Causes communes des douleurs à la hanche

La douleur de la hanche est une cause de consultation très courante. Elle peut toucher des personnes de tout âge. Dans une étude réalisée à la Johns Hopkins Medical School, 14,3 % des adultes âgés de 60 ans et plus ont signalé une douleur importante à la hanche pratiquement tous les jours au cours des six dernières semaines.

Une douleur à la hanche peut être causée par une grande variété de problèmes, notamment l’arthrite,les blessures, les nerfs comprimés et d’autres problèmes. La douleur de la hanche est généralement localisée dans l’une des trois régions du corps: hanche antérieure (avant) et aine, hanche postérieure (arrière) et fesse, ou hanche latérale (côté). Les 10 causes courantes de la douleur de la hanche sont…

Bursite

La bursite est une inflammation des petits sacs remplis de liquide qui protègent les os, les muscles et les tendons près des articulations. Ces sacs sont appelés bourses séreuses. Les bourses sont situées près des grandes articulations telles que l’épaule, le genou, la cheville, le coude et la hanche. Elles contribuent à réduire la friction autour ou à proximité d’une articulation. L’étiologie de la bursite est la surutilisation ou le traumatisme direct d’une articulation. C’est la cause la plus fréquente des douleurs de la hanche.

Il existe deux bourses principales dans la hanche qui peuvent s’enflammer. L’une est située près du grand trochanter, qui est le point osseux de la hanche. L’inflammation de la bourse dans cette zone est appelée bursite trochantérienne. Cette affection se caractérise par une douleur latérale de la hanche. La bourse iliopsoas est l’autre bourse principale de la hanche et est située à l’intérieur de la hanche. L’inflammation de la bourse dans cette zone est appelée bursite iliopsoas, qui survient moins souvent que la bursite trochantérienne. Cette affection se caractérise par une douleur antérieure à la hanche ou à l’aine.

Arthrose

L’arthrose est le type d’arthrite le plus courant. C’est une inflammation des os et des articulations. L’inflammation entraîne une détérioration progressive du cartilage à l’extrémité des os qui se trouvent dans les articulations. L’arthrose peut endommager n’importe quelle articulation du corps, mais elle touche le plus souvent les mains, les genoux, les hanches et la colonne vertébrale. La maladie est progressive (elle s’aggrave graduellement avec le temps) et est incurable. C’est l’une des causes les plus fréquentes de douleur de la hanche chez les personnes âgées de plus de 65 ans.

La douleur de la hanche causée par l’arthrose est souvent localisée à la partie antérieure de la hanche et à l’aine. Avec l’usure du cartilage, la tête du fémur (os de la cuisse) entre en contact direct avec la cavité interne de la hanche. Le frottement de ces os l’un contre l’autre entraîne une douleur. Les symptômes peuvent inclure une douleur constante, profonde et intense dans la hanche, ainsi qu’une raideur qui tend à s’aggraver en cas de station debout prolongée.

Fracture de la hanche

Une fracture de la hanche est une urgence médicale et peut avoir des complications qui peuvent mettre la vie en danger, c’est pourquoi cette fracture nécessite une intervention chirurgicale immédiate. Le risque de fracture de la hanche augmente avec l’âge. Les personnes âgées ont un risque accru de fracture de la hanche en raison de l’amincissement et de l’affaiblissement des os (ostéoporose) liés à l’âge. L’ostéoporose touche principalement les femmes, mais les hommes de plus de 65 ans sont également exposés au risque de développement de l’ostéoporose.

Les personnes plus jeunes et très actives peuvent être sujettes à des fractures de stress de la hanche. Les fractures de stress sont des fissures minuscules et imperceptibles dans l’os. Les fractures de stress de la hanche sont causées par des activités intenses répétées. La blessure provoque généralement une douleur dans la partie antérieure de la hanche ou dans l’aine qui s’aggrave avec l’activité. Le diagnostic peut être difficile car certaines fractures de stress de la hanche n’apparaissent pas sur les radiographies traditionnelles. Une scintigraphie osseuse et une imagerie par résonance magnétique (IRM) sont souvent nécessaires pour un diagnostic précis.

