Causes médicales courantes des sueurs nocturnes

Les sueurs nocturnes sont un phénomène très courant. La transpiration pendant le sommeil désigne tout type de transpiration excessive qui vous rend moite et couvert de sueur. Cependant, dans de nombreux cas, les sueurs nocturnes ne sont pas attribuées au fait de porter trop de couvertures ou à la température de votre chambre.

Voici 10 causes médicales courantes des sueurs nocturnes

1. Ménopause

Si vous êtes une femme, et que vous avez atteint un certain âge, vos sueurs nocturnes peuvent être dues à la ménopause ou à la périménopause. Les sueurs nocturnes sont la contrepartie nocturne des bouffées de chaleur et sont courantes pendant la transition ménopausique, lorsque les niveaux d’hormones changent. Lorsque vous avez des sueurs nocturnes à cause de la ménopause, vous pouvez vous réveiller en ayant froid et vos draps peuvent être trempés de sueur. En plus de ce scénario désagréable, votre cœur peut aussi battre la chamade. Pour vous aider à faire face à ces symptômes, réglez la température plus basse la nuit, utilisez des draps à faible nombre de fils (plus le nombre de fils est élevé, moins ils respirent) et essayez de faire des exercices de respiration profonde avant de vous coucher et lorsque vous vous réveillez après avoir transpiré.

Se réveiller au milieu de la nuit est déjà assez pénible sans les sueurs froides, et il peut être difficile de se rendormir à cause de cela. Si les femmes ménopausées ou préménopausées peuvent en souffrir, les hommes, les jeunes femmes et les enfants peuvent également avoir des sueurs nocturnes dues à un déséquilibre hormonal s’ils souffrent d’un phéochromocytome, un trouble des glandes surrénales.

2. Certains médicaments

La transpiration nocturne est souvent un effet secondaire des médicaments sur ordonnance. Par exemple, les médicaments destinés à traiter la dépression, comme les antidépresseurs tricycliques et les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), provoquent souvent des sueurs nocturnes. En plus des antidépresseurs, la clinique Mayo indique que les médicaments pour l’hormonothérapie et les médicaments qui abaissent le taux de sucre dans le sang peuvent également provoquer des sueurs nocturnes.

Certains médicaments ou traitements pouvant également provoquer des sueurs nocturnes pourront vous surprendre, comme la cortisone. La cortisone est un stéroïde qui réduit l’inflammation et soulage la douleur, et qui est administré par injection. Elle est utilisée pour traiter plusieurs maladies et problèmes de santé, du canal carpien et des variantes de l’arthrite à la goutte et au lupus. N’oubliez pas d’informer votre médecin si vous ressentez quelque chose de nouveau, comme des sueurs nocturnes, peu de temps après avoir commencé à prendre un nouveau médicament : il pourrait s’agir d’un effet secondaire. Il se peut que vous et votre médecin deviez expérimenter plusieurs médicaments différents pour trouver le bon.

3. La tuberculose

Si les sueurs nocturnes peuvent être causées par un certain nombre de problèmes faciles à résoudre ou à gérer, certaines sont dues à des maladies graves, comme la tuberculose. Dans les siècles passés, la tuberculose était la cause la plus courante des sueurs nocturnes. Cette maladie potentiellement mortelle et très contagieuse infectait le plus souvent les poumons et provoquait de graves sueurs nocturnes.

Les sueurs nocturnes sont un symptôme bénin de la tuberculose, généralement accompagné de fièvre. D’autres symptômes peuvent être bien plus graves, notamment des crachats de sang, des douleurs thoraciques, des difficultés respiratoires et une forte fièvre. En outre, selon la Mayo Clinic, la tuberculose peut également affecter les reins, la colonne vertébrale et le cerveau. La façon dont la maladie affecte ces autres parties de votre corps varie. Le nombre de cas de tuberculose et de décès aux États-Unis a considérablement diminué au fil des ans, mais il existe d’autres régions du monde où la maladie fait encore des ravages, causant environ 1,5 million de décès par an.

4. Les abcès

Les infections bactériennes, telles que les abcès graves, y compris l’appendicite, les furoncles, les amygdales et les poussées de diverticulite, sont toutes des sources courantes de transpiration nocturne, car le corps tente de combattre la source de l’infection. Les frissons et les sueurs nocturnes dus aux abcès sont généralement accompagnés de fièvre. Ces infections remplies de pus peuvent être extrêmement douloureuses et peuvent gonfler et devenir très volumineuses.

