Cancer FRA

Les 10 Cancers du Cerveau les plus Connus

Il y a environ 23 000 nouveaux diagnostics de cancer du cerveau chaque année aux États-Unis. Ces masses cérébrales se développent lorsque les cellules cancéreuses anormales s’accumulent dans le cerveau. Les tumeurs cérébrales primaires trouvent leur origine dans les tissus du système nerveux central, tandis que les tumeurs cérébrales secondaires sont principalement des métastases.

La science médicale ne peut pas déterminer de façon exacte quelle est la cause des tumeurs cérébrales. Cependant, il y a des facteurs communs qui mettent certaines personnes plus à risque que d’autres. A titre d’exemple nous avons le facteur âge, où les personnes âgées de 65 ans et plus ont un risque 4 fois plus élevé de développement d`une tumeur cérébrale. Aussi, les patients atteints de maladies génétiques existantes, comme la neurofibromatose ou le syndrome de Li- Fraumeni, et des enfants qui reçoivent des traitements de radiothérapie sont plus sujets à des tumeurs à l’âge adulte.

En tout, il y a environ 100 différentes manières de nommer les tumeurs cérébrales, ceci en fonction du type de cellules principalement affectées. Les cancers du cerveau les plus courants sont…

1. Gliomes

Environ 30% de toutes les tumeurs cérébrales sont des gliomes, tumeurs qui proviennent des cellules gliales – spécifiquement l’astrocytome, l’épendymome, l’oligodendrogliome, etc. – du cerveau. Les gliomes représentent également 80% de toutes les tumeurs cérébrales malignes. Les gliomes peuvent causer des maux de tête, des nausées et des vomissements, des convulsions et des problèmes de vision si la tumeur exerce une pression sur le nerf optique. Le traitement et l’élimination dépendent de la position exacte de la tumeur. Par exemple, en fonction de sa proximité au tronc cérébral du patient, la tumeur peut être totalement ou partiellement excisée sans causer de dommages au cerveau.

2. Craniopharyngiomes

Les craniopharyngiomes touchent le plus souvent les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. Ces tumeurs se forment près de la base du cerveau, généralement au-dessus de l’hypophyse, provoquant des problèmes de santé suivant un effet domino ; y compris des problèmes de vision (perte totale ou partielle si la tumeur fait pression sur le nerf optique), le gain de poids, retard dans le développement physique et diminution du niveau de certaines hormones.

3. Lymphomes

Les lymphomes peuvent se développer dans le cerveau en réponse à un cancer du système lymphatique – comme la maladie de Hodgkin – qui se produit lorsque les globules blancs (ou lymphocytes) deviennent cancéreux. Ces types de lymphomes cérébraux peuvent aussi se développer chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli – par exemple, à cause du sida ou après une intervention chirurgicale majeure (telle que la transplantation d’organes).

4. Hémangioblastomes

Les hémangioblastomes sont généralement génétiques, ce qui signifie qu’ils sont plus communs chez les personnes ayant des antécédents familiaux tels que le syndrome de Von Hippel Lindau (VHL) ; un trouble caractérisé par le développement de kystes remplis de liquide (ou tumeurs) dans différentes zones du corps. Les hémangioblastomes se développent souvent chez les adolescents plus âgés et les jeunes adultes sur le tronc cérébral, mais ils n’ont pas tendance à se répandre. Ces tumeurs sont rarement cancéreuses et ne sont pas très fréquentes (seulement 2% des tumeurs du cerveau). Elles sont également difficiles à traiter.

5. Méningiomes

Les méningiomes représentent 25% des tumeurs cérébrales adultes. Ils se développent dans les tissus qui entourent et protègent le cerveau, envahissent les tissus environnants et récurrent, même après excision chirurgicale. Toutefois, heureusement, la majorité des méningiomes sont bénins.

6. Neurinomes de l’acoustique

Les neurinomes de l’acoustique se développent le plus souvent chez les personnes âgées. Et parce qu’ils affectent l’équilibre et l’audition (à la fois commun au vieillissement), ils restent souvent non diagnostiqués pendant de longues périodes. Ces tumeurs à croissance lente ont tendance à se développer sur le nerf qui va de l’oreille au cerveau, ce qui explique pourquoi l’audition et l’équilibre sont touchés. Le signe le plus révélateur d’un neurinome de l’acoustique est la perte de l’ouïe dans une oreille.

7. Tumeurs de la région pinéale

Les tumeurs de la région pinéale sont rares, ne représentant que 1% de toutes les tumeurs cérébrales. Elles poussent sur la glande pinéale située juste derrière la partie supérieure du tronc cérébral, ce qui limite la production de mélatonine par le corps. Les symptômes courants de tumeurs de la région pinéale comprennent l’inflammation et la pression à l’intérieur du crâne, les problèmes de coordination et d’équilibre, l’élargissement du crâne, des maux de tête, des vomissements et des problèmes de vue.

8. Tumeurs à cellules germinales

La plupart des tumeurs à cellules germinales se développent à l’extérieur du cerveau (dans le thorax ou l’abdomen), mais dans 2% des cas ces tumeurs s’accrochent à la zone pinéale du cerveau et bloquent le passage du fluide cérébrospinal. Les tumeurs des cellules germinales se développent principalement chez les patients âgés de 10 à 18 ans. Heureusement, parce que ce type de tumeur émet certains produits chimiques, les médecins peuvent tester la présence d’une tumeur à cellules germinales en utilisant un simple test sanguin.

9. Tumeurs hypophysaires

Les tumeurs hypophysaires représentent 10% de toutes les tumeurs cérébrales. Elles se forment dans la glande pituitaire qui est située juste en dessous du cerveau et derrière les yeux. En raison du fait que la glande pituitaire est la commande principale de l’organisme – ce qui implique qu’elle gère la libération d’hormones dans le sang, l’envoi de messages à des organes vitaux tels que la thyroïde, les ovaires et les testicules – les tumeurs hypophysaires peuvent causer toute une série de symptômes co-existants : perte de vision, gain ou perte de poids, sautes d’humeur ou même faible libido. Heureusement, la majorité des tumeurs hypophysaires sont bénignes.

10. Tumeurs neuro-primitives

Les tumeurs neuro-primitives se développent lorsqu’un surplus de cellules se développent et s’accumulent dans l’utérus et deviennent cancéreuses dans l’enfance et à l’âge adulte. Les médulloblastomes, les tumeurs les plus communes dans cette catégorie ; se développent dans le cervelet et peuvent se propager rapidement vers d’autres régions du cerveau ainsi que dans la moelle épinière. Les symptômes des TNPs incluent : problèmes de vision et d’équilibre, maux de tête matinaux, des nausées et des vomissements, des convulsions, des sautes d’humeur, et un gain ou une perte de poids inexpliqué(e).

Share This Article

X