée (TAG) est une affection psychiatrique caractérisée par une anxiété ou une inquiétude excessive et permanente qui interfère avec les activités de la vie quotidienne. Il se développe progressivement et les niveaux d’anxiété ou d’inquiétude peuvent fluctuer. Le stress a tendance à aggraver l’évolution de la maladie. Personne ne connaît vraiment la cause du TAG. Les facteurs de risque du TAG peuvent être une personnalité timide, des antécédents familiaux de TAG et le sexe féminin.

Les symptômes du TAG peuvent être les suivants: inquiétude excessive, essoufflement, irritabilité, fatigue, troubles du sommeil, nausées, vomissements et diarrhée. Un psychiatre, qui connaît les critères de l’anxiété généralisée tels qu’ils sont définis dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 5e édition (DSM-5), peut poser le diagnostic. Le trouble peut être pris en charge de manière adéquate par des médicaments contre l’anxiété et une psychothérapie.

10. Pleurésie

La pleurésie est définie comme une inflammation de la plèvre, une double membrane qui tapisse l’intérieur de la cavité thoracique et entoure les poumons. Elle est également appelée pleurite. Les causes de la pleurésie varient et peuvent inclure des infections, des cancers, une insuffisance cardiaque congestive, une embolie pulmonaire, certains médicaments, un pneumothorax et des maladies auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde, lupus). Une complication courante est l’accumulation d’un excès de liquide entre les couches de la plèvre, appelée épanchement pleural.

Le principal symptôme de la pleurésie est une douleur thoracique aiguë qui s’aggrave avec la respiration. D’autres symptômes peuvent inclure l’essoufflement, la toux, la fièvre et des douleurs aux épaules ou au dos. Le diagnostic est établi par la présence d’un frottement pleural, qui ressemble au frottement de papier de verre sur une surface, lors d’un examen au stéthoscope. Les épanchements pleuraux peuvent être diagnostiqués à l’aide d’une radiographie pulmonaire, d’un scanner ou d’une échographie. Le traitement de la pleurésie est axé sur la cause sous-jacente.

11. Sarcoïdose

La sarcoïdose se caractérise par la croissance de granulomes, ou amas de cellules inflammatoires, dans divers organes du corps humain. La maladie peut toucher n’importe quel organe, mais elle affecte le plus souvent les poumons. La cause exacte de la sarcoïdose est inconnue, mais les chercheurs pensent qu’elle pourrait résulter d’une réaction du système immunitaire de l’organisme à des substances étrangères. Les facteurs de risque augmentant la probabilité de développer une sarcoïdose sont le sexe féminin, l’ascendance afro-américaine et les antécédents familiaux de la maladie.

Les symptômes de la sarcoïdose peuvent être les suivants: toux, essoufflement, respiration sifflante, fièvre, fatigue, perte de poids, douleurs articulaires, éruptions cutanées, douleurs thoraciques, convulsions et perte de la vue. La maladie peut être difficile à diagnostiquer et peut nécessiter des analyses de sang, une radiographie pulmonaire, un scanner et une biopsie (un échantillon de tissu) pour identifier les granulomes. Il n’existe aucun traitement curatif de la sarcoïdose. Les cas peuvent être gérés efficacement à l’aide de médicaments destinés à réduire l’inflammation. Une transplantation peut être envisagée en cas d’organes gravement endommagés.

12. Tuberculose

La tuberculose (TB) est une maladie hautement infectieuse qui touche principalement les poumons. L’agent causal est la bactérie Mycobacterium tuberculosis. La bactérie se transmet d’une personne à l’autre par de minuscules gouttelettes libérées dans l’air par la toux et les éternuements. Bien que la tuberculose touche principalement les poumons, elle peut affecter d’autres organes tels que le cerveau, les reins ou la colonne vertébrale. Les cas de tuberculose résistante aux médicaments sont en augmentation dans le monde entier.

Les personnes atteintes de tuberculose latente, ou inactive, ne présentent pas de symptômes. Les personnes atteintes de tuberculose active peuvent présenter des symptômes tels que la fièvre, la fatigue, l’essoufflement, les crachats de sang, les sueurs nocturnes et la perte de poids. Un simple test cutané peut être utilisé pour déterminer si une personne a été exposée à la tuberculose. Les personnes dont le test est positif doivent passer une radiographie pulmonaire pour déterminer si elles sont atteintes de tuberculose active. Les personnes atteintes de tuberculose latente, ou inactive, sont traitées avec un antibiotique pendant 9 mois. Les personnes atteintes de tuberculose active sont traitées avec plusieurs antibiotiques pendant 12 mois ou plus.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X