Tendinite

La tendinite est caractérisée par l’inflammation d’un tendon. Un tendon est un tissu qui relie les muscles aux os. La tendinite peut toucher n’importe quel tendon du corps, mais elle se produit le plus souvent autour des épaules, des coudes, des poignets, des genoux et des hanches. Il s’agit d’une blessure courante liée à la pratique d’un sport, d’un loisir ou d’un métier, dont l’étiologie est généralement la surutilisation. Un tendon enflammé présente un risque accru de rupture, ce qui nécessite une réparation chirurgicale.

La tendinite de la hanche est communément appelée tendinite de l’iliaque ou tendinite de l’iliopsoas. Les muscles iliaque et iliopsoas fléchissent la hanche et sont reliés par un tendon au sommet du fémur (os de la cuisse). Les personnes les plus exposées à ce type de tendinite sont les danseurs de ballet, les gymnastes, les personnes âgées dont la démarche est irrégulière ou instable et les coureurs longue distance. L’affection se caractérise par une douleur antérieure à la hanche et à l’aine. Un bruit sec peut être entendu lorsque la hanche est fléchie ou étendue.

Ostéonécrose

L’ostéonécrose est une affection qui entraîne la mort du tissu osseux en raison d’une perte d’approvisionnement en sang. Elle aboutit souvent à l’effondrement de l’os. L’ostéonécrose est également appelée nécrose avasculaire, nécrose aseptique et nécrose ischémique. La maladie peut toucher un ou plusieurs os. Les zones les plus touchées sont les hanches, les genoux, les épaules et les chevilles. L’ostéonécrose de la mâchoire est rare et a été liée à l’utilisation de bisphosphonates, qui sont utilisés dans la prévention et le traitement de l’ostéoporose.

L’ostéonécrose touche le plus souvent la hanche. Elle touche spécifiquement la tête du fémur (os de la cuisse), qui est un composant de l’articulation de la hanche. Les facteurs de risque communs pour le développement de l’ostéonécrose de la hanche sont l’utilisation à long terme de stéroïdes à forte dose et la consommation excessive d’alcool. Elle se manifeste le plus souvent entre 40 et 65 ans. Les hommes développent la maladie plus souvent que les femmes.

Arthrite septique

L’arthrite septique est une infection extrêmement douloureuse d’une articulation. Les micro-organismes qui voyagent dans la circulation sanguine peuvent infecter une articulation. Par ailleurs, une perforation ou une blessure pénétrante peut introduire des micro-organismes dans une articulation. La maladie peut être causée par des éléments bactériens, viraux ou fongiques. L’étiologie la plus courante de l’arthrite septique est la bactérie Staphylococcus aureus, ou staphylocoque. Les genoux et les hanches sont les articulations les plus courantes susceptibles de devenir septiques.

Les facteurs de risque de l’arthrite septique de la hanche comprennent le fait d’être âgé de 80 ans ou plus, le diabète, la polyarthrite rhumatoïde, une chirurgie articulaire récente et les prothèses de hanche ou de genou. La douleur antérieure de la hanche est un symptôme majeur de l’arthrite septique de la hanche. Les autres symptômes peuvent inclure de la fièvre et une articulation gonflée, rouge et chaude. Le drainage et les antibiotiques jouent un rôle important dans le traitement de l’arthrite septique de la hanche. Un diagnostic et un traitement rapides sont nécessaires pour prévenir la dégénérescence de l’articulation et les dommages permanents.

Hernies

Une hernie se produit lorsqu’une partie des intestins fait saillie à travers un point faible des muscles de la paroi abdominale. Les types de hernie les plus courants se situent à l’intérieur de l’aine (inguinal), à l’extérieur de l’aine (fémoral), dans les incisions chirurgicales (incisionnel) et au niveau du nombril (ombilical). Les hernies peuvent être causées par le fait de soulever des charges lourdes, de faire des efforts lors de l’évacuation des selles, d’un excès de poids et d’une toux ou d’éternuements chroniques. La majorité des hernies doivent être réparées par voie chirurgicale.