Il existe deux types d’abcès : les abcès cutanés et les abcès internes. Les abcès cutanés se développent sous la peau et sont beaucoup plus faciles à identifier que les abcès internes car vous pouvez voir l’infection et la zone qu’elle affecte. De nombreux abcès cutanés disparaissent naturellement, mais dans certains cas, un antibiotique peut être nécessaire. Votre médecin peut aussi être amené à drainer l’infection en pratiquant une petite incision sur la zone enflée. En revanche, les abcès internes peuvent être plus longs à diagnostiquer. Le patient aura des douleurs dans la zone générale de l’infection, pourra avoir de la fièvre et se sentira généralement malade. Ces abcès internes se développent souvent comme une complication d’une affection préexistante.

5. Le VIH et le SIDA

Les personnes infectées par le VIH ou atteintes du sida peuvent présenter une transpiration nocturne si importante et si abondante que les draps et les couvertures se retrouvent entièrement saturés et imbibés de transpiration au réveil. Si les sueurs nocturnes ne sont pas toujours un signe d’infection, les personnes vivant avec le VIH courent un risque plus élevé d’infection, et ces infections peuvent être assez graves. En général, les sueurs nocturnes sont désagréables, mais s’il y a également de la fièvre, c’est probablement un signe d’infection.

Au cours des deux premières semaines de l’infection par le VIH, de nombreuses personnes présentent des symptômes semblables à ceux de la grippe, y compris des sueurs nocturnes. À mesure que le virus s’installe dans l’organisme, la réponse naturelle du corps est de se défendre, ce qui entraîne diverses formes de maladie. Des frissons et des éruptions cutanées peuvent également apparaître au cours de cette phase. Il est important de consulter votre médecin si vous avez été ou êtes susceptible d’être exposé et que vous ressentez de nouvelles sueurs nocturnes ou des symptômes de type grippal.

6. Médicaments pour la migraine de faible intensité

Un médicament aussi simple que l’aspirine ou l’acétaminophène, pris pour traiter un mal de tête sévère ou une fièvre légère, entraîne souvent une transpiration nocturne, ainsi qu’un rougissement de la peau du cou et du visage. Assurez-vous de suivre les instructions sur l’étiquette concernant la quantité que vous pouvez prendre et la fréquence. N’augmentez jamais votre dose au-delà des recommandations, sauf si sur ordre de votre médecin.

Vous pouvez peut-être prévenir ou diminuer la gravité des sueurs nocturnes qui résultent de la prise d’analgésiques de faible intensité en alternant le type de médicament que vous prenez. Au lieu de prendre la dose recommandée toutes les 4 à 6 heures (ou ce qui est indiqué sur la notice), prenez un autre type d’analgésique lorsqu’il est temps de prendre une autre dose, et alternez. Cela pourrait aider à réduire vos sueurs nocturnes. Bien entendu, vous devez en parler à votre médecin au préalable. Si vous devez prendre régulièrement des médicaments contre les maux de tête ou les fièvres, il se peut qu’un problème médical en soit la cause. D’autres médicaments que vous prenez pourraient provoquer une mauvaise interaction avec l’analgésique, entraînant également des sueurs nocturnes.

7. Cancer

La transpiration nocturne est également un signe avant-coureur de certains types de cancer, le plus courant étant le lymphome, une forme de cancer qui s’attaque aux cellules du système lymphatique. La transpiration nocturne abondante est souvent accompagnée de fièvre et d’une perte de poids importante et radicale. La transpiration peut également survenir pendant la journée, en fonction de la cause et de la situation.

Si la transpiration nocturne peut être un signe avant-coureur du cancer, elle peut également être causée par les traitements anticancéreux. Selon le National Cancer Institute, plusieurs types de traitements contre le cancer peuvent entraîner des sueurs nocturnes et des bouffées de chaleur, notamment l’hormonothérapie, la chimiothérapie, la radiothérapie et les médicaments destinés à prévenir ou à gérer le cancer. Les médicaments courants qui provoquent des sueurs sont le tamoxifène, les inhibiteurs de l’aromatase, les opioïdes, les antidépresseurs tricycliques et les stéroïdes. Il peut être désagréable et embarrassant de transpirer beaucoup, mais cet effet secondaire n’est souvent pas considéré comme grave ou comme un risque important pour la santé. Il est toujours préférable d’informer votre médecin de tout effet secondaire lié au traitement du cancer.

