Santé FRA

8 maladies que les médecins diagnostiquent souvent de manière erronée

Lorsque des maux de santé inexpliqués, indigestions, douleurs articulaires et autres vous affectent pendant des semaines ou des mois, vous consultez naturellement un médecin pour trouver une solution. Mais que faire lorsque votre expert de la santé est incapable d’identifier la source de votre mystérieuse maladie ?

Voici 8 maladies qui font souvent se gratter la tête aux médecins…

1. Fibromyalgie

La fibromyalgie entraine des douleurs musculaires, une perturbation du sommeil, des sautes d’humeur, des troubles de la mémoire, de la fatigue, et laisse souvent les médecins perplexes. Cela explique également pourquoi le terme fibromyalgie est souvent utilisé pour englober les patients qui souffrent d’une myriade de symptômes sans cause physique apparente. En fait, des recherches de l’Université de Yale indiquent que le spécialiste auquel le patient est référé influence le diagnostic – par exemple, un gastroentérologue diagnostiquera plus probablement un côlon irritable tandis qu’un rhumatologue aura plutôt tendance à diagnostiquer une fibromyalgie ; ce qui explique pourquoi, selon l’American College of Physicians, environ 5.8 millions d’Américains ont été diagnostiqués avec cette maladie.

2. Sclérose en plaque

La sclérose en plaque est une maladie auto-immune dans laquelle le corps se tourne contre lui-même ; dans ce cas, le système immunitaire attaque les cellules nerveuses, entrainant des lésions au cerveau et des messages contradictoires entre le cerveau et le corps. Les symptômes peuvent être des fourmillements, un engourdissement et une faiblesse dans les membres. La sclérose en plaque peut uniquement être confirmée par une IRM ou une ponction lombaire, deux tests coûteux et intensifs.

3. Côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable est souvent diagnostiqué après une série d’éliminations, ce qui signifie que les médecins éliminent toutes les maladies associées potentielles en premier avant de faire des testes pour un diagnostic de côlon irritable – et tout ça pendant que le patient souffre de symptômes chroniques souvent débilitants, tels les crampes abdominales, ballonnement, gaz, diarrhée suivie de constipation. Malheureusement, une évaluation de diagnostic de côlon irritable peut prendre un minimum de 6 mois après le premier rendez-vous chez le médecin.

4. Maladies inflammatoires chroniques intestinales

Les maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI) affectent d’une manière ou d’une autre : soit par la maladie appelée colite ulcéreuse ou par la maladie appelée maladie de Crohn. Le problème du diagnostic, selon les médecins du Investigative Medicine Program de l’Université de Yale, c’est que les symptômes des deux maladies – douleurs abdominales, diarrhée explosive et/ou constipation, inflammation, perte de poids et malnutrition – imitent souvent ceux d’infections virales ou de maladie de la vésicule biliaire, ce qui pousse les médecins à éliminer ces maladies en premier, avant de diagnostiquer une possible MICI.

5. Maladie de Lyme

À part si vous localisez l’éruption ou la tique, les symptômes de la maladie de Lyme peuvent être très déroutants. Ces symptômes étendus – douleurs articulaires, épuisement, migraines, raideurs et fièvre – sont souvent confondus avec d’autres maladies, comme la sclérose en plaque. Et les médecins travailleront souvent par élimination d’autres maladies avant de se mettre à rechercher les anticorps de Lyme dans le sang.

6. Maladie cœliaque

Cette maladie inflammatoire est déclenchée par une réaction immunitaire au gluten, et entraine la maladie cœliaque à endommager les intestins dès que des aliments comme le seigle, le blé ou l’orge sont consommés. Elle entraine de la diarrhée explosive, une perte de poids soudaine, des douleurs articulaires, maux de tête et démangeaisons. Bien qu’un test sanguin assez simple permette d’identifier la maladie, suivi par une endoscopie pour examiner l’état du petit intestin, 10 ans peuvent s’écouler avant qu’un patient ne voie son diagnostic fermement confirmé.

7. Lupus

Si seulement les rougeurs révélatrices du lupus étaient visibles chez tous les patients souffrant de cette maladie inflammatoire douloureuse ! Les rougeurs, apparaissant cependant comme les ailes d’un papillon à travers le nez et les joues, sont seulement présentes chez environ 40% des patients. Les médecins sont souvent perplexes à cause des symptômes étendus – tels des poussées erratiques de douleurs aux reins et aux articulations, et des troubles des poumons, du cerveau et cutanés – jusqu’à ce qu’un test sanguin et urinaire soit effectué pour confirmer le lupus.

8. Polyarthrite rhumatoïde

Similaire à la fibromyalgie, la polyarthrite rhumatoïde peut entrainer une série de douleurs mystérieuses. Cette maladie auto-immune endommage les articulations et cause raideurs, douleurs et inflammations similaires à d’autres maladies qui doivent être éliminées via une série de tests et de recherche des antécédents médicaux du patient, avant de pouvoir confirmer un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X