Les hernies inguinales et fémorales sont généralement reconnues comme des causes de douleurs antérieures de la hanche et de l’aine. La douleur est en fait référée, car ces structures sont adjacentes à l’articulation de la hanche. Depuis peu, on accorde une plus grande attention aux hernies sportives, qui ne sont pas facilement perceptibles (non palpables). Les hernies sportives sont également appelées pubalgies athlétiques. Ces hernies peuvent provoquer des douleurs chroniques de la hanche antérieure et de l’aine chez les athlètes. Cette affection touche des athlètes pratiquant des sports tels que le football, le hockey sur glace, la lutte et le football américain.

Sciatique

La sciatique est une irritation ou une inflammation du nerf sciatique. Il s’agit du plus gros nerf du corps humain. Il prend naissance dans le bas du dos, émerge juste sous les fesses et descend le long de la jambe. La sciatique n’est pas tant un diagnostic qu’un symptôme d’un problème médical sous-jacent. Les causes de la sciatique comprennent la hernie discale lombaire, la sténose spinale, le syndrome du piriforme et la discopathie dégénérative.

Un symptôme majeur de la sciatique est la douleur antérieure de la hanche et de la fesse. Les autres symptômes de la sciatique peuvent inclure une douleur lombaire qui peut se propager le long de la jambe et dans le pied et les orteils, des picotements ou un engourdissement dans les extrémités inférieures et une faiblesse dans la jambe et le pied. Les symptômes de la sciatique se manifestent généralement d’un seul côté du corps. Le pronostic de la sciatique est excellent, car la plupart des personnes n’ont pas besoin d’être opérées et les troubles disparaissent généralement en six semaines.

Glissement de l’épiphyse de la tête fémorale

Le glissement de l’épiphyse de la tête fémorale  est une maladie peu fréquente de la hanche de l’adolescent. L’épiphyse est une zone située à l’extrémité d’un os long. Pour des raisons inconnues, la tête du fémur (os de la cuisse) glisse vers l’arrière dans l’articulation de la hanche et se sépare de la partie principale du fémur. Il s’agit en fait d’une fracture de la plaque de croissance. Ce trouble peut affecter les deux hanches chez jusqu’à 20 % des adolescents. Les facteurs de risque de cette affection sont le sexe masculin, l’obésité, l’hypothyroïdie, le syndrome de Down, les chutes et les traumatismes.

La douleur de la hanche est un symptôme majeur du glissement de l’épiphyse de la tête fémorale. La hanche gauche est plus souvent touchée que la hanche droite. Les autres symptômes peuvent inclure une douleur au genou, une boiterie intermittente, une jambe tournée vers l’extérieur et une diminution de l’amplitude du mouvement de la hanche. La gravité de la maladie peut être caractérisée comme légère, modérée ou sévère.   Les complications du glissement de l’épiphyse de la tête fémorale peuvent inclure une ostéonécrose de la hanche et une arthrose de la hanche à long terme.

Méralgie paresthésique

La méralgie paresthésique, également appelée syndrome de Bernhardt-Roth, est due à la compression du nerf cutané fémoral latéral (un gros nerf sensitif de la cuisse). La compression du nerf entraîne des picotements, un engourdissement et une sensation de brûlure dans la partie latérale de la hanche et de la cuisse. Les symptômes sont généralement unilatéraux, et peuvent s’intensifier lors d’une marche ou d’une station debout prolongée et être soulagés par la position assise. La maladie peut être bilatérale chez jusqu’à 20 % des individus.

Les mouvements répétitifs des jambes, la grossesse, la prise de poids ou l’obésité, le port de vêtements serrés, le port de ceintures à outils et les blessures récentes à la hanche peuvent être à l’origine du blocage des nerfs conduisant à la méralgie paresthésique. Cette affection est plus fréquente chez les diabétiques que chez la population générale. L’objectif du traitement de la maladie est d’éliminer la cause de la compression nerveuse. Le pronostic de la méralgie paresthésique est excellent et la décompression chirurgicale du nerf cutané fémoral latéral est rarement nécessaire.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X