8. Problèmes neurologiques

La transpiration est une fonction normale et naturelle qui permet de gérer la température de votre corps et de le rafraîchir lorsqu’il fait chaud. Elle peut également être une réaction lorsque vous êtes nerveux ou anxieux. Mais parfois, la transpiration nocturne peut être causée par un problème médical. Les affections neurologiques courantes, telles qu’un accident vasculaire cérébral, la neuropathie autonome et la maladie de Parkinson, peuvent rendre les patients sujets aux sueurs nocturnes. Étant donné que la transpiration est liée aux nerfs et à leur fonctionnement, les nerfs endommagés par bon nombre de ces affections neurologiques se traduisent par des signaux erronés envoyés aux glandes sudoripares, ce qui entraîne un surmenage et une transpiration nocturne abondante.

Il n’est pas très courant que les sueurs nocturnes soient le résultat de problèmes neurologiques, mais c’est possible pour certaines personnes et dans certaines situations. En notant la fréquence à laquelle vous vous réveillez trempé de sueur, ainsi que les autres symptômes que vous avez commencé à ressentir récemment, votre médecin pourra trouver la cause de ce problème. Bien que les troubles neurologiques soient peu fréquents, ils peuvent être assez graves et doivent être examinés. Allez voir votre médecin pour qu’il puisse trouver la cause sous-jacente.

9. Hyperhidrose chronique

L’hyperhidrose idiopathique, ou transpiration excessive, est en fait un état pathologique caractérisé par une production excessive de sueur par l’organisme. Elle est considérée comme une affection chronique, bien qu’aucune cause médicale concrète n’y soit liée, si ce n’est la génétique ou les antécédents familiaux. Les personnes atteintes de cette maladie transpirent facilement et souvent. Alors qu’une personne normale qui n’est pas atteinte de cette maladie considère que la température est fraîche, les personnes atteintes d’hyperhidrose idiopathique peuvent avoir l’impression qu’il fait trop chaud ou transpirer quelle que soit la température.

L’hyperhidrose ne constitue pas une menace sérieuse pour la santé, mais elle peut être inconfortable et embarrassante lorsque la personne ne peut pas contrôler ou empêcher sa transpiration. Cela dit, certaines personnes transpirent beaucoup parce qu’elles ont une cause sous-jacente qui pourrait être grave. Les médecins parlent souvent d’hyperhidrose secondaire. S’il n’y a pas de problème médical ou de médicament à l’origine de votre transpiration, certaines mesures peuvent aider à réduire la transpiration excessive, notamment les antisudorifiques délivrés sur ordonnance et les changements de mode de vie.

10. Hypoglycémie

Les personnes qui souffrent d’hypoglycémie, une affection qui entraîne une baisse du taux de glucose dans le sang, peuvent éprouver des sueurs nocturnes, tant au stade du prédiagnostic qu’aux stades ultérieurs. La baisse du taux de sucre dans le sang pendant la nuit peut entraîner une transpiration abondante et parfois des cauchemars et des maux de tête. En plus de l’hypoglycémie qui provoque des sueurs nocturnes, de nombreux médicaments prescrits pour traiter l’hypoglycémie peuvent également provoquer des sueurs nocturnes comme effet secondaire.

L’hypoglycémie peut interférer avec le fonctionnement de vos nerfs, ce que l’on appelle la neuropathie autonome (expliquée précédemment dans cet article). Les nerfs endommagés n’envoient pas les signaux appropriés à vos glandes sudoripares, ce qui entraîne des sueurs nocturnes. Les personnes souffrant de neuropathie autonome et d’hypoglycémie sont susceptibles de transpirer plus facilement à la suite de la consommation de certains aliments et lors d’exercices légers. Pour les personnes diabétiques qui luttent contre l’hyperglycémie, les médicaments destinés à abaisser votre taux de sucre dans le sang peuvent vous rendre hypoglycémique la nuit, ce qui entraîne des sueurs nocturnes et de l’anxiété. Si cela se produit, parlez à votre médecin des possibilités pour prévenir ou réduire la quantité de sueur.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X