Le cancer du côlon : 15 symptômes que tout le monde devrait connaître

Le cancer du côlon (ou le cancer colorectal) est l’une des formes les plus marquantes et les plus dangereuses du cancer. Il commence par la formation de polypes le long de la paroi du côlon. Au fur et à mesure que les polypes se multiplient, ils peuvent causer de sérieux problèmes digestifs. Même si les polypes restent bénins (non cancéreux), vous ressentirez un certain inconfort. En revanche, s’ils deviennent cancéreux et se propagent, ils mettront votre vie en danger.

Une des raisons pour laquelle le cancer du côlon est si mortel est qu’il est difficile à détecter. Comme cet article va le démontrer, les signes précoces du cancer du côlon peuvent facilement se confondre avec d’autres problèmes de santé beaucoup moins sévères, notamment la gastro-entérite ou la colopathie fonctionnelle (et c’est pourquoi il est important pour les hommes et les femmes de se faire dépister pour le cancer du côlon). Quels sont donc certains des symptômes du cancer colorectal ?

La constipation

Éprouver des difficultés pour aller à la selle peut être un signe de beaucoup de problèmes. Techniquement, cela signifie que le patient ne consomme pas suffisamment de fibres et ne boit pas suffisamment d’eau. Si elles n’ont pas suffisamment de fibres et d’eau, les selles peuvent s’assécher et empêcher les déchets alimentaires de circuler efficacement dans et hors de corps.

Cependant, la constipation peut également être le signe de problèmes beaucoup plus importants, à savoir le cancer du côlon. C’est parce que la présence des polypes dans le côlon peut ralentir la progression des déchets alimentaires, les empêchant d’être évacuées du corps. Si vous êtes aux prises avec la constipation, parlez du dépistage du cancer du côlon à votre médecin.

La diarrhée

Quand il s’agit des problèmes d’évacuation efficace des déchets du corps, la diarrhée et la constipation sont souvent aux antipodes. Tandis que la constipation est le résultat d’un manque de fibres et d’eau dans l’alimentation, la diarrhée est le résultat d’une hydratation excessive. Elle peut également résulter d’une maladie, comme la grippe, qui empêche l’organisme d’absorber efficacement les nutriments.

La diarrhée peut aussi être un signe précoce du cancer du côlon. C’est parce que présence de polypes ou de tumeurs dans le côlon peuvent l’empêcher de traiter les déchets de manière efficace, ce qui veut dire qu’ils s’évacuent du corps sous forme liquide. Si cela vous arrive souvent, il est judicieux de parler de ce problème avec votre médecin.

Les selles aux formes irrégulières

En règle générale, la forme parfaite des selles est longue, solide et cylindrique, cela indique que votre organisme absorbe tous les nutriments dont il a besoin avant d’évacuer sans encombre les déchets du corps par le biais du côlon. Alors, qu’est-ce que cela veut dire si vos selles ne ressemblent pas du tout à celles mentionnées auparavant ?

Les selles aux formes irrégulières indiquent un problème avec le côlon. Par exemple, si les selles sont petites ou en forme de ruban, cela indique peut-être que l’évacuation des déchets alimentaires s’est déroulée en passant un obstacle, voire plusieurs, comme des polypes ou des tumeurs. Si vous remarquez à plusieurs reprises que vos selles ont une forme irrégulière, parlez-en à votre médecin.

La défécation difficile

Dans l’idéal, un individu aura une ou deux selles par jour et ces dernières seront assez routinières en termes d’effort. En d’autres termes, il ne devrait pas être plus difficile de déféquer que de mâcher de la nourriture, l’avaler, uriner ou accomplir toutes les autres fonctions corporelles.

Si, cependant, déféquer vous fait mal ou provoque une gêne considérable, cela signifie qu’il y a peut-être un problème. Si vous éprouvez des difficultés à évacuer les déchets de l’organisme, cela signale que quelque chose dans le côlon, comme un polype ou une tumeur, les bloque. Si ces obstructions sont cancéreuses, votre santé est peut-être menacée. C’est pour cette raison qu’il est primordial de parler avec votre médecin généraliste de vos problèmes routiniers pendant la défécation quotidienne.

La gêne abdominale

La gêne abdominale n’est pas vraiment inhabituelle. Pour beaucoup de gens, elle peut être causée par la consommation d’un certain type d’aliments (par exemple, même les personnes en bonne santé peuvent éprouver une gêne abdominale après avoir mangé des haricots, du brocoli ou des choux de Bruxelles). Mais si cela se ne se produit pas tout le temps et, si c’est le cas, c’est l’indication de plus gros problèmes sous-jacents.

C’est parce que la douleur ou la gêne abdominale est le résultat d’une obstruction dans le côlon. Si cette dernière est causée par une tumeur cancéreuse, vous êtes alors véritablement en danger. Si les crampes abdominales deviennent insupportables, c’est peut-être le signe que la tumeur s’est propagée et a même perforé la paroi de l’intestin. Dans ce cas, consultez les services d’urgence sur-le-champ.

Les saignements dans les selles

Pour beaucoup de gens, il n’y a rien de moins inquiétant que de voir du sang dans leur selles après la défécation. Cependant, il n’y a pas de quoi s’alarmer dans la plupart des cas. D’un côté, ce n’est pas du tout du sang, mais juste une décoloration des selles causée par la consommation d’un certain type d’aliments (tels que les betteraves ou quelque chose de teint à l’aide d’un colorant alimentaire). De l’autre, cela résulte simplement d’une petite déchirure dans le côlon ou le rectum, souvent due à une constipation.

Tout de même, des saignements dans les selles peuvent être un signe avant-coureur, en particulier si vous en avez souvent. En fait, cela peut signaler la présence d’une tumeur dans le côlon. Au fur et à mesure que les tumeurs grossissent et se propagent, les déchets les déchirent lorsqu’ils circulent dans l’organisme, ce qui aboutit à du sang rouge vif dans les selles. Bien que la présence du sang dans les selles ne soit pas toujours un signe de cancer du côlon, c’est toutefois une raison suffisante pour en discuter avec votre médecin.

La soudaine perte de poids

La soudaine perte de poids peut accompagner l’apparition du cancer du côlon, mais c’est rarement un symptôme. En revanche, la perte de poids est souvent la conséquence d’un autre symptôme du cancer colorectal : la gêne ou la douleur abdominale. Pour simplifier, si la digestion provoque une gêne ou devient douloureuse, un individu limitera consciemment ou même inconsciemment sa consommation d’aliments ou l’arrêtera.

C’est un problème pour de multiples raisons. Tout d’abord, si la gêne abdominale résulte d’un cancer du côlon, moins manger et perdre du poids ne feront qu’empirer la situation en privant le corps de beaucoup de nutriments, comme les fibres, dont il a besoin. Donc, si vous perdez du poids en mangeant moins à cause d’une gêne ou d’une douleur abdominale, consultez votre médecin le plus vite possible.

Les allers-retours aux toilettes

Nous avons tous connu des situations où nous avions l’impression d’aller sans arrêt aux toilettes. Dans certains cas, comme lorsqu’une personne tombe malade à cause d’une gastro-entérite par exemple, c’est tout à fait normal même si c’est vraiment très ennuyeux.

Mais se rendre souvent aux toilettes ne devrait pas être un calvaire quotidien. Si c’est le cas, cela indique que vous avez un problème de digestion et que cela implique le côlon. Les personnes atteintes d’un cancer du côlon font quelquefois des allers-retours aux toilettes parce que les polypes ou les tumeurs cancéreuses empêchent les déchets alimentaires d’être facilement évacués de l’organisme. Cela aboutit à une envie persistante d’aller aux toilettes, même si vous venez juste d’y aller. Si cela vous rappelle quelque chose, parlez du dépistage du cancer colorectal à votre généraliste.

Les flatulences et les ballonnements

C’est monnaie courante d’avoir des flatulences et de se sentir ballonné. Cela est souvent dû à la consommation d’aliments qui sont difficiles à digérer. Cela peut également indiquer que quelqu’un a une colopathie fonctionnelle, ce qui signifie que son corps a des difficultés à décomposer une large variété d’aliments.

Mais avoir des flatulences ou des ballonnements peut également être un symptôme du cancer colorectal. En effet, le cancer du côlon apparaît avec des tumeurs cancéreuses dans l’intestin grêle et ces dernières forment un obstacle pour les déchets. Comme les déchets s’accumulent dans le côlon, il peut arriver que le patient se sente gonflé et ballonné et qu’il éprouve de la gêne. Si vous avez souvent ce problème, parlez du dépistage du cancer colorectal avec votre médecin.

L’exténuation

La fatigue constante est un problème que connaissent des millions d’Américains mais elle peut être causée par tellement de maladies différentes. C’est peut-être le symptôme d’un quelconque virus, c’est peut-être le signe que quelqu’un a besoin de difficultés pour dormir ou c’est tout simplement l’indication que quelqu’un a besoin de se procurer sa dose quotidienne de caféine.

Mais plus sérieusement, la léthargie peut également être un symptôme du développement du cancer du côlon. C’est parce que le cancer du côlon apparaît avec la propagation de polypes cancéreuses que les déchets alimentaires percent et font saigner lors de leur passage. Si ces saignements sont fréquents, un individu peut ressentir les effets d’une anémie, une insuffisance en fer due à une perte de sang. En somme, si vous voyez régulièrement du sang dans vos selles et que vous vous sentez plus fatigué que d’habitude, il est temps de parler d’un dépistage du cancer du côlon avec votre généraliste.

L’essoufflement

Tout comme l’anémie, avoir des difficultés à respirer peut être un autre symptôme d’une hémorragie interne. C’est avant tout l’indication d’un saignement lent qui se produit couramment avec le cancer du côlon à la suite de déchirement des polypes cancéreux.

Lors d’une interview avec Reader’s Digest, la doctoresse Patricia Raymond explique les raisons de ce symptôme : « Si vous ne saignez pas beaucoup ou si vous ne vomissez pas de sang, votre organisme sécrète plus de plasma dans le sang sans fabriquer plus de fer ou de cellules rouges, dit-elle, ce qui vous empêchera de perdre de grandes quantités de sang mais réduira le transport d’oxygène par le sang et par conséquent expliquera votre essoufflement. »

Les infections urinaires fréquentes

Les infections urinaires, également connues sous le nom d’infections de la vessie, sont une maladie très répandue dont les symptômes sont : la douleur ou la sensation de brûlure lors de l’urination, l’urgence urinaire, les crampes et l’incontinence (une perte du contrôle de la vessie). Les femmes sont plus susceptibles en avoir mais elles peuvent tout autant toucher les hommes.

En règle générale, elles sont dues à une infection bactérienne. Mais si elles se produisent souvent et si les symptômes comprennent l’urgence urinaire et l’incontinence, cela sera le signe d’un cancer du côlon qui s’est développé au point de mettre la pression sur les organes qui l’entourent, notamment la vessie.

La nausée ou les vomissements

La nausée ou les vomissements peuvent se produire pour un certain nombre de raisons, y compris la gastro-entérite, les allergies alimentaires ou les effets secondaires de la prise de certains médicaments. Évidemment, notre premier réflexe n’est pas de penser qu’ils sont causés par un cancer du côlon, mais il le devrait.

Quand une tumeur est dans le côlon, en particulier dans la zone la plus près des intestins, elle cause l’obstruction de l’intestin et cela entrave ou bloque le passage des solides, liquides ou gaz. Cela peut donner lieu à des symptômes de ballonnements ou de constipation (mentionnés auparavant), mais cela peut amener la personne touchée à avoir la nausée et même de vomir.

L’hypertrophie du foie

Dans certains cas, le cancer du côlon peut se propager sur d’autres organes du corps. Un des organes sur lequel il se propage le plus est le foie. C’est ce qui est connu sous le nom de cancer métastatique ou cancer du côlon au stade 4. Bien que ce soit un stade avancé du cancer, il peut passer inaperçu parce qu’aucun symptôme ne se manifeste pour indiquer le problème.

Quand les symptômes sont présents, cependant, ils peuvent se manifester par le biais d’une hypertrophie du foie, ce qui peut causer de la gêne dans la partie supérieure droite de l’abdomen. De plus, la jaunisse (lorsque la peau et le blanc des yeux jaunissent) peut se produire quand les voies biliaires sont obstruées dans le foie.

Le gonflement des ganglions lymphatiques

En plus du foie, le cancer du côlon peut se propager sur les ganglions lymphatiques. Se trouvant sur l’ensemble du corps au niveau du cou, des aisselles, de l’entrejambe, les ganglions lymphatiques font « …partie d’un système de tubes et de glandes dans le corps qui filtre les fluides corporels et combat les infections », déclare le Cancer Research UK.

Comme l’accumulation des cellules cancéreuses empêchent l’évacuation normale de la lymphe par voie sanguine, les glandes lymphatiques ont tendance à gonfler et à se durcir. Cela peut aboutir à un lymphœdème, qui se caractérise le plus souvent par une rétention de la lymphe et de gonflement dans la partie du corps où les glandes lymphatiques sont touchées